Nombre total de pages vues

mercredi 27 avril 2022

Une volée de prix littéraires, européens et belges

Le lauréat du prix EUPL 2022.

Créé en 2009, le Prix de littérature de l'Union européenne connaît un nouveau fonctionnement pour la période 2022-2024 où il est reconduit. Pour ce cinquième cycle consécutif du prix EUPL, chaque pays participant (un tiers environ du nombre total, le prix s'étendant sur trois années), propose toujours un livre de haute qualité littéraire et à potentiel de traduction. Mais un deuxième tour de sélection est effectué par un jury européen de sept membres, qui choisit un lauréat et cinq mentions spéciales. Les six auteurs primés se voient attribuer un prix financier dont la moitié va à l'éditeur pour assurer la traduction de leur livre.

Les résultats de l'édition 2022 du prix EUPL, organisé par la Fédération des Éditeurs Européens (FEE) et la Fédération européenne et internationale des libraires (EIBF) et soutenu par la Commission européenne, ont été annoncés sans grande publicité le 22 avril au Festival du livre de Paris.

Lauréat (20.000 euros)
  • L'écrivain géorgien Iva Pezuashvili pour son roman "A garbage chute" ("Le bunker") paru chez Intelekti.

Mentions spéciales (10.000 euros)
  • La Belge néerlandophone Gaea Schoeters pour "Trofee" ("Trophée") paru chez Uitgeverij Querido (Belgique).
  • La Bosniaque Slađana Nina Perković pour "U Jarku" ("Dans le fossé") paru chez Imprimatur (Bosnie-Herzégovine).
  • L'Irlandais Tadhg Mac Dhonnagáin pour "Madame Lazare" paru chez Barzaz (Irlande).
  • L'Espagnol Jacobo Bergareche pour "Los días perfectos" ("Les jours parfaits") paru chez Libros del Asteroide (Espagne).
  • L'Ukrainienne Євгенія Кузнєцова (Eugenia Kuznetsova) pour "Спитайте Мієчку" ("Demande à Mietchka") paru chez Видавництво Старого Лева (Old Lion) (Ukraine).

Quatorze écrivains de quatorze pays étaient en lice pour le prix EUPL 2022.
Les autres finalistes étaient:
  • Autriche: Peter Karoshi
  • Grèce: Τάκης Καμπύλης (Takis Kampylis)
  • Italie: Daniele Mencarelli
  • Lituanie: Tomas Vaiseta
  • Macédoine du Nord: Владимир Јанковски (Vladimir Jankovski)
  • Norvège: Kjersti Anfinnsen,
  • Roumanie: Raluca Nagy
  • Slovaquie: Richard Pupala

Les quatorze finalistes de l'édition 2022.


"Histoires européennes", un recueil de 582 pages propose de larges extraits de traduction en français et en anglais des quatorze livres finalistes de l'édition 2022 du prix EUPL (à télécharger ici).









**
*


Côté juniors, le prix Première Victor du Livre Jeunesse 2022 a été attribué le lundi 25 avril à la québécoise Isabelle Roy pour son roman "Hackers" (Mijade). Une quatrième lauréate après Fabienne Blanchut, Marie Colot et Catherine Locandro (lire ici). Le prix est doté d’un montant de 1.500 euros offert par le Fonds Victor et d'une campagne de promotion diffusée par La Première sur toutes ses plateformes.

Deux mille sept-cent-quatre lecteurs de 12 à 15 ans étaient inscrits pour cette quatrième édition. Ils ont plébiscité le premier roman édité à l’international de la Québécoise Isabelle Roy. Dans "Hackers", on rencontre Alex, écolé par son père au monde de l'informatique et du piratage. Tout est facile pour lui. Il est capable de percer les secrets des sites Internet, de casser des codes informatiques. Il ne résiste pas à l'envie de relever un nouveau défi. Mais rien ne se passe comme prévu. Alex est allé trop loin et le prix à payer est élevé. Ses amis sont là pour l'aider.

