Nombre total de pages vues

samedi 31 juillet 2021

A Beyrouth pour les dix ans de mon blog

Dans "Mon port de Beyrouth". (c) P.O.L..

Depuis son magnifique hommage illustré aux chanteuses égyptiennes  "Ô nuit, ô mes yeux" (P.O.L., 2015, lire ici), Lamia Ziadé a poursuivi dans cette veine graphique originale qu'elle a inventée. Le dessin d'après photo ou document d'archive comme élément du récit, le récit étant une histoire de l'Orient mêlée à sa propre autobiographie. Elle a ainsi publié "Ma très grande mélancolie arabe" (P.O.L., 2017), soit un siècle au Proche-Orient, et "Bye Bye Babylone" (P.O.L., 2019), la guerre à Beyrouth entre 1975 et 1979 dans une réédition très largement augmentée de son livre publié chez Denoël en 2010.


On se doute que l'explosion des silos du port de Beyrouth le 4 août 2020, il y a quasiment un an, a profondément bouleversé la Libanaise qu'est Lamia Ziadé. Elle en a conçu un époustouflant récit illustré, toujours selon le même procédé graphique, dessinant de son trait caractéristique, rapide et expressif, sans aucun liséré noir, d'après des photos arrivées sur les réseaux sociaux le 4 août et ensuite ou d'après ou des documents de presse, d'une force égale au désespoir dont il témoigne. Elle l'a achevé le 20 janvier, il a été publié le 1er avril. La capitale libanaise était alors toujours sous le choc et entamait à peine une énième reconstruction. A la lecture, on ressent l'urgence de créer ce livre de larmes et de colère, bouleversant et très documenté. "Mon port de Beyrouth" (P.O.L., 2021) est en effet né dès le lendemain de l'explosion qui a détruit la moitié de la ville de Beyrouth le 4 août 2020. A 18h07, précise l'auteure. Un mois après la catastrophe, le 4 septembre 2020, Lamia Ziadé publiait son journal intime sur ce drame dans le magazine "M Le Monde" (ici, article pour les abonnés). Largement étoffée, cette contribution est devenue "Mon port de Beyrouth".

Beyrouth, 4 août 2020. (c) P.O.L.

"C'est une malédiction ton pauvre pays!", le sous-titre du livre est en réalité le message que Lamia Ziadé reçoit sur son téléphone le soir du 4 août 2020. Elle est à Paris où elle réside depuis ses dix-huit ans et ignore encore la tragédie qui afflige Beyrouth. Le WhatsApp familial est en pleine   ébullition aussi. On comprend son angoisse quand elle découvre par bribes les conséquences de la déflagration, les ravages du "blast". Le désespoir se mue en détresse. En larmes. En dépendance totale d'un téléphone. Pour avoir des nouvelles. Pour mesurer l'étendue du cataclysme. Parce que les silos du port, "symbole le plus immuable de Beyrouth" à ses yeux, ont été pulvérisés. Comme si la ville allait ensuite "sombrer dans les ténèbres".

Le souffle de l'explosion. (c) P.O.L.

"Mon port de Beyrouth" est à la fois la chronique d'un désastre et l'analyse de tout ce qui a pu le causer, et l'histoire d'un pays à travers la vie de la famille de la chroniqueuse, hier et aujourd'hui. L'auteure-illustratrice nous partage ces terrifiantes journées d'août, les morts, les blessés, les destructions, en textes et en dessins souvent en couleur, dont de saisissants portraits de ceux qui ont perdu la vie dans l'explosion. Rien de morbide mais une émotion juste, teintée de colère, déchirante, une exaspération devant les choix et les non-choix politiques qui ont mené à la catastrophe, une reconnaissance infinie pour ceux qui se sont dévoués, parfois à en mourir, et pour tous les autres qui se sont montrés solidaires. Lamia Ziadé raconte aussi l'histoire du Liban qu'elle a quitté mais auquel elle revient sans cesse et dont elle analyse avec clairvoyance l'évolution. Petit pays en taille coincé entre des grands qui le convoitent ou l'utilisent. 

Quelques portraits de victimes de l'explosion. (c) P.O.L.

Ce témoignage poignant sur cette explosion qui n'aurait jamais dû arriver est aussi une réflexion sur l'alpha et l'oméga de la nature humaine, oscillant entre malversations et enrichissement personnel et dévouement total. "Mon port de Beyrouth" crie de douleur et de révolte,  dit la stupéfaction et l'incompréhension, pose les questions fondamentales. Il est aussi précieux car il fixe dans le temps les effets d'un événement atroce que la reconstruction rapide des lieux efface peu à peu. On sort de cette lecture terriblement ému et ravagé, nourri par les interrogations de l'auteure.

Le livre s'achève ainsi:
"Depuis le 4 août, on ne photographie le silo que sous un angle, du côté de l'explosion. Décharné, défiguré, mutilé, carcasse monstrueuse.
Vu de l'autre côté, côté ouest, il est encore bien blanc et bien droit, pratiquement intact. J'y vois un signe, tout n'est pas perdu. D'autant plus que le côté ouest, c'est celui qui prend la lumière. La lumière qui vient de la mer. La lumière du soleil couchant."

Les silos côté intact, en juin. (c) RB.



Pour feuilleter en ligne le début de "Mon port de Beyrouth", c'est ici.





Une autre vision de la capitale libanaise est donnée par Ryoko Sekiguchi dans "961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent)" (P.O.L., 254 pages) que l'écrivaine présente tout de go comme un "livre de cuisine"! "Pas seulement un manuel pour apprendre à préparer des plats (...) à la fois un concentré des goûts d'une époque, et une mémoire intime ou familiale (...) l'archive des cinq sens d'une époque". Partie là-bas pour une résidence littéraire d'un mois et demi, de 961 heures précisément, du 6 avril au 15 mai 2018, elle avait le projet de faire le portrait de la ville à travers les gestes de ses cuisiniers et les histoires de cuisine partagées par les Beyrouthins.

A ce moment, on ne devinait ni la révolution d'octobre 2019, ni la révolte anti-corruption de février 2020, ni la terrible explosion du port de Beyrouth en août 2020.  Après tous ces événements, il n'est plus possible à la Japonaise voyageuse de s'en tenir à son projet d'écriture initial. Son livre devient dès lors l'exploration de la ville telle qu'elle était avant tout cela, dans cet état d'avant-drame teinté de la nostalgie qui précède les catastrophes. Antérieurs aux drames, les récits de Beyrouthins donnent finalement l'espoir que la vie y redevienne comme elle y a été. Joyeuse, partageuse, accueillante, dans une société multiethnique et multiconfessionnelle.
"C'est précisément ce que l'on pense, chaque fois qu'une catastrophe se produit. Heureusement qu'on a connu l'avant-catastrophe. Ou même, heureusement qu'un tel est décédé avant, sans connaître ce désastre."
Surtout que Ryoko Sekiguchi sait ce que c'est que de vivre le pire en en étant loin. Elle se trouve à Paris lors du tremblement de terre, suivi du terrible tsunami et de l'accident de la centrale nucléaire qui a frappé le nord du Japon le 11 mars 2011. Elle est rivée à sa télévision. Les images qui s'impriment sur sa rétine lui rappellent d'autres catastrophes antérieures qu'elle a vues, qui ont touché le Japon. Pressée par un sentiment irrésistible, elle se met à écrire. A "transcrire". C'est le livre "Ce n'est pas un hasard" (P.O.L, 2011). Dans "961 heures à Beyrouth", elle fait autant allusion au Japon qu'au travail de mémoire de Lamia Ziadé.

