Nombre total de pages vues

mercredi 13 novembre 2019

Sylvain Prudhomme lance un hymne à la liberté

Par Sarah Trillet, invitée de LU cie & co


Sylvain Prudhomme. (c) Christophe Archambault/AFP

Avec son huitième roman en douze ans, le somptueux "Par les routes" (Gallimard, L'Arbalète, 304 pages), qui vient de recevoir le prix Femina 2019 (lire ici),  Sylvain Prudhomme,  nous embarque dans un périple aux mille escales à travers l'Hexagone.



Le narrateur, Sacha, a la quarantaine – Sylvain Prudhomme est né en 1979. L'écrivain lassé de l'effervescence parisienne aspire à un changement de rythme et à vivre sa vie de manière plus attentive et profonde. Il déménage dans un petit appartement dans le sud-est de la France, dépouillé de tout superflu, à la recherche d'inspiration, de calme et de sérénité.
"(...) J'ai pensé: on voit mieux dans le peu. On vit mieux. On se déplace mieux, on conçoit mieux, on décide mieux. J'ai savouré la pensée que ma vie était là désormais. Le fatras de mes quarante années d'existence réduit à cette somme d'objets sur une étagère."
Par le jeu d'un hasard qui a l'allure prophétique des mythes où le destin rattrape ses personnages, il recroise "l'autostoppeur", avec qui il a, dans sa jeunesse, partagé un bout de vie tumultueuse et parcouru toute la France en stop. L'autostoppeur vit en couple dans le même village et a un jeune enfant.

Ce surgissement remet l'un et l'autre en face de ses aspirations et désirs, cette part de soi si puissamment agissante. Ils s'enchantent de l'intelligence qui se rétablit immédiatement entre eux. Mais Sacha, assagi, se trouble de retrouver l'autostoppeur toujours animé par cette urgence, intacte, à fuir et explorer les possibles. Un nomadisme qui le conduit  inlassablement vers de nouvelles rencontres, à rechercher cette proximité exclusive, presque érotique, avec des inconnus le temps d'un trajet entre deux points sur une carte routière.
"(...) tout à l'heure, dans quelques minutes à peine, nous serons assis côte à côte dans le même habitacle, nous nous parlerons, nous nous raconterons mutuellement nos journées, échangerons nos vues sur la vie, en saurons plus l'un sur l'autre que n'en savent certains de nos amis les plus proches."
L'autostoppeur s'absente de plus en plus souvent. Les disparitions s'étirent et autorisent peu à peu Sacha à se rapprocher et reprendre les rôles de conjoint et de père auprès de Marie et Agustin. Chacun finit ainsi par investir la vie de l'autre par une sorte de procuration.

Ce très beau roman introspectif traite d'attachement, de couple, d'amitié et d'amour, sur fond de quête de liberté, de place à trouver. Il soulève la question du choix face à nos mille vies possibles et amène inévitablement celle du renoncement.  Sylvain Prudhomme nous parle du refus de choisir et explore la possibilité de maintenir le lien dans un mouvement où il s'agit à la fois de rester et de partir. Une gageure.

Chaque personnage traverse l'épreuve - suprême et sublime - de l'acceptation de la liberté de l'être aimé: l'ami, l'amant, le père. Grandir, c'est parfois accepter de partir et de laisser partir, se confronter à cette part de l'autre qui nous échappe et renouveler la survivance du lien et du don de soi.

Evoquant les paroles d'une chanson de Leonard Cohen: "(...) et il lui fait cette déclaration dont je ne pense pas que beaucoup de longs poèmes l'égalent en beauté, en justesse, en conscience de l'impermanence des choses en ce bas monde: ‘Je suis heureux que tu te sois trouvé sur ma route.’ Parole de voyageur. Parole d'habitué des routes, des carrefours, des rencontres. Parole de vrai amoureux de la vie, reconnaissant aux surprises qu'elle réserve."