Les cinq ouvrages en lice pour l'édition 2022
  • "La Cascadeuse des nuages" de Sandrine Beau (Alice Jeunesse)
  • "Hackers" d'Isabelle Roy (Mijade)
  • "Beethoven, La Symphonie du Destin" de Michel Honaker (Ker éditions)
  • "La Malédiction des serpents de mer" de Sigrid Renaud (Auzou Editions)
  • "En Apnée" de Meg Grehan, traduit par Aylin Manço (Talents Hauts) 

**
*

Enfin, en Belgique toujours, l'auteur, blogueur et chroniqueur Marcel Piana - selon l'agence de presse Belga -, mieux connu sous le nom de Marcel Sel, s'est vu attribuer ce mercredi 27 novembre le prix littéraire 2021 du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour son deuxième roman "Elise" (ONLIT éditions, 2019, 450 pages).






Les quatre autres finalistes, sur cent livres proposés:
  • "Le mangeur de livre" de Stéphane Malandrin (Seuil)
  • "Gens de Cogne" de Xavier Deutsch (La Renaissance du Livre)
  • "Cent jours sans Lily" d'Alienor Debrocq (ONLIT Editions)
  • "Il ne portait pas de chandail" d'Annick Walachniewicz (l'arbre à paroles)

vendredi 22 avril 2022

Lire, lire, lire, avec Calaferte et les librairies indépendantes en fête ce samedi 23 avril


Cette année, la Sant Jordi, la fête de la librairie indépendante aura lieu pile poil à la bonne date, soit le samedi 23 avril, date officielle de l'événement. Ce jour-là, plus de 500 librairies indépendantes de France, de Belgique (une cinquantaine d'officines), du Luxembourg et de Suisse francophone honoreront une tradition née il y a vingt-quatre ans. Elles fêteront les auteurs, les livres, les libraires indépendants. Et bien entendu les lecteurs puisque ceux-ci recevront ce jour-là une rose et un livre. "L'année 2021 a été une fête exceptionnelle en librairie", note l'Association des librairies indépendantes francophones en Belgique. "Les clients sont venus nombreux témoigner de leur attachement à leur librairie. Merci à eux et que vive la librairie indépendante!"

Chaque année, le livre offert est une surprise et une merveille (lire ici). Il n'en est pas autrement pour l'édition 2022 de l'opération "un livre, une rose". Illustré par des reproductions de superbes papiers marbrés, en grand format plus haut qu'un A4, l'ouvrage "On en garde 10 - pour la littérature" est un livre qui en contient en réalité cinq cents. De genres divers et de publics multiples, cinquante écrivains ont été conviés à choisir les dix livres fondateurs de leur bibliothèque, à commenter brièvement leur panthéon littéraire, à divulguer la citation qui les a poussés à écrire et... à décrire ce qu'ils voient de leur fenêtre.
"Pourquoi aimons-nous tant que les chanteurs se confient sur la musique qu'ils écoutent? Et que les écrivains nous parlent des livres qu'ils lisent et qu'ils ont lu? Le panthéon personnel des créateurs a toujours une saveur particulière. Et le plaisir que nous procure ce volume, conçu comme un carrefour aux mille chemins, en est un nouveau témoignage, tant pour sa valeur de découverte que pour les confirmations qu'il nous apporte. C'est ici des hommes et des femmes écrivains qui guident amicalement nos pas. Mais ce n'est pas exactement une visite au musée. (...) Il se passe autre chose dans cette transmission-là."
Extrait de la préface d'Antoine Gallimard.



Parmi les cinquante écrivains choisis, présentés par ordre alphabétique, on repère vingt-trois femmes, trois auteurs belges dont une femme, et une Française vivant en Belgique. Auteurs confirmés ou nouveaux talents, en jeunesse ou en littérature générale ou les deux. Chacun dispose d'une double page, fort agréablement composée et illustrée de quelques couvertures, miroir littéraire de lui-même dans lequel on plonge avec curiosité et confiance, pour découvrir des conseils de lecture et pour mieux connaître la personne dont on lit les livres. Comme le lecteur n'est ni libraire ni bibliothécaire surgit toute de suite la question: mais quels sont donc les livres de cet écrivain? Pas de panique, en fin d'ouvrage, on trouve pour chacun le titre et les références de son dernier ouvrage en date. C'est là également que sont rassemblés tous les "10" cités au fil des pages, parfois à plusieurs reprises, composant l'incroyable bibliothèque ainsi créée.