Le livre se compose de 321 micro-chapitres titrés et numérotés qui, tous, font écho d'une façon ou d'une autre à une recette de cuisine, un plat, une saveur. Un prenant méli-mélo où s'enchaînent réflexions, rencontres, conseils, observations, expériences gustatives, souvenirs, sons, odeurs, saveurs, correspondances, différences, rapprochements. Tout au long des pages, on est avec Ryoko Sekiguchi dans la ville de Beyrouth et on éprouve un immense plaisir devant ses observations sur les mœurs "orientales", au Japon et au Liban bien entendu mais aussi en Iran et en Syrie. Que la cuisine est belle quand elle ouvre aux questions de transmission, de mythes, de traditions, de symboles culinaires, de mémoire et même d'immigration. 


Pour feuilleter en ligne le début de "961 heures à Beyrouth", c'est ici.



Quelques photos de Beyrouth, prises en juin 2021.
Explosions, destructions, restaurations.

Le Palais Sursock. (c) RB.

Maison traditionnelle en restauration. (c) RB.

Mur dédié aux victimes. (c) RB.

L'Electricité du Liban. (c) RB.

Restauration en face du port. (c) RB.

Quartier Mar-Mikhaël. (c) RB.

Rue Gouraud. (c) RB.

Rue Sursock. (c) RB.

Quartier Mar-Mikhaël. (c) RB.

Immeubles restaurés du quartier Gemmayzé. (c) RB.



**
*

Il y a dix ans, le 31 juillet 2011, j'entamais ce blog au si joli logo créé par un ami très cher, dédié à la littérature, au bonheur de lire grand (libellé "littérature générale") ou petit (libellé "jeunesse").

Aujourd'hui, je frôle les deux millions de visites. C'est vertigineux.

Dix ans, l'occasion de se pencher sur quelques chiffres.

Sans surprise, ce sont toujours les décès qui sont le plus consulté. Les plus connus demeurent sur le podium, Maurice Sendak, Robert Doisneau ou Babette Cole. D'autres descendent dans la liste, malgré tout l'amour et l'intérêt qui leur sont toujours portés, Mario Ramos, Jean-Hugues Malineau ou la très chère Claire Franek. Et certains sujets se maintiennent comme le discours de Meg Rosoff à l'ALMA, la très grande interview de Charles Dantzig ou les livres mis à l'index à Venise.


D'où viennent tous ces internautes? Du monde entier! En bonne part, un tiers, de France sur la période des dix ans, mais pas cette dernière année, dominée par la Russie. Des espions ou des robots sans doute. Suivent les Etats-Unis, la Russie, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse et les Pays-Bas. Google Analytics indique aussi 1% d'internautes localisés en Norvège, Ukraine, Canada, Suisse, Royaume-Uni, Espagne, Tunisie, Indonésie, Italie, Emirats arabes unis, Pologne et 9 % encore, non localisés.





Et dix ans, c'est aussi l'idée de prendre des vacances. Retour après le 15 août.






vendredi 30 juillet 2021

Enfin, la fin de la série "50 nuances de Grey"

Une histoire d'amour qui s'est déjà écoulée à plus de 150 millions d'exemplaires de par le monde? C'est la très navrante série culte "50 nuances de Grey" dont vient de sortir en français le sixième et dernier tome qui était, nous dit l'éditeur, tant attendu. "More Grey, cinquante nuances plus claires par Christian" d' E L James (traduit de l'anglais par Denyse Beaulieu,  Dominique Defert et  Carole Delporte, JC Lattès, 550 pages) est paru juste avant les vacances.
Une page se tourne donc, la série ayant commencé il y a dix ans. Fin 2017, à la sortie du tome 5, je vous en disais tout le mal que j'en pensais. Que j'en pensais même depuis le début. C'est à lire ici

Pour l'éditeur, c'est évidemment tout bénéfice. Et on peut le comprendre en ces temps difficiles pour l'édition, surtout s'il investit ses bénéfices dans d'autres genres plus littéraires.

Voici comment il présente ce tome final: 
"Une page se tourne… Après 10 ans d'un tourbillon romantico-érotique qui a déchaîné les passions et révolutionné le monde de l’édition, la saga "Fifty Shades of Grey" touche à sa fin avec la sortie du 6e et dernier tome: "More Grey", dans lequel romantisme et érotisme atteignent leur paroxysme!
150 millions d'exemplaires vendus, des livres traduits en 50 langues, une série de films ayant généré plus d'un milliard de dollars de recette… les chiffres de la saga "Fifty Shades of Grey" donneraient presque le tournis! De son propre aveu, E L James, l'auteure, ne s'attendait pas à un tel succès. Et le dernier tome ne devrait pas déroger à la règle… d'autant qu'il offre un tout nouveau regard sur la saga et ses personnages. Une fin en apothéose qui devrait combler les fans, tout en les laissant sans aucun doute un peu déçus de devoir dire adieu à Christian et Anastasia, qui figurent désormais dans la liste des couples de fiction mythiques.
Ici, on redécouvre leur histoire à travers les yeux de Christian, le personnage qui a capturé le cœur des fans avec son histoire oscillant entre ombre et lumière. On ne peut pas vous en dire plus, au risque de vous gâcher la surprise de la découverte, mais sachez que ce dernier tome donne les clés pour mieux comprendre Christian, enfant maltraité et abandonné devenu l'un des milliardaires les plus convoités des USA. "More Grey" est aussi l'occasion d'une plongée très caliente dans l'univers du bondage et du SM… Passé maître dans le domaine, Christian ne mâche pas ses mots quand il s'agit de décrire les ébats avec sa chère et tendre, et les lecteurs ne devraient pas s'en plaindre! Il ne retient pas non plus ses émotions. Dans ce couple, le dominant n'est peut-être finalement pas celui que l'on croit. Eh oui, dans ce dernier tome, Christian se révèle un amoureux transi et ultra dépendant de son épouse, tandis qu'Ana s'affirme et rejette toute forme de soumission… sauf dans la chambre à coucher bien sûr! "More Grey"  permet aussi de découvrir sous un jour nouveau les différents personnages de la série, notamment les membres de la famille de Christian, grâce à une multitude de scènes inédites. Une jolie manière de célébrer les 10 ans d'une saga qui, si l'on en croit la dévotion de ses fans, n'a pas fini de faire parler d'elle!" 
Sans commentaire.

Pour feuilleter en ligne le début de "More Grey", c'est ici.


Demain, un anniversaire de dix ans d'un tout autre genre!




vendredi 16 juillet 2021

Bourgeoise, as-tu du cœur?

Colombe Schneck. (c) Francesca Mantovani.

Journaliste, cinéaste et écrivaine, Colombe Schneck a ceci de particulier qu'elle écrit des livres, douze et un album jeunesse déjà, qui ressemblent à des romans mais racontent en réalité sa vie, sa famille, ses proches, ce qu'elle a vu, entendu, découvert, réfléchi. Des livres courts, nerveux, sans gras, qui semblent répondre à des impulsions, quasiment tous publiés chez Stock, anodins à première vue mais qui marquent profondément. Des livres personnels qui invitent le lecteur dans leurs pages. Il n'en est pas autrement avec son nouveau titre, le douzième pour adultes donc, "Deux petites bourgeoises" (Stock, 140 pages).