D'une écriture sobre et efficace, Sylvain Prudhomme dépeint l'intime avec brio et justesse. L'absence de ponctuation expressive offre au lecteur une dimension participative, il est libre de choisir le ton des dialogues et dès lors d'y mettre une part de lui. Le romancier nous fait entrer au plus près de l'intimité du narrateur, on ressent avec lui les émotions qui le traversent, on contemple avec lui le vert tendre de la nature qui s'éveille, on respire avec lui la fraîcheur humide des matins engourdis et on reconnaît le plaisir et le goût du premier café de la journée, une journée gorgée de lumière et pleine de la promesse de tous les possibles.

Pour lire le début de "Sur les routes", c'est ici.




mardi 12 novembre 2019

Kevin Powers, Grand prix de littérature américaine 2019

Kevin Powers. (c) Hannah Assouline - Ed Delcourt.

Les jurés du Grand Prix de littérature américaine, créé en 2015, se sont réunis le vendredi 8 novembre à Paris mais n'ont rendu leur palmarès public que ce mardi 12 novembre. Ils ont choisi pour cette cinquième édition le deuxième roman de Kevin Powers, "L'Écho du temps" ("A Shout in the Ruins", traduit de l'anglais (États-Unis) par Carole d'Yvoire, Delcourt): "Avec ce roman superbe et terrible, Powers nous dit que l'Amérique n'a pas perdu son innocence au Vietnam mais depuis bien plus longtemps."




Kevin Powers est né le 11 juin 1980 à Richmond, en Virginie. A dix-sept ans, il s'est engagé dans l'armée et a combattu en Irak en 2004 et 2005. À son retour, il obtient une bourse d'études en poésie à l'Université d'Austin, au Texas. Il a été révélé aux États-Unis en 2012 par son premier roman, "Yellow Birds" (Stock, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson, 2013, Livre de poche, 2014), sur la guerre d'Irak, avec lequel il a été finaliste du National Book Award. Ce qui frappe dans l'œuvre de ce nouvel écrivain, c'est la continuité dans son propos. Il dit et répète que la guerre brise les hommes, qu'elle les transforme en zombies, en machines à tuer, qu'elle fait ressortir le pire en eux. Que malgré cela,  quand elle s'achève, il faut continuer d'avancer, même avec la tête farcie d'images, de souvenirs horribles, qu'il faut continuer d'avancer pour laisser une trace. Laquelle? C'est toute la question.

Le jury du prix se compose de neuf membres comprenant trois critiques littéraires, Philippe Chevilley (Les Échos), Bruno Corty (Le Figaro), Oriane Jeancourt (Transfuge), trois éditeurs, Alice Déon (La Table ronde), Francis Geffard (Albin Michel), Emmanuelle Heurtebize (Delcourt Littérature) et trois libraires, Sylvie Loricquer (L'Attrape-Cœurs, Paris), Jean-Christophe Millois (Librairie de Paris) et Pascal Thuot (Millepages, Vincennes).

Pour lire le début de "L'écho du temps", c'est ici.




Le prix de Flore 2019 à Sofia Aouine

Sofia Aouine.

Etonnamment, les jurés du prix de Flore dont c'était la 25e édition, ont préféré, au premier tour, par sept voix contre cinq, "La rhapsodie des oubliés", le premier roman de Sofia Aouine (De La Martinière), racontant avec verve le quotidien tumultueux et épique à Barbès d'Abab, 13 ans, à "La maison" d'Emma Becker (Flammarion), le récit des deux années de prostitution de l'auteure dans un bordel berlinois.
En plus des 6.100 euros du prix, Sofia Aouine gagne, comme tous les lauréats du Flore, un verre de Pouilly-Fuissé gravé à nom, à consommer toute l'année au café de Flore.

Le jury du prix de Flore est composé de Frédéric Beigbeder (président), Jacques Braunstein, Manuel Carcassonne, Carole Chrétiennot, Michèle Fitoussi, Jean-René Van Der Plaetsen, François Reynaert, Jean-Pierre Saccani, Bertrand de Saint-Vincent, Christophe Tison, Philippe Vandel et Arnaud Viviant.
 
L'ensemble des sélections et des prix actualisés se trouve ici.

vendredi 8 novembre 2019

Le prix Médicis révèle ses lauréats, excellents

Luc Lang, prix Médicis 2019.