Les quatre doubles pages proviennent du livre "On en garde 10".


Les "10" de Brigitte de Meeûs



En souvenir de Brigitte de Meeûs, la fondatrice de la librairie Tropismes à Bruxelles décédée en février, sa bibliothèque qu'elle a confiée à son équipe comme sa librairie.
  • "Le dernier bateau", de Siegfried Lenz (traduit de l'allemand par Odile Demange, Robert Laffont)
  • "Stiller", de Max Frisch (traduit de l'allemand par Eliane Kaufholz-Messmer, Grasset)
  • "Premier amour", de Samuel Beckett (Minuit)
  • "Des arbres à abattre", de Thomas Bernhard (traduit de l'allemand par Bernard Kreiss, Folio)
  • "Le maître et Marguerite", de Mikhaïl Boulgakov (traduit du russe par André Markowicz et Françoise Morvan, Inculte)
  • "Le bossu", de Paul Féval (Garnier Flammarion)
  • "Le train zéro", de Iouri Bouïda (traduit du russe par Sophie Benech, Gallimard)
  • "Mes amis", d'Emmanuel Bove (Le Livre de Poche)
  • "Le Palais de glace, de Tarjei Vesaas (traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, Babel)
  • "Lourdes, lentes..., d'André Hardellet (Gallimard)

Les librairies belges associées à l'événement
  • Tropismes Galerie des Princes, 11 1000 Bruxelles
  • Les Météores Rue Blaes, 207 1000 Bruxelles
  • Tulitu Rue de Flandre, 55 1000 Bruxelles
  • Candide Place Brugmann, 1-2 1050 Bruxelles 
  • Les yeux gourmands Avenue Jean Volders, 64A 1060 Bruxelles 
  • Librairie Jaune Rue Léopold 1er, 499 1090 Bruxelles
  • U.O.P.C.  Av. Gustave Demey, 14-16 1160 Bruxelles 
  • La Licorne Chaussée d'Alsemberg, 715 1180 Bruxelles 
  • A Livre Ouvert-Le Rat conteur Rue St Lambert, 116 1200 Bruxelles 
  • Librairie Claudine Courte rue des Fontaines, 74 1300 Wavre
  • Le Chat Botté Rue du Monastère, 4 1330 Rixensart 
  • Le Petit Bouquineur Rue des Fusillés, 2 1340 Ottignies
  • Au P'tit Prince Rue de Soignies, 12 1400 Nivelles 
  • Graffiti Chaussée de Bruxelles, 129 1410 Waterloo
  • Le Baobab Rue des Alliés, 3 1420 Braine-l'Alleud
  • La Grande Ourse Rue Maghin, 95 4000 Liège 
  • Livre aux Trésors Place Xavier Neujean, 27A 4000 Liège
  • La Parenthèse Rue des Carmes, 24 4000 Liège
  • Pax Place Cockerill, 4 4000 Liège
  • Siloë Rue des Prémontrés, 40 4000 Liège 
  • La Parenthèse Voie de l’Ardenne, 82 4070 Embourg
  • Le Long Courrier Avenue Laboulle, 55 4130 Tilff
  • L'Ours à lunettes Grand Place, 9 4500 Huy
  • Marque Tapage Rue de José, 68 4651 Battice
  • Les Augustins Pont du Chêne, 1 4800 Verviers
  • La Traversée Rue de l’Harmonie, 9 4800 Verviers
  • Cunibert-Daumen Chemin-rue, 49 4960 Malmedy
  • Papyrus Rue Bas de la Place, 16 5000 Namur
  • Point-Virgule Rue Lelièvre, 1 5000 Namur
  • Antigone Place de l'Orneau, 17 5030 Gembloux
  • DLivre Rue Grande, 67A 5500 Dinant
  • Molière Bld Tirou, 68 6000 Charleroi
  • Croisy Rue du Sablon, 131 6600 Bastogne
  • Du tiers et du quart Rue de Neufchâteau, 153  6700  Arlon
  • La Dédicace Place Nestor Outer, 11 6760 Virton
  • Le Temps de lire Rue du Serpont, 13 6800 Libramont
  • Oxygène Rue St Roch, 26 6840 Neufchâteau
  • Livre’S Avenue de France, 9 6900 Marche 
  • Florilège Rue du Grand Jour, 16 7000 Mons
  • Leto Rue d'Havré, 35 7000 Mons
  • Polar & Co Rue de la Coupe, 36 7000 Mons
  • Ecrivain Public Rue de Brouckère, 45 7100 La Louvière
  • Librairie de la Reine Grand Place, 9 7130 Binche
  • Quartier Latin Rue Grande, 13 7330  Saint-Ghislain
  • Chantelivre Quai Notre-Dame, 10 7500 Tournai
  • La Procure Rue des Maux, 22 7500 Tournai