Dédié à la mémoire d'une amie née comme l'auteure en 1966 et décédée trop tôt, à 52 ans, ce livre raconte Esther et Héloïse, deux petites bourgeoises amies pour la vie. Elles se sont rencontrées en sixième année. Elles avaient onze ans. Elles étaient dans la même classe de la très chic école Alsacienne, prestigieuse école privée parisienne. Elles se sont reconnues, sont devenues immédiatement amies. Inséparables. La seule différence entre elles, Héloïse est bourgeoise de sang, Esther parce que ses parents sont de nouveaux riches.

Entièrement daté, "Deux petites bourgeoises" s'ouvre sur une scène d'août 2018. Héloïse et Esther se retrouvent à la fin des vacances. La mort les séparera deux semaines plus tard. Colombe Schneck déroule alors un immense flash-back qui commence en 1977 (lire l'extrait ci-dessous) et d'achève en 2020. On va suivre les deux gamines durant toutes ces années, adolescentes, adultes, épouses, mères, divorcées, amoureuses à nouveau. Deux petites bourgeoises, deux grandes amies, deux tempéraments, deux destins, deux approches de la vie, quelques dissensions, des retrouvailles. Ont-elles du cœur, ces deux petites bourgeoises vouées à leur classe sociale? Oui, évidemment et pas toujours où on les attend. Héloïse et Esther nous balancent leurs questions sur la vie, la mort et l'amitié. De ce ton doux-amer qui fait mouche car il est une fine observation des êtres humains.

Extrait

"1977
Sur les riches, sur les bourgeois, on croit savoir d''avance, c'est comme les cochons, on ne les aime pas.
Bourgeois ou borné, selon un excellent dictionnaire des synonymes, bourgeois ou commun, bourgeois ou conformiste, conventionnel, égoïste, formaliste, grossier, lourd, médiocre, moyen, pantouflard, philistin, médiocre, singe, trivial, bourgeois ou vulgaire.
Les bourgeois sont malheureux et c'est leur faute. Ils sont là, à geindre avec leurs problèmes de riches, leurs dépressions, leurs régimes, les travaux dans leur appartement, la poussière, leurs domestiques, la queue aux télésièges. Quant aux bourgeoises? Forcément étriquées, mal baisées, la peau trop tendue, les pieds serrés dans des escarpins, la main accrochée à leur sac. Et leurs enfants, et leurs filles surtout? Aucun espoir que cela s'arrange.
Esther et Héloïse se rencontrent donc en sixième, elles sont dans la même classe à l’école Alsacienne, une école privée parisienne, une école pour bourgeois libéraux, les pires, ceux qui ont toutes les chances, sans les règles, qui pensent être du bon côté parce qu'ils sont de gauche, qu'ils échapperaient ainsi à cette accusation, "Bourgeois!". Sale race.
Elles sont des filles à papa, des gosses de riches, la cuillère en argent dans la bouche, pendant longtemps elles ne connaîtront rien d'autre, des lunettes noires sur les yeux, leurs pistons, leurs stages, leurs tee-shirts agnès b, leurs meilleures places dans le train. Qu’elles souffrent comme tout le monde. Qu'on les enferme. Qu'elles soient humiliées, rabaissées. Qu'elles subissent ce que toutes les petites filles, les adolescentes, les femmes du monde subissent, il n'y a pas de raison qu'elles échappent, parce qu'elles sont nées dans les bons quartiers, au sort qui leur est réservé.
Pourquoi Héloïse et Esther et pourquoi pas nous?"

L'auteure ajoute plus loin: "On peut les détester de ne rien voir. C'est facile et cela arrivera et elles seront punies, enfin surtout Héloïse."


Pour lire le début en ligne de "Deux petites bourgeoises", c'est ici.




mercredi 14 juillet 2021

La province française, théâtre de Bruno Heitz

Avant Emile. (c) Gallimard.


Chic! Une nouvelle série BD en noir et blanc de Bruno Heitz, dans la lignée de l'excellent "Un privé à la cambrousse" (Seuil d'abord, Gallimard ensuite, lire ici), dont le titre, "Les Dessous de Saint-Saturnin", est déjà tout un programme. Le premier tome est paru, "Le Bistrot d'Emile" (Gallimard, 104 pages), - le suivant, "Tiff'Annie" est annoncé l'an prochain. Et il est fameux! Avec exactement tout ce qu'on aime chez Heitz, une narration bien menée, des personnages truculents, des dessins efficaces, des dialogues qui claquent, des détails à repérer, des reparties à apprécier et une intrigue de polar. Léger, le polar mais prenant. Au service de l'histoire plutôt qu'en moteur principal de l'album.

Avec Emile. (c) Gallimard.


Cette nouvelle série se déroule à Saint-Saturnin, village dont les différents habitants vont tour à tour être les héros des différents tomes. En premier, Emile, qui n'en est pas natif mais vient de Balarin-les-Flots. Il y était garçon de café. A Saint-Saturnin, il reprend le bistrot du village et le baptise à son nom. Sous l'impulsion des rires incroyables du nouveau tenancier, le café reprend vie. Explose de vie. Devient le lieu de rencontre de tous les habitants. Bruno Heitz nous les raconte comme il sait si bien le faire. Mais après "dix ans de rires, d'apéros, de blagues, de belotes, de torgnoles parfois, dix ans de re-rires", Emile annonce qu'il a vendu son bistrot et s'en va. Saint-Saturnin s'enfonce, s'écroule. Le passé se désagrège au profit d'un sinistre présent.

Sans Emile. (c) Gallimard.

Une seule solution, faire revenir Emile. Plus facile à dire qu'à faire car toutes les jalousies, rancœurs, secrets qui s'étaient endormis grâce à la bonne humeur et aux attentions d'Emile ressurgissent, pires que jamais. L'arrivée d'une banque et de sa conseillère financière rajoute encore une couche aux frictions existantes. Il faudra l'opiniâtreté d'Annie la coiffeuse pour dégoter une première piste en direction d'Emile. Une initiative qui va envoyer la villageoise dans une aventure haute en rebondissements dont nous savourons toutes les péripéties, les jeux de mots et de langage.

A la recherche d'Emile. (c) Gallimard.






Promotion de la Légion d'honneur en France


La France a décrété la lecture "grande cause nationale"
. Fort bien. Mais quand on parcourt la liste des 467 promus de la Légion d'honneur, à parité homme-femme, en ce 14 juillet 2021, on cherche en vain les écrivains. Auraient-ils tous refusé la rosette? Les seules personnes approchant de la littérature sont le sociologue-philosophe centenaire Edgar Morin et l'académicien et ancien avocat François Sureau.
Cela s'explique sans doute par la répartition des décorés du jour: 29% appartiennent au secteur public ou à celui des organisations internationales, 26,9% relèvent des activités économiques, 18,5% œuvrent dans le domaine de la santé, 8,1% sont impliqués dans la recherche et l'enseignement, 7,5% sont des élus et assimilés, et 6,5% ont comme champ d'activité la culture et la communication.

Sont notamment sortis aujourd'hui du chapeau, en un inventaire digne de Prévert
  • les chorégraphes Carolyn Carlson et Georges-François Hirsch
  • le comédien et réalisateur Samuel Le Bihan
  • la philosophe Corine Pelluchon 
  • le coureur cycliste Lucien Aimar
  • les journalistes Harry Roselmack, Roger Cohen et... Jean-Pierre Pernaud
  • l'artiste lyrique et comédienne Natalie Dessay
  • l'actrice Laetitia Casta
  • la médecin Marina Carrère d'Encausse
  • le navigateur Jean Le Cam
  • l'ancien commissaire européen Pascal Lamy
  • le préfet de police de Paris Didier Lallement, 
  • le protecteur de la nature Allain Bougrain-Dubourg
  • l'ancien ministre Pierre Moscovici


Bon, c'est pas tout ça, j'ai des livres à lire, moi.



mardi 13 juillet 2021

Récits de vie de 0 à 18

Susie Morgenstern.