Le jury du prix Médicis 2019 a fait connaître, ce vendredi 8 novembre, son palmarès. Luc Lang est choisi en littérature française pour "La tentation" (Stock), Audur Ava Olafsdottir est le prix Médicis du roman étranger pour "Miss Islande" (traduit par Eric Boury, Zulma) et le prix Médicis de l'essai va à "J'ai oublié" de Bulle Ogier et Anne Diatkine (Seuil).

"La tentation" est encore une histoire de cerfs, comme au prix Décembre (lire ici), puisque Luc Lang compose un thriller familial autour de François, un chirurgien orthopédiste lyonnais quinquagénaire, qui blesse un cerf à la cuisse durant une partie de chasse. Au moment de l'achever, il se ravise, l'endort et l'emmène dans son pick-up pour le soigner. Ses deux enfants le rejoignent dans son relais de chasse en montagne. Le conflit n'est pas loin.

Pour lire le début de "La tentation", c'est ici.


Audir Ava Olafsdottir.

"Miss Islande" est un magnifique roman d'Audur Ava Olafsdottir qui se passe en Islande en 1963. Hekla, 21 ans, quitte la ferme familiale pour Reykjavik afin d'accomplir son rêve de devenir écrivain. Mais de nombreux habitants de la capitale lui conseillent plutôt de tenter sa chance au concours de Miss Islande.

Pour lire le début de "Miss Islande", c'est ici.



"J'ai oublié" de Bulle Ogier et Anne Diatkine est une (auto)biographie. La comédienne revient sur son parcours, ses rencontres amoureuses, amicales et artistiques et le drame de la perte de sa fille Pascale.
Le jury et ses lauréats 2019.

Le jury du prix Médicis réunit Marianne Alphant, Michel Braudeau, Marie Darrieussecq, Dominique Fernandez, Anne Garreta, Patrick Grainville, Andreï Makine Frédéric Mitterrand, Pascale Roze et Alain Veinstein.

Les sélections et le palmarès actualisé des prix littéraires 2019 se trouve ici.


jeudi 7 novembre 2019

Cent romans anglo-saxons qui, disant notre monde, peuvent changer ceux qui les lisent

Le jury: Stig Abell, Mariella Frostrup, Juno Dawson, Kit de Waal,
 Alexander McCall Smith et Syima Aslam. (c) BBC.

Les histoires ont le pouvoir de nous changer. La BBC a demandé à un groupe d'écrivains, de prescripteurs et de critiques d'établir une liste de cent titres qui ont eu une incidence sur leur vie. Consignes: que les romans soient écrits en anglais et qu'ils aient été publiés au cours des trois derniers siècles. Les auteurs sont britanniques, irlandais, indiens, américains, australiens, africains... Pour le reste, le choix pouvait aussi bien se porter sur des classiques pour enfants que des page-turners ou des romans plus ardus. Les titres, pas toujours les plus connus des auteurs choisis,  intègrent dix catégories. La plupart d'entre eux ont été traduits en français (mes excuses aux traducteurs, je n'ai pas eu le courage de chercher leurs noms pour les cent livres référencés). Voilà une bibliothèque qui a de l'audace et mérite qu'on s'y attarde. On remarquera en souriant la variation entre auteurs masculins et féminins selon les catégories envisagées.

Lesquels avez-vous lus? Lesquels allez-vous lire?

Le jury était composé de Stig Abell, Mariella Frostrup, Juno Dawson, Kit de Waal, Alexander McCall Smith et Syima Aslam.