Et une petite pensée pour les librairies Furet du nord de Namur et Louvain-la-Neuve (ex-Chapitre, ex-Agora) qui vont bientôt fermer, l'entreprise ayant été déclarée en faillite.


jeudi 21 avril 2022

Marie-Aude Murail bientôt en Belgique

Marie-Aude Murail.

Sait-on assez que Marie-Aude Murail n'est pas seulement une formidable auteure de livres pour enfants, tout juste couronnée par le prix Andersen (lire ici)? Des romans principalement, pour différentes tranches d'âge, que les lecteurs plébiscitent depuis trente-cinq ans. Des romans "isolés" variant les thèmes, les époques, les genres, et des sagas, historiques comme "Emilien", "Nils Hazard" ou "L'espionne", récentes comme "Sauveur & Fils'" et "Angie", cette dernière avec son frère Lorris. Une centaine de titres publiés à l'école des loisirs, chez Bayard, Pocket et Albin Michel Jeunesse. Tout cela entrecoupé d'essais parfaitement accessibles interrogeant la lecture des enfants ou sa pratique d'écrivain.

Sait-on assez que Marie-Aude Murail n'est pas seulement une formidable auteure de livres pour enfants? Elle écrit aussi pour les adultes, de temps en temps. On a oublié, et c'est normal, que ses deux premiers romans leur étaient destinés, "Passage" (1985) et "Voici Lou" (1986), parus chez l'éditeur suisse Pierre-Marcel Favre. Mais en 2018, Marie-Aude Murail est retournée vers le public adulte avec "En nous beaucoup d'hommes respirent" (L'Iconoclaste, 440 pages, Le Livre de poche, 2020). Un texte constitué à partir d'archives familiales exceptionnelles, que l'écrivaine a trouvées en vidant la maison de ses parents.

Découvertes, ouvertes, les boîtes à archives ont réveillé les morts. Albums photos, menus de mariage, images de communion, dents de lait, documents administratifs, lettres et journaux intimes déroulaient l'histoire de la famille Murail sur trois générations, de 14-18 aux années 2.000. Une invitation à plonger dans un roman familial et à mener une enquête plus intime. "En nous beaucoup d'hommes respirent" dit à la fois une famille française comme tant d'autres et cette famille particulière qui a permis à Marie-Aude de comprendre d'où vient sa création. De son père poète bien sûr. De ses lectures, évidemment. Et des mots consignés dans les archives familiales.
"Je ne puis lire une ligne sans penser à tous les livres qui me demeurent inconnus et j'ai envie de fermer celui que j'ai entamé pour pleurer sur le néant de mon être présent. Les journées sont trop courtes et ma constitution trop faible. J'enrage de vivre si peu, d'aller si lentement sur le chemin de la connaissance."
Marie-Aude Murail
C'est à propos de ce livre que Marie-Aude Murail viendra début mai à La Louvière en Belgique, juste avant son anniversaire qui tombe le 6 mai. Les bibliothèques hennuyères, section adulte et section jeunesse, se sont mobilisées autour du thème du livre. Elles clôturent leur travail avec cette visite. Quelle chance de revoir Marie-Aude Murail en terres belges pour des rencontres avec le public. L'écouter parler est un bonheur toujours renouvelé. Une source d'inspiration et un tremplin pour la réflexion.