Fée de la littérature de jeunesse avec une centaine de titres publiés et grandement appréciés, Susie Morgenstern a déjà raconté abondamment sa vie dans des romans et des albums destinés à toutes les tranches d'âge de l'enfance et de l'adolescence. Habituée des manifestations littéraires jeunesse, salons, festivals, rencontres scolaires, Susie Morgenstern n'a jamais hésité à y partager de nombreux événements de sa vie, petits ou grands, joyeux ou tristes. Pour peu qu'on soit amateur de littérature de jeunesse, on sait beaucoup de choses sur celle qui est née Susie Hoch à Newark dans le New Jersey aux Etats-Unis le 18 mars 1945 et est arrivée en 1965 en France, à Nice précisément, après avoir rencontré en Israël, à 18 ans, un mathématicien français, Jacques, l'amour de sa vie dont elle allait prendre le patronyme!

A lire "Mes 18 exils" (L'Iconoclaste, 224 pages), sa passionnante autobiographie publiée du haut de ses 76 ans, on se rend compte que Susie Morgenstern ne vous avait pas tout dit. Le reste, elle nous le confie de sa plume singulière, vive et sensible, si proche de sa diction qu'en la lisant, on entend son épouvantable accent américain. Le reste. Son immense amour de la vie, peu importe les surprises. Son appétit pour chaque jour qui commence avec, si possible, ses grands éclats de rire distinctifs. Son état d'esprit ouvert à l'aventure de vivre. Pas par militantisme mais parce qu'elle est comme ça, Susie.

En décidant de baser son autobiographie sur un mot à même de faire peur et d'occulter un récit extrêmement passionnant, digne d'un roman ("Quelle vie! Plus pleine, plus riche, plus drôle qu'un roman") et en le déclinant 18 fois, Susie Morgenstern peut donner l'impression de vouloir dérouter son lecteur. C'est mal connaître cette professionnelle de l'écriture, cette championne des déclarations. Son lecteur, elle le rattrape tout de suite par un bref cahier photo en ouverture de l'ouvrage et par un bref résumé des "18 exils" qu'elle a définis. Du premier, "naître", au dix-huitième, "mourir", en passant par tout ce qui a fait d'elle l'être humain aussi original qu'attachant qu'elle est: son sexe, sa famille, sa religion, ses rencontres amicales, amoureuses, ses maternités, son changement de pays, ses études, son boulot, ses joies et ses deuils, ses tristesses, son veuvage, sa maladie, sa résurrection amoureuse...

Tout cela, Susie Morgenstern nous le confie avec sincérité, nous entraînant à sa suite dans cette incroyable aventure qu'est sa vie, qu'est la vie. Une vie qu'elle a toujours croquée à pleines dents, forte de ses appétits variés, manger, lire, écrire, aimer, enseigner, donner. Même si elle a parfois morflé, l'énergique qu'elle est a thésaurisé chaque fois. Elle nous partage son évolution, ses doutes, ses questions, ses réussites, ses rigolades. Sa volonté farouche de suivre sa voie, de quitter certaines choses et d'en découvrir d'autres. Son impertinente liberté.

"Mes 18 exils" se lit avec curiosité et plaisir, hymne à la vie lucide et plein d'émotions, de rires et d'autodérision. Quel parcours! Merci à Susie de nous le partager et de nous inciter à vivre nos vies et à profiter de chaque moment.
"L'ultime exil, on essaie tous de ne pas y penser
Mais quand on n'en est pas loin, c'est difficile.
Ma prière quotidienne: "Merci d'être en vie!"
Restons le plus possible dans cette vie
dont on se plaint mais qu'on aime tant-tant-tant!"
"Exil 18, Mourir".




Les petits bonheurs de Susie Morgenstern par elle-même

Mes petits bonheurs

Rester à la maison
Se lever
Se laver
Presser les oranges du jardin
Écouter les gazouillements de la cafetière
Toaster
Tartiner
France Inter
Se brosser les dents
Contempler le ciel bleu azur
Faire le lit avec des beaux draps
Faire une lessive
Attacher une montre sur le poignet
Faire du stretching pour le dos en miettes
S’habiller dans des vieilles guenilles 100 % coton
Écrire une page dans un journal intime
Répondre à de vraies lettres
Arranger les coussins de toutes les couleurs
Allumer l’ordinateur
E-mail
Regarder la mer au loin
Penser à Jacques
Arroser les plantes
Parler au téléphone
Cuisiner pour Mayah et Jean-Marc
Tendre le linge sur le toit
S’allonger cinq minutes au soleil
Penser à Yona et à Noam
Taper trois pages


 

mardi 6 juillet 2021

Le décès paisible d'Axel Kahn, médecin, penseur, marcheur, écrivain

L'image d'Axel Kahn qu'on gardera en tête.

Axel Kahn, médecin, généticien, président de la Ligue française contre le cancer, chercheur, écrivain est mort ce 6 juillet d'un cancer galopant. Il avait 76 ans. "Je lutte contre le cancer et il se trouve que la patrouille m'a rattrapé", avait-il déclaré à France Inter. Il avait annoncé sa maladie sur son compte Facebook le 21 mai parce qu'il ne pouvait plus lui échapper et qu'il savait qu'il allait perdre. Régulièrement depuis, il donnait de ses nouvelles, santé et moral, sur le réseau social, faisant montre de réflexions et de décisions solidement mûries auxquelles il n'allait pas déroger. En gros, quand ce serait trop douloureux, le loup, surnom qu'il s'était donné, arrêterait de vivre.


On peut retrouver une sélection de ces notes qu'Axel Kahn avait lui même opérée dans une partie de son blog intitulée "La chronique apaisée de la fin d'un itinéraire de vie" (ici). Son chemin vers la mort qui avait accompagné des milliers de personnes pendant les derniers mois de l'intéressé. On peut aussi regarder l'interview d'Axel Kahn dans la Grande Librairie du 23 juin (ici, à partir de la minute 8).

Axel Kahn, j'avais eu la chance de le rencontrer il y a six ans, lors de la sortie de son livre "Entre deux mers, voyage au bout de soi" (Stock). Une note de blog que j'avais intitulée "Marcher au bout de soi", à retrouver ici.






lundi 5 juillet 2021

Je cherche un guide de littérature jeunesse

Plusieurs illustrations des "Droits du lecteur" selon Quentin Blake et Daniel Pennac
figurent dans "Tout..." (c) Gallimard Jeunesse.

Pour entrer en littérature de jeunesse aujourd'hui, il faut être soit passionné, soit complètement naïf. D'abord parce que ce secteur s'étend des albums pour les tout-petits aux romans pour les grands ados, en passant par les albums, les romans illustrés, les romans non illustrés, les bandes dessinées, les documentaires et quelques percées numériques. Ensuite parce qu'il y sort environ quinze mille nouveautés par an! Une montagne à escalader pour les néophytes.

Comment s'y retrouver? Par quoi commencer? Comment s'y orienter? Autant de questions que je n'ai pas eu à me poser, étant arrivée en littérature de jeunesse au moment où elle entamait son envol. Dans les années 1970. Pour rédiger mon mémoire universitaire (ULB, 1980), je me suis installée deux mois dans des librairies jeunesse tout juste ouvertes à  Bruxelles. Avec application, je vidais les rayons les uns après les autres. Sagement assise à ma table, je lisais tout avec précaution. Et je remettais ensuite proprement les livres en place. Pas mal d'heures de lecture quand même, mais une fois l'effort fourni, j'étais à niveau. Il m'a ensuite suffi de suivre les nouvelles parutions. Ce que je fais encore aujourd'hui.