Les 100 romans choisis


Identité (8 femmes, 2 hommes)

  • "Beloved" (Beloved) – Toni Morrison
  • "Days Without End" (Des jours sans fin) – Sebastian Barry
  • "Fugitive Pieces" (La mémoire en fuite) – Anne Michaels
  • "Half of a Yellow Sun" (L'autre moitié du soleil) – Chimamanda Ngozi Adichie
  • "Homegoing" (No home) – Yaa Gyasi
  • "Small Island" (Hortense et Queenie) – Andrea Levy
  • "The Bell Jar" (La cloche de détresse) – Sylvia Plath
  • "The God of Small Things" (Le dieu des petits riens) – Arundhati Roy
  • "Things Fall Apart" (Tout s'effondre) – Chinua Achebe
  • "White Teeth" (Sourires de loup) – Zadie Smith

Amour, sexe & romance (8 femmes, 2 hommes)

  • "Bridget Jones's Diary" (Le journal de Bridget Jones) – Helen Fielding
  • "Forever" (Pour toujours) – Judy Blume
  • "Giovanni's Room" (La chambre de Giovanni) – James Baldwin
  • "Pride and Prejudice" (Orgueil et préjugés) – Jane Austen
  • "Riders" (Polo) – Jilly Cooper
  • "Their Eyes Were Watching God" (Mais leurs yeux dardaient sur Dieu) – Zora Neale Hurston
  • "The Far Pavilions" (Pavillons lointains) – M. M. Kaye
  • "The Forty Rules of Love" (Soufi, mon amour) – Elif Shafak
  • "The Passion" (La passion) – Jeanette Winterson
  • "The Slaves of Solitude" – Patrick Hamilton 


Aventure (1 femme, 9 hommes)

  • "City of Bohane" (Bohane, sombre cité) – Kevin Barry
  • "Eye of the Needle" (L'arme à l'œil) – Ken Follett
  • "For Whom the Bell Tolls" (Pour qui sonne le glas) – Ernest Hemingway
  • "His Dark Materials Trilogy" (A la croisée des mondes, trilogie) – Philip Pullman
  • "Ivanhoe" (Ivanhoé) – Walter Scott
  • "Mr Standfast" (Mr Standfast) – John Buchan
  • "The Big Sleep" (Le grand sommeil) – Raymond Chandler
  • "The Hunger Games" (Hunger games, trilogie) – Suzanne Collins
  • "The Jack Aubrey Novels" (Les Aubreyades) – Patrick O'Brian
  • "The Lord of the Rings Trilogy" (Le seigneur des anneaux, trilogie) – J.R.R. Tolkien


Vie, mort et autres mondes (3 femmes, 7 hommes)

  • "A Game of Thrones" (Le trône de fer) – George R. R. Martin
  • "Astonishing the Gods" (Etonner les dieux) – Ben Okri
  • "Dune" (Dune) – Frank Herbert
  • "Frankenstein" (Frankenstein) – Mary Shelley
  • "Gilead" (Gilead) – Marilynne Robinson
  • "The Chronicles of Narnia" (Les chroniques de Narmia) – C. S. Lewis
  • "The Discworld Series" (Le disque-monde) – Terry Pratchett
  • "The Earthsea Trilogy" (Terremer) – Ursula K. Le Guin
  • "The Sandman Series" (série Sandman) – Neil Gaiman
  • "The Road" (La route) – Cormac McCarthy


Politique, pouvoir & contestation (5 femmes, 5 hommes)

  • "A Thousand Splendid Suns" (Mille soleils splendides) – Khaled Hosseini
  • "Brave New World" (Le meilleur des mondes) – Aldous Huxley
  • "Home Fire" (Embrasements) – Kamila Shamsie
  • "Lord of the Flies" (Sa majesté des mouches) – William Golding
  • "Noughts & Crosses" (Entre chiens et loups) – Malorie Blackman
  • "Strumpet City" – James Plunkett
  • "The Color Purple" (La couleur pourpre) – Alice Walker
  • "To Kill a Mockingbird" (Ne tirez pas sur l'oiseau moquer) – Harper Lee
  • "V for Vendetta" (V pour vendetta) – Alan Moore
  • "Unless" (Bonté) – Carol Shields


Classes & société (3 femmes, 7 hommes)