Marie-Aude Murail à La Louvière

  • Mercredi 4 mai, de 14 à 16 heures, à la Bibliothèque provinciale-Jeunesse.
La section Jeunesse est partie en exploration avec son jeune public, pour découvrir l'enfance des parents et des grands-parents. Cet après-midi permettra à Marie-Aude Murail et au public de découvrir ce travail et de poursuivre le partage d'histoires (par Camille Cougnet et Véronique Tambour). Dès 7 ans.
Réservation obligatoire au 064/312 409.

  • Mercredi 4 mai, à 18 heures, à la Maison des Associations à La Louvière. 
Rencontre avec Marie-Aude Murail autour de sa saga familiale "En nous beaucoup d'hommes respirent" et de ses livres pour la jeunesse (animée par Isabelle Auquier et Deborah Danblon).
Inscriptions au 064/312 508.

  • Jeudi 5 mai, à 19 heures, au Gazomètre.
Atelier d'écriture par Isabelle Auquier et Marie-Noëlle Mortelette: puiser dans une malle des objets, des photos, des odeurs ou une musique oubliée. Ecrire, fouiller un moment, faire revivre le passé. Public adultes.
Réservation obligatoire au 064/312 508.

  • Vendredi 17 juin, à 19 heures, au Gazomètre. 
Chaîne et club de lecture: lire ensemble "En nous beaucoup d'hommes respirent". Pour ce faire, il faut emprunter le roman de Marie-Aude Murail à la section Adultes, partager ses émotions sur le groupe Facebook, "En nous beaucoup d'hommes respirent", participer au club de lecture qui clôturera cette chaîne en une soirée d'échanges autour de cette passionnante saga familiale.

  • Trois dates en juin ou trois dates en juillet, au Gazomètre.
Stage MAMé [moire]: réalisation d'un jeu de cartes à transmettre à ses proches (par Christelle Claessens et Véronique Janzyk).  Public adulte. Infos complémentaires et réservation obligatoire au 064/312 508.

Informations complémentaires ici.


mardi 19 avril 2022

Tout le monde lit le 23 avril, et avant


En 2018, l'ADEB (Association des éditeurs belges) et les éditeurs jeunesse belges ont choisi la date du 23 avril, journée mondiale du livre et du droit d'auteur, pour promouvoir la lecture des enfants (lire ici). L'année suivante, l'opération a été joliment baptisée "Tout le monde lit" (lire ici et ici). Elle a lieu à date fixe, peu importe le jour de la semaine. Pas de chance, elle tombe un samedi cette année. Enfin, pas de chance pour les écoles qui s'y associent volontiers. Chance sans doute pour les familles qui ont plus de temps le samedi. Qu'à cela ne tienne. Pour sa cinquième édition, l'opération "Tout le monde lit" innove en remettant son premier prix d'écriture et lance un nouveau pari : #partage ton livre!

On sait aujourd'hui, sans doute le savait-on hier, que "lire un quart d'heure tous les jours, c'est bon pour le moral et donc pour la santé!" Même que les Français nous ont copiés (lire ici).

Partant de cette idée, l'opération "Tout le monde lit"  a lancé en 2021 un concours d'écriture à l'intention des classes de troisième, quatrième, cinquième et sixième primaires, pour les enfants de 8 à 12 ans. Il s'agissait d'inventer une suite au texte "Cornelius et le singe", proposé par l'écrivain belge Thomas Lavachery. Quatre cents textes ont été envoyés par soixante-six classes. Le premier prix sera remis par Thomas Lavachery ce jeudi 21 avril. Les classes ayant envoyé les cinq meilleurs textes recevront leur contribution imprimé sous forme de livre et  la visite d'un auteur. Les vingt premières classes gagnent une caisse d'une vingtaine de livres offerts par des éditeurs belges de littérature de jeunesse.