Mon système D ne serait toutefois plus opérationnel de nos jours. Les librairies proposent en général les nouveautés et les valeurs sûres du fonds. Beaucoup de titres majeurs ont disparu. Les créations d'aujourd'hui sont, on l'oublie trop souvent, le fruit - ou le contre-fruit - de ce qui est né hier. Encore faut-il savoir ce qui s'est fait hier ou avant-hier. Les spécialistes actuels manquent souvent de recul dans leurs analyses. A se demander quelle mémoire à plus de cinq ans ils ont.

C'est dire si le nouvel ouvrage de la Française Sophie Van der Linden, critique spécialiste de la littérature pour la jeunesse, essayiste et romancière, bien connue en Belgique notamment pour ses contributions au prix Bernard Versele, "Tout sur la littérature jeunesse, de la petite enfance aux jeunes adultes" (Gallimard Jeunesse, 288 pages) vient à point. Si l'utilisation du mot "Tout" fait sourire certains et d'autres grincer des dents, il faut le comprendre dans l'idée d'être le plus complet possible. De couvrir tous les âges et de s'adresser à tous les publics, du parent au professionnel.

Sophie Van der Linden expliquait il y a peu sa démarche sur sa page Facebook.
"TOUT, donc...
Ceux qui me connaissent un peu savent que ce fut mon très grand chantier ces dernières années. Avec quelle insouciance me suis-je plongée dans ce projet après qu'ayant considéré les multiples réimpressions de "Je cherche un livre pour un enfant", nous avions topé, avec Hedwige Pasquet, présidente de Gallimard Jeunesse, sur le défi de faire à présent "Le Laurence Pernoud de la littérature jeunesse". 
Donner des repères, faire entrer dans une culture, aider au choix des livres, promouvoir la création, accompagner tous ceux qui veulent se former ou tout simplement mieux connaître la littérature jeunesse n'étaient pas de petites motivations. Elles m'ont permis de mener à son terme un long travail qui a ensuite été porté de mains de maître par Jean-Philippe Arrou-Vignod, Pierre Jaskarzec, Jean-François Saada, Cédric Ramadier. Ils en ont fait un très beau livre qui fera son entrée en librairie le 13 mai. Parents, grands-parents, bibliothécaires, enseignants, animateurs, lecteurs bénévoles, étudiants en illustration, en librairie, ou tout simplement passionnés: ce guide est pour vous."
Un sommaire en rabat de couverture. (c) Gallimard Jeunesse.


Coloré, très structuré dans son approche, avec un sommaire apparaissant sur le rabat de couverture, "Tout sur la littérature jeunesse" s'ouvre sur une phrase extraite des "Essais critiques" de Roland Barthes: "La littérature ne permet pas de marcher, mais elle permet de respirer." Fameuse caution pour la littérature de jeunesse qui continue à être souvent déconsidérée, surtout par ceux qui ne la connaissent pas. Et évidemment, quand on parle de "littérature de jeunesse", on pense à ce qu'elle offre de meilleur et non à ces livres gnangnan ou médicaments qui envahissent les rayons depuis quelques années. Rappelons encore la magnifique formule de Jean Fabre, un des trois fondateurs de l'école des loisirs en 1965 (lire ici), à propos de l'album pour jeune enfant et qui a encore toute sa valeur aujourd'hui: "L'album est pour l'enfant un miroir de lui-même, un porte-voix de ses émotions et une fenêtre ouverte sur le monde."

Le manga expliqué. (c) Gallimard Jeunesse.

Sophie Van der Linden elle-même précise en introduction: "Si aucun livre n'est tout à fait inutile, il s'agit quand même, lorsque l'on souhaite accompagner des enfants et des jeunes lecteurs dans leurs lectures, de distinguer des livres de qualité. A savoir des livres conçus par des auteurs impliqués, fabriqués par des éditeurs attentifs. (...) des œuvres qui prennent le parti de l'écriture, la recherche de sens ou le plaisir esthétique." Quelques remarques liminaires posées, elle entre dans le vif de son sujet, qui se déclinera en huit parties, très richement illustrées de choix de titres accompagnées de leurs couvertures. Ces suggestions de titres, environ 900 au total (!), sont une des grandes richesses de l'ouvrage.

  1. Des repères dans l'histoire du livre pour la jeunesse, ponctués d'une soixantaine de titres marquants et datés, et de quelques considérations sur les tendances de l'édition à différentes époques.
  2. Les grandes caractéristiques de la littérature pour la jeunesse: tranches d'âge et compétences en lecture; relectures innombrables d'un même titre; les séries dont Harry Potter mais pas que; plaisir d'avoir peur; les animaux.
  3. Des conseils en faveur de la lecture enfantine: pour la réussite scolaire, pour l'épanouissement psychique et social, en rite familial, en concurrence avec les écrans, en cas d'écueil, méthode de lecture aux enfants, aux bébés, à un groupe.
  4. Les types de livres: des livres d'éveil au roman jeunesse, en passant par les abécédaires, les albums avec ou sans texte, les livres animés, les livres-jeux, la BD, le manga, les premières lectures et les textes illustrés, sans oublier les livres à écouter et la presse jeunesse.
  5. Les genres: contes, humour, imaginaire, réel, documentaire, théâtre à lire, poésie.
  6. Bibliothèques idéales: des sélections pour huit tranches d'âge croissantes, chaque fois déclinées en 20 incontournables, valeurs sûres illustrées des couvertures et résumées, complétés d'autres titres simplement cités et de zooms sur des livres-phares ou des expériences de jeunes lecteurs, des listes à considérer comme des tremplins vers des explorations plus fouillées.
  7. Polémiques et questionnements à propos de la littérature de jeunesse: préjugés, stéréotypes, moralisme, censure, liberté de création, dangerosité.
  8. Carnet pratique: lieux du livre et de la lecture, repères sur les métiers, formations, chaîne du livre, chiffres sur le livre de jeunesse et une douzaines de sélections (albums, BD, premières lectures, romans junior, romans ados, etc.)
Des listes de titres suggérés dont les "20 incontournables". 
(c) Gallimard Jeunesse.


En moins de trois cents pages, Sophie Van der Linden parvient à démêler cet écheveau complexe qu'est devenue la littérature de jeunesse, cette montagne sur les flancs de laquelle elle dessine des chemins de promenade ou de randonnée qu'elle balise avec sagesse et compétence. Elle balaie son histoire et ses maisons d'édition, peu importe leur taille. Elle donne la parole à de nombreux acteurs de cette branche de la littérature. Avec "Tout...", elle permet aux anciens de prendre du recul et de confronter leur vision à la sienne, aux plus jeunes de s'orienter entre ces milliers de livres dont tous ne valent pas qu'on s'y arrête. Le ton n'est pas celui d'une pédagogue qui délivre son savoir mais d'une experte passionnée qui transmet ses admirations et les raisons de ses enthousiasmes. Voilà un guide extrêmement complet et, surtout, passionnant de bout en bout!

Un focus sur un artiste ici et là. (c) Gallimard Jeunesse.


Pour feuilleter les trente premières pages de "Tout sur la littérature de jeunesse", c'est ici.


Un guide aussi structuré qu'illustré. (c) Gallimard Jeunesse.





jeudi 1 juillet 2021

La projection du film "Avoir lieu" va avoir lieu

"Avoir lieu". (c) Laurent d'Ursel.