  • "A House for Mr Biswas" (Une maison pour Monsieur Biswas) – V. S. Naipaul
  • "Cannery Row" (Rue de la sardine) – John Steinbeck
  • "Disgrace " (Disgrâce) – J.M. Coetzee
  • "Our Mutual Friend" (L'ami commun) – Charles Dickens
  • "Poor Cow" – Nell Dunn
  • "Saturday Night and Sunday Morning" (Samedi soir, dimanche matin) – Alan Sillitoe
  • "The Lonely Passion of Judith Hearne" (Judith Hearne) – Brian Moore
  • "The Prime of Miss Jean Brodie" (Les Belles Années de Mlle Brodie) – Muriel Spark
  • "The Remains of the Day" (Les vestiges du jour) – Kazuo Ishiguro
  • "Wide Sargasso Sea" (La prisonnière des Sargasses) – Jean Rhys


Sortie de l'adolescence (8 femmes, 2 hommes)

  • "Emily of New Moon" (Emilie de la nouvelle Lune)  – L. M. Montgomery
  • "Golden Child" (L'enfant en or) – Claire Adam
  • "Oryx and Crake" (Le dernier homme) – Margaret Atwood
  • "So Long, See You Tomorrow" (Au revoir, à demain) – William Maxwell
  • "Swami and Friends" (Swami et ses amis) – R. K. Narayan
  • "The Country Girls" (Les filles de la campagne) – Edna O'Brien
  • "The Harry Potter series" (Harry Potter) – J. K. Rowling
  • "The Outsiders" (Outsiders) – S. E. Hinton
  • "The Secret Diary of Adrian Mole, Aged 13 ¾" (Journal secret d'Adrien, 13 ans 3/4) – Sue Townsend
  • "The Twilight Saga" (Twilight) – Stephenie Meyer

Famille & amitié (6 femmes, 4 hommes)

  • "A Suitable Boy" (Un garçon convenable) – Vikram Seth
  • "Ballet Shoes"– Noel Streatfeild
  • "Cloudstreet" (Cloudstreet) – Tim Winton
  • "Cold Comfort Farm" (La Ferme de cousine Judith) – Stella Gibbons
  • "I Capture the Castle" (Trois femmes dans un château) – Dodie Smith
  • "Middlemarch" (Middlemarch) – George Eliot
  • "Tales of the City" (Chroniques de San Francisco) – Armistead Maupin
  • "The Shipping News" (Nœuds et Dénouement) – E. Annie Proulx
  • "The Tenant of Wildfell Hall" (La Locataire de Wildfell Hall) – Anne Brontë
  • "The Witches" (Sacrées sorcières) – Roald Dahl

Criminalité & Conflit (5 femmes, 5 hommes)

  • "American Tabloid" (American tabloïd) – James Ellroy
  • "American War" (American war) – Omar El Akkad
  • "Ice Candy Man" – Bapsi Sidhwa
  • "Rebecca" (Rebecca) – Daphne du Maurier
  • "Regeneration" (Régénération) – Pat Barker
  • "The Children of Men (Les Fils de l'homme) – P.D. James
  • "The Hound of the Baskervilles" (Le chien des Baskerville)  – Arthur Conan Doyle
  • "The Reluctant Fundamentalist" (L'Intégriste malgré lui) – Mohsin Hamid
  • "The Talented Mr Ripley" (Le talentueux M. Ripley) – Patricia Highsmith
  • "The Quiet American  (Un Américain bien tranquille) – Graham Greene

Briseurs de règles (4 femmes, 6 hommes)

  • "A Confederacy of Dunces" (La Conjuration des imbéciles) – John Kennedy Toole
  • "Bartleby, the Scrivener" (Bartleby) – Herman Melville
  • "Habibi" (Habibi) – Craig Thompson
  • "How to be Both" (Comment être double) – Ali Smith
  • "Orlando" (Orlando) – Virginia Woolf
  • "Nights at the Circus" (Des nuits au cirque) – Angela Carter
  • "Nineteen Eighty-Four" (1984) – George Orwell
  • "Psmith, Journalist" – P. G. Wodehouse
  • "The Moor's Last Sigh" (Le Dernier Soupir du Maure ) – Salman Rushdie
  • "Zami: A New Spelling of My Name" (Zami : une nouvelle façon d'écrire mon nom) – Audre Lorde