#partage ton livre, un livre que tu as aimé et immortalise un plaisir de lecture est l'appel lancé par "Tout le monde lit" du 18 au 23 avril. L'ADEB souhaite encourager le partage d'un livre de son choix avec son voisin, son collègue, son copain de classe, sa famille, en vrai ou à travers les réseaux sociaux. Les enfants peuvent amener un livre à l'école pour le partager avec leur classe et/ou leurs amis, les adultes au travail pour le partager avec un collègue. Côté réseaux sociaux, l'idée est de poster une photo ou une vidéo illustrant ses meilleurs moments de lecture sur Facebook ou Instagram en taguant la personne avec laquelle on souhaite partager ce moment. Les gagnants seront tirés au sort le 25 avril 2022 parmi les photos les plus originales avec à la clé la possibilité de gagner un livre. Plus d'informations sur www.toutlemondelit.be

Comme chaque année, le 23 avril, tout un chacun (des enfants aux grands-parents en passant par les écoles, les entreprises…) est invité à prendre quinze minutes de son temps pour lire. Le défi est de rendre la lecture virale et pérenne dans toutes les couches de la population.


Violences ordinaires à la police

(c) Stock.

Entendre un commentaire à la radio qui évoque les deux pires ministres du président Macron, à savoir Intérieur et Education nationale, c'est penser immédiatement à l'auteur-illustrateur français Remedium. Enseignant le jour et créateur de bande dessinée le soir, Christophe Tardieux de son vrai nom consigne en la dessinant depuis près de cinq ans la violence du système scolaire français et celle du système policier sans limitation de frontière - en 2005, son premier livre, "Obsidion", traitait des émeutes en Seine-Saint-Denis. C'est peu dire qu'il ne ne manque pas de matière, ni à l'école, ni à la police. A chaque affaire amenée par l'actualité, l'engagé, le militant enquête, réunit les éléments et en conçoit une bande dessinée qu'il publie sur les réseaux sociaux. Pas de grande recherche artistique, mais l'effet bœuf des faits portés par la voix de ceux et elles qui en ont été les victimes et des cases de contexte. Ce sont ses "Cas d'école" et ses "Cas de force majeure". On y apprend souvent bien davantage que ce que les médias traditionnels en disent. On y découvre même parfois certaines histoires.

A la rentrée scolaire 2020, Remedium publiait l’album "Cas d'école", dénonçant la violence du système scolaire français à l'égard des enseignants (lire ici). 









(c) Stock.
A la rentrée scolaire 2021 devait sortir, toujours aux Editions des Equateurs, l'album "Cas de force majeure". Conçu sur le même principe que le précédent mais dénonçant cette fois vingt affaires de violences policières ordinaires, seize publiées en ligne et quatre inédites (celles de Théo, violé, de Maria, massacrée pour rien, du ministre Gérald et d'Amar, le brigadier-chef lanceur d'alerte). Au printemps, au moment de l'impression, bon à tirer donné, un retard inexpliqué précède le revirement soudain de la maison d'édition. Sans doute à cause de l'avant-dernière histoire, celle d'un certain Gérald! Alors que celle de Jean-Michel, à la même place dans le volume "Cas d'école" était passée sans problème. Emotion sur les réseaux sociaux criant à la censure.

Finalement, plusieurs mois plus tard, la bonne nouvelle arrive: le livre document de Remedium va être publié par deux courageuse éditrices de Stock. BD poignante, "Cas de force majeure, histoires de violences policières ordinaires" est sorti en début d'année (Stock, 96 pages). Vingt histoires dans cet album au titre au double sens narquois, dont celle du Belge Adil et celle de l'Américain George Floyd. Certaines médiatisées comme celle du producteur de musique Michel tabassé dans son studio parisien, d'autres pas. Vingt cas de violences policières ordinaires dont on ne peut plus dire que ce sont des cas isolés. Ces actes scandaleux font désormais partie de notre quotidien.