Au début de cette année 2021, moment de résolutions et de vœux par excellence, Laurent d'Ursel mettait en ligne le film "Avoir lieu", film d'art contemporain militant consacré à la recherche d'un lieu pour la nouvelle exposition de l'artiste contemporain militant et aussi militant pour les droits humains.

Six mois plus tard, d'Ursel en annonce la première mondiale. Ce sera ce jeudi 1er juillet à 20 heures au cinéma Nova (rue d'Arenberg, 3 à 1000 Bruxelles). C'est gratuit et tout le monde est invité (infos ici). Le public y croisera peut-être les sept destinataires du film qui ont été conviés à la projection mais sont prudemment annoncés "sous réserve", à savoir Carine Fol (directrice de La Centrale), Denis Gielen (directeur artistique du MAC's), Adrien Grimmeau (directeur de l'Iselp), Jérôme Mayer (curateur chez Les Brasseurs), Grégory Thirion (directeur du Botanique), Pierre-Olivier Rollin (directeur du BPS22) et Dirk Snauwaert (directeur du WIELS).

"Avoir lieu", premier long métrage (94 minutes) de Laurent d'Ursel accompagne sa prochaine exposition en tentant de lui trouver un lieu. Titrée "Courage, fuyez", elle n'est pas en lien avec l'actualité de 2020 car il y a trois ans que le bonhomme la prépare, la chouchoute, la propose ici et là. Et là et là et là et là et là. Sans résultat pour le moment. Alors il biaise. Et nous propose ce film au titre bien choisi, dans le cadre de l'exposition "Courage, fuyez".

Le résumé du film: un artiste contemporain militant piège 7 lieux pour y exposer.

Le pitch du film: le courage est à la portée du premier venu et du dernier arrivé.

La morale du film: il faut tourner 7 fois un film dans sa bouche avant de tirer la langue.

A soixante ans passés, Laurent d'Ursel ne s'est toujours pas calmé. Et heureusement. Il est le seul à avoir ce ton fait de gouaille adolescente et de fulgurances philosophiques. Un côté farfelu mais c'est du toc. L'art de mettre le doigt là où ça fait mal.

Avec ce disciple de l'art contemporain militant, même en art, il se passe toujours quelque chose. Et rarement une seule chose. Une apparence de légèreté mais une profondeur à laquelle chacun peut accéder sans être écrasé par la personnalité de l'artiste. Un écrivain, un plasticien, un militant, un enthousiaste, un excentrique, mais cela, on le sait.

"Avoir lieu". (c) Laurent d'Ursel.

"Avoir lieu" vaut la peine d'être vu. Bien sûr, on est un peu décontenancé au début mais on se prend vite au jeu des sept actes militants. L'acte un consiste à se mouler les deux pieds dans des blocs de béton et à  aller batifoler au bord du canal. L'acte deux détruit le concept du "White Cube" en brûlant tout nu dans un "White Igloo". Dans l'acte trois, le réalisateur-acteur se presse le corps avec des serre-joints et des plaques d'imprimerie... Suivent quatre autres performances tout aussi originales, audacieuses, engagées, drôles ou plus tristes, nourrissantes, incitant toujours à réfléchir. A voir sans hésitation.

"Avoir lieu". (c) Laurent d'Ursel.



On peut à nouveau visionner "Avoir lieu" sur la plateforme Vimeo (ici).





jeudi 24 juin 2021

La philosophe belge Vinciane Despret parmi les 65 distinctions 2021 de l'Académie française

Vinciane Despret, honorée pour l'ensemble de son œuvre.

Si le terme "Académie française" laisse souvent présupposer mille choses, pas toujours à la gloire de l'assemblée qui se tient au Quai Conti, il est un événement pour lequel on ne peut que la louer. Il s'agit de la publication de son palmarès annuel. Ce jeudi 24 juin, jour de la Saint-Jean, l'Académie française a communiqué son palmarès pour l'année 2021. Un palmarès fort de 65 distinctions, sachant que le Grand Prix du Roman sera, comme de coutume, décerné à l'automne.

Un palmarès dans lequel on relève avec un immense plaisir les noms des écrivains  Frankétienne, Abdourahman Waberi, Patrick Deville,  Camille de Toledo, Diane Meur, Pierre Ducrozet. Mais aussi ceux du chanteur Etienne Daho et du cinéaste Albert Dupontel. Et bien entendu celui de la philosophe belge Vinciane Despret, dont le dernier ouvrage, "Autobiographie d'un poulpe. Et autres récits d'anticipation" (Actes Sud) fait énormément parler de lui.




PALMARÈS DE L'ANNÉE 2021


complété des maisons d'édition par nos soins. 

GRANDS PRIX

Grand Prix de la Francophonie
Frankétienne (Haïti)
Grande Médaille de la Francophonie
M. Abdourahman Waberi (Djibouti)
Grand Prix de Littérature
M. Patrick Deville, pour l'ensemble de son œuvre
Grand Prix de Littérature Henri Gal
Prix de l' Institut de France
M. Claude Arnaud, pour l'ensemble de son œuvre
Prix Jacques de Fouchier
M. Alain Schnapp, pour "Une histoire universelle des ruines. Des origines aux Lumières" (Seuil)
Grand Prix Michel Déon
M. François Cérésa
Prix de l'Académie française Maurice Genevoix
M. Michel Bernard, pour "Le Bon Sens" (La Table Ronde)
Grand Prix Hervé Deluen
M. Jordan Plevnes (Macédoine du Nord)
Grand Prix de Poésie
M. Claude Royet-Journoud, pour l'ensemble de son œuvre poétique
Grand Prix de Philosophie
M. Emmanuel Housset, pour l'ensemble de son œuvre
Grand Prix Moron
Mme Vinciane Despret, pour l'ensemble de son œuvre
Grand Prix Gobert
M. François Hartog, pour "Chronos. L'Occident aux prises avec le temps" (Gallimard)
Prix de la Biographie (littérature)
MM. Jean-Louis Cabanès et Pierre Dufief, pour "Les Frères Goncourt" (Fayard)
Prix de la Biographie (histoire)
Mme Pauline Dreyfus, pour "Paul Morand" (Gallimard)
Prix de la Critique
Mme Béatrice Didier, pour l'ensemble de ses travaux critiques
Prix de l'Essai
M. Jean-Claude Bonnet, pour "Les Connivences secrètes. Diderot, Mercier, Chateaubriand" (Rivages)
Prix de la Nouvelle
M. David Thomas, pour "Seul entouré de chiens qui mordent" (L'Olivier)
Prix d'Académie
M. François Azouvi, pour "Français, on ne vous a rien caché. La Résistance, Vichy, notre mémoire" (Gallimard)
M. Laurent Dandrieu, pour "La Confrérie des intranquilles" (L'homme nouveau)
M. Gérard Guégan, pour "Fraenkel, un éclair dans la nuit" (L'Olivier)
M. Pierre Joannon, pour "Michel Mohrt, réfractaire stendhalien" (La Thébaïde)
Prix du cardinal Grente
P. Philippe Capelle-Dumont, pour l'ensemble de son œuvre
Prix du Jeune Théâtre Béatrix Dussane-André Roussin
M. Dieudonné Niangouna, pour l'ensemble de ses ouvrages dramatiques
Prix du Cinéma René Clair
M. Albert Dupontel, pour l'ensemble de son œuvre cinématographique
Grande Médaille de la Chanson française
M. Étienne Daho, pour l'ensemble de ses chansons
Prix du rayonnement de la langue et de la littérature françaises
Mme Emily Beeny, conservateur au J. Paul Getty Museum
M. Michel Foucher, géographe et auteur de l'"Atlas des mondes francophones" (Marie B)
Mme Helen Glanville, spécialiste des questions de conservation et de restauration des biens culturels
Mme Emmelie Prophète-Milcé, femme de lettres et directrice du Bureau haïtien du droit d'auteur
M. Jean-Noël Schifano, traducteur de l'italien et directeur de la collection "Continents noirs" (Gallimard)


PRIX DE POÉSIE

Prix Théophile Gautier
M. Pierre Dhainaut, pour "Une porte après l'autre après l'autre", suivi de "Quatre Éléments plus un" (Faï Fioc)
Prix Heredia
M. Joël Vernet, pour "L'oubli est une tache dans le ciel" (Fata Morgana)
Prix François Coppée
M. Louis-Philippe Dalembert, pour "Cantique du balbutiement" (Bruno Doucey)
Prix Paul Verlaine
M. Réginald Gaillard, pour "Hospitalité des gouffres" (Ad Solem)
Prix Henri Mondor
M. André Stanguennec, pour "Novalis-Mallarmé. Une confrontation" (Honoré Champion)
Prix Maïse Ploquin-Caunan
M. Emmanuel Laugier, pour "Chant tacite" (Nous)


PRIX DE LITTÉRATURE ET DE PHILOSOPHIE

Prix Montyon
M. Jean Seidengart, pour "L'Univers infini dans le monde des Lumières" (Les Belles Lettres)
Prix La Bruyère
Mme Séverine Denieul, pour "Casanova. Le moraliste et ses masques" (Classiques Garnier)
Prix Jules Janin
Mme Marguerite Bordry, pour sa traduction de "Senso et autres nouvelles vénitiennes" de Camillo Boito (Presses Universite Paris-Sorbonne)
Prix Émile Faguet
M. Gérard Ferreyrolles, pour "De Pascal à Bossuet. La littérature entre théologie et anthropologie" (Honoré Champion)
Prix Louis Barthou
Mme Annick Louis, pour "L'Invention de Troie. Les vies rêvées d'Heinrich Schliemann" (EHESS)
Prix Anna de Noailles
Mme Tiphaine Samoyault, pour "Traduction et violence" (Seuil)
Prix François Mauriac
Mme Celia Levi, pour "La Tannerie" (Tristram)
Prix Georges Dumézil
M. Jean-Michel Robert, pour "Leibniz et les universaux du langage" (Honoré Champion)
Prix Roland de Jouvenel
Mme Alexandra Lapierre, pour "Belle Greene" (Flammarion)
Prix Biguet
M. Dominique Pradelle, pour "Intuitions et idéalités. Phénoménologie des objets mathématiques" (PUF)
Prix Pierre Benoit
M. Hervé Gaillet, pour "Pierre Benoit, autrement" (AlterPublishing)
Prix Jacques Lacroix
M. Loïc Bollache, pour "Comment pensent les animaux" (Humensciences)
Prix Sivet
M. Jean-Noël Blanc, pour "Des opéras de lumière. Ravier et Thiollier" (Le Realgar)


PRIX D'HISTOIRE

Prix Guizot
Mme Isabelle Dasque, pour "Les Diplomates de la République (1871-1914)" 
M. Clément Oury, pour "La Guerre de Succession d'Espagne. La fin tragique du Grand Siècle" (Presses Universite Paris-Sorbonne)
Prix Thiers
M. Nicolas Schapira, pour "Maîtres et Secrétaires (XVIe-XVIIIe siècle). L'exercice du pouvoir dans la France d'Ancien Régime" (Albin Michel)
Prix Eugène Colas
M. Étienne Peyrat, pour "Histoire du Caucase au XXe siècle" (Fayard)
Mme Patricia Sorel, pour "Napoléon et le livre. La censure sous le Consulat et l'Empire (1799-1815)" (PUR)
Prix Eugène Carrière
M. Alexandre Maral et Mme Valérie Carpentier-Vanhaverbeke, pour "Antoine Coysevox (1640-1720), le sculpteur du Grand Siècle" (Arthena)
Prix du maréchal Foch
M. Gaïdz Minassian, pour "Les Sentiers de la victoire. Peut-on encore gagner une guerre?" (Passés Composés)
Prix Louis Castex
Mme Armelle Faure, pour "Révolution et sorcellerie. Une ethnologue au Burkina Faso" (Elytis)
Prix Monseigneur Marcel
M. Brenton Hobart, pour "La Peste à la Renaissance. L'imaginaire d'un fléau dans la littérature au XVIe siècle" (Classiques Garnier)
M. Bruno Méniel, pour "Anatomie de la colère. Une passion à la Renaissance" (Classiques Garnier)
Prix Diane Potier-Boès
Mme Claude Denjean, pour "Les Juifs et les pouvoirs. Des minorités médiévales dans l'Occident méditerranéen (XIe-XVe siècle)" (Cerf)
Prix François Millepierres
M. Benoît Rossignol, pour "Marc Aurèle" (Perrin)
Prix Augustin Thierry
M. Pierre-Yves Le Pogam et Mme Sophie Jugie, pour "La Sculpture gothique (1140-1430)" (Hazan)


PRIX DE SOUTIEN À LA CRÉATION LITTÉRAIRE

Prix Henri de Régnier
M. Camille de Toledo, après "Thésée, sa vie nouvelle" (Verdier)
Prix Amic
Mme Diane Meur, après "Sous le ciel des hommes" (Sabine Wespieser)
Prix Mottart
M. Pierre Ducrozet, après "Le Grand Vertige" (Actes Sud)





dimanche 20 juin 2021

20 juin, journée mondiale des réfugiés



Bonne nouvelle, l'album pour enfants "L'Odyssée d'Amina" de Marie Wabbes (Des pages et des notes, lire ici) est toujours disponible et bénéficie d'un lancement vidéo à voir ci-dessus ou ici.


Qu'est-ce qu'un réfugié? En général, les réfugiés sont des personnes fuyant la guerre ou qui ont connu diverses guerres et révolutions dans leur pays. Ils peuvent aussi fuir des persécutions, des catastrophes naturelles, ou autres. Selon le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), plus de 82 millions de personnes sont aujourd'hui déplacées de force dans le monde, soit deux fois plus qu'il y a dix ans. Parmi elles, des réfugiés, des demandeurs d'asile et des déracinés internes.

Mais si on s'en réfère aux actualités récentes, un réfugié est surtout quelqu'un qui se noie en Méditerranée, parfois dans la Manche. Parce qu'il n'a pas eu le choix d'un autre chemin. Parce que personne n'est venu à son secours. Ou pour éviter d'être ramené dans la Libye qu'il fuit, facile à comprendre. En 2020, les autorités libyennes ont intercepté 11.891 migrants au large de leur pays. Parfois grâce à des informations de l'agence européenne Frontex dont ce n'est pas le rôle. L'OIM (Organisation internationale pour les migrations) estime que 17.000 personnes sont mortes en Méditerranée depuis 2014. Mais la réalité est bien pire. Et il est à noter que la plupart des migrants qui meurent chaque année, perdent la vie aux portes de l'Europe.

Pour aborder la question des réfugiés, cinq livres, deux bandes dessinées et un premier roman pour adultes, un album pour enfants et un roman pour ados (d'autres titres pour toutes les tranches d'âge ici).

 
Mona rencontre Monika par hasard. (c) Casterman


Dans l'épaisse bande dessinée "Chez toi" (Casterman, 208 pages), Sandrine Martin nous emmène dans un camp de réfugiés à Athènes il y a cinq ans. On y fait la connaissance de Mona, une réfugiée syrienne originaire de Homs qui vit là, sous tente, avec son compagnon. Puis de Monika, une Grecque qui est sage-femme auprès des réfugiés. Elle vit à Athènes avec son mari au chômage et leur petite fille de trois ans. Elles se croisent au centre de santé de Médecins du monde à Athènes. La seconde est là quand la première  apprend qu'elle est enceinte. Entre ces deux femmes surgit une sympathie immédiate et réciproque.

Ce récit graphique majoritairement en bleu, éclairé de dégradés de rouge et de blanc, nous fait suivre ces deux jeunes femmes, insatisfaites chacune de leur existence. On les comprend sans les juger, sans les jauger, comme le fait l'auteure-illustratrice dont le récit s'inspire d'une étude anthropologique sur les relations entre les femmes enceintes migrantes et le personnel médical et d'une enquête sur une femme en particulier.

Sandrine Martin nous partage l'amitié qui a éclos entre ces deux femmes de deux mondes qui se sont rencontrées par hasard. Qui se sont trouvées. Qui ont pu partager leurs aspirations, s'écouter, se comprendre, se soutenir. Superbement illustré, écrit avec tact, "Chez toi" est un récit graphique bouleversant, sincère, empathique, qui oblige à réfléchir sur le sort imposé aux réfugiés bien sûr mais aussi à d'autres thèmes de société.

**
*


Jour 5, un mort à bord; jour 6, la presse. (c) Encre de nuit.


L'Algérien résidant en Tunisie (attesté dans son album sur le bled, lire ici) Salim Zerrouki utilise un ton tout à fait différent, le sien, l'humour noir, la dérision, le cynisme, pour dénoncer dans "Comment réussir sa migration clandestine" (Editions Lalla Hadria/Encre de nuit, 92 pages) ce que l'Europe veut à tout prix ignorer. "La plupart de ces histoires qui vont vous paraître affreusement cruelles, absurdes et impossibles, sont tirées de faits réels", avertit le dessinateur de presse en ouverture du livre (QR code de lien aux articles en fin d'ouvrage). On va effectivement s'en prendre plein la gueule. De ce que l'Europe ne veut pas voir.
"Cet album engagé m'a pris 2 ans de travail", explique Salim Zerrouki sur sa page FB, "son élaboration n'a pas été de tout repos, j'ai même déprimé tout au long du processus de création vu la gravité du sujet, mais j'ai tenu bon et j'ai réussi à le finir. Je vous présente 2 ans de labeur en couleur et en douleur, ceux qui sont habitués à rire en lisant mes bd, cette fois-ci, je vous préviens vous allez rire jaune voire pas du tout."
L'album se présente comme un guide pratique: apprendre à boire de l'eau salée, rencontrer un passeur, payer, attendre, partir de nuit sur la mer. Là, les choses se compliquent: le moteur meurt, puis le premier gars, puis d'autres, après dix jours de dérive, la barque touche terre. Une autre traversée nous est présentée, en zodiac cette fois, comme un feuilleton télévisé avec épreuves à la clé. Autres sujets: le vol d'organes, la "délocalisation" de migrants par des obus militaires, les abus sexuels, les tabassages... 

(c) Encre de nuit.
Si le projet tunisien fait sourire par sa cohérence et son pragmatisme, l'horreur revient vite: traite des migrants-esclaves, racket des familles par les passeurs libyens, visites des officiels européens et leurs suppléments de choix, le tout entrecoupé de planches explicatives, "comment se sauver en cas de noyade", "le kit pour survivre" (comprenant un nuancier de couleurs de peau) et la pire, la dernière, "Comment éviter de tomber enceinte lors de viols répétitifs"!

Ces neuf histoires indépendantes sont autant de claques pour inciter les Européens à prendre enfin leurs responsabilités. Une BD aussi terrible que nécessaire. Pas un mot de trop. Des faits. Plus besoin de plaidoyer. Les récits sobrement mis en images se suffisent.


**
*


En bande du roman, le tableau de Miquel Barceló,
très influencé par les naufrages de barques de migrants.

Pour son premier roman, Stéphanie Coste qui a vécu en Afrique jusqu'à son adolescence, a choisi un sujet risqué, rarement traité depuis que la fiction s'intéresse aux réfugiés, le trafic et le rançonnage d'êtres humains dans le cadre de la migration. Dans "Le passeur" (Gallimard, 129 pages), elle donne la parole à Seymoun, un des plus gros passeurs de la côte libyenne. Un salaud absolu, comme tous ceux de son espèce, un bourreau qui monnaie l'espoir, un homme, encore jeune, qui ne montre aucune humanité. Ni avec ceux à qui il promet le passage moyennant finance, ni avec ceux qui travaillent avec lui, ni avec ses rivaux locaux.

On voit évoluer Seymoun, bourreau sans scrupule, quasi suicidaire dans ses excès d'alcool et de drogue, et on en est glacé. On le sera encore plus lorsque le passeur sera rattrapé par les démons et les fantômes de son passé. L'occasion pour la primo-romancière de rappeler que le présent est le fruit de ce qui s'est déroulé hier. Avec des phrases brutes, une intrigue imparable, elle élabore une fresque historique de ce continent dans laquelle se dessine une terrible histoire personnelle. Un itinéraire qui n'excuse rien mais permet d'encore mieux prendre la mesure de la folie des uns et des autres et reflète l'humanité dans ce qu'elle a de plus de noir et de plus pur. Un premier roman haletant qui met un grand coup au plexus.

Pour feuilleter en ligne le début du "Passeur", c'est ici.

**
*


La réponse à la question du titre. (c) Alice Jeunesse.


Pour les enfants, dès qu'ils sont en âge de s'interroger, l'album "C'est quoi un réfugié?" d'Elise Gravel (Alice Jeunesse, 40 pages) pose les questions de base et y répond de façon claire et accessible. Après avoir expliqué les raisons de la migration, la Montréalaise dépeint le parcours compliqué des  réfugiés et les obstacles auxquels ils se heurtent. "Tout ce que les réfugiés veulent, c'est trouver un endroit où ils pourront avoir une vie normale et des activités normales", explique le texte à hauteur d'enfant, toujours bien soutenu par des illustrations simples et expressives. L'ouvrage se clôt sur les mini-portraits de sept réfugiés célèbres.

**
*


Du côté des ados, un roman, finalement décevant comme plusieurs autres qui ont voulu traiter le sujet des réfugiés. Dans "Délit de solidarité", Myren Duval met en scène Lou et sa bande, en fin de collège. Ils s'amusent, se disputent, étudient. Leur train-train est battu en brèche lorsqu'ils découvrent dans une grotte près de chez eux trois migrants syriens, une jeune fille et ses deux oncles. Entre Farah et Lou, c'est le coup de foudre amical immédiat. 

Ok, mais que d'invraisemblances dans ce roman! La bande de Lou, des collégiens, qui semble tout ignorer de la situation des réfugiés alors que l'histoire se veut contemporaine. Le voyage des Syriens, tellement court et facile qu'il ressemble à une excursion. L'utilisation du "délit de solidarité" comme élément de l'intrigue alors que même en France, il n'existe plus. Bref, le livre aurait pu être touchant par le lien immédiat entre les deux adolescentes mais il s'égare dans un récit d'aventures où les événements prennent la place de l'humanité.

Pour lire en ligne le début de "Délit de solidarité", c'est ici.