Vingt histoires révoltantes où Remedium choisit de donner la parole aux victimes. Plus atroces les unes que les autres, dûment documentées et donnant la chair de poule. Certaines sont connues. Elles ont été traitées par les médias mainstream, parfois poussés dans le dos par les médias alternatifs qui avaient enquêté au-delà du communiqué officiel, qui avaient écouté les victimes, qui avaient refusé que le voile du mensonge policier officiel recouvre ces situations indignes de démocraties.

Un gaufrier de six cases par page. (c) Stock.

(c) Stock.
Plusieurs de ces violences policières ordinaires, motivées la plupart du temps par un racisme primaire, se sont soldées par des décès. La mort pour avoir répondu à un flic (le livreur Cédric, 42 ans), pour avoir fermé sa fenêtre (Zineb, 80 ans), pour ne pas avoir son attestation de sortie (Sofiane, 21 ans), pour avoir fui les policiers (Adil, 19 ans), pour être Noir (George, 46 ans) ou de couleur... A ces morts et aux victimes blessées parfois gravement, comme le producteur de disques devenu célèbre, Remedium rend un honneur que les mensonges policiers, couverts par la hiérarchie, ont tenté d’ôter. Il pose indirectement la question de la confiance à la police et celle de son impunité. Cette lecture nécessaire et difficilement soutenable se termine, comme dans l'opus précédent, par l'accusation du ministre, suivie en finale de l'album, par le brin d'espoir que fait naître Amar, un policier lanceur d'alerte.

PS: un tome deux belge est tout à fait envisageable. La matière est là.

Bonus
La bande originale de "Cas de force majeure", écrite et interprétée par Utopie, dans un clip qui reprend les images de la bande dessinée de Remedium (ici).


 



mardi 12 avril 2022

Des fleurs et des pollens

LU & approuvé


Avril, mois des pollens. Pour les allergiques mais aussi pour les fleurs qui sans eux ne croitraient pas, ne fructifieraient pas. Cela fait des années que l'on donne aux jardiniers, amateurs ou non, l'injonction de planter des espèces végétales qui attirent les pollinisateurs. Très bien. Encore faut-il savoir comment s'y prendre. A cent lieues des habituels traités de jardinage pleins de bonnes intentions mais dont la lecture rappelle celle des syllabus universitaires, il y a le tout nouveau guide pratique illustré de Sylvie La Spina, "Des fleurs et des pollinisateurs pleins mon jardin" (Terre vivante, 120 pages). Dans ce moyen format carré broché, l'ingénieure agronome belge revisite avec bonheur et même allégresse le genre. Son texte bien troussé raconte dans les détails les amours des fleurs entre elles ou avec d'autres cupidons, vent, insectes, homme... On est entre l'amour courtois et les scènes plus corsées, notamment avec l'apparition des "suceurs" de divers genres. Inventif, suggestif, le texte se lit avec curiosité, intérêt et plaisir. Bien sût, il fournit aussi toutes les informations scientifiques nécessaires. Complété de nombreuses photos de qualité, il se partage en six chapitres jouissifs: reproduction, stratégies, difficultés, pollinisateurs célèbres, fleurs à butiner, accueil idéal. De quoi ne plus jamais considérer les fleurs et leurs pollinisateurs du même œil.


(c) Terre Vivante.


Le journalisme littéraire bientôt primé

Jean Daniel (1920-2020). (AFP).

Peut-on faire du journalisme et de la littérature dans le même livre?
Beaucoup d'auteurs croient à la "narrative non fiction", beaucoup la pratiquent avec bonheur. 
Et leurs lecteurs en sont enchantés. Le problème? Ces auteurs n'entrent pas dans les cases. Notamment, en Belgique, dans celles des aides à la création. Pourquoi ne pas créer celle d'une "écriture littéraire en non fiction"? La création en France du prix Jean-Daniel pourrait-elle faire avancer la cause de cette très noble discipline?

Deux ans après la mort du fondateur du "Nouvel Observateur", un prix qui porte son nom récompensera, le 13 juin, un livre qui réconcilie le journalisme et la littérature. Parce que le journalisme peut être une forme de littérature. Parce que la littérature peut relever du journalisme. "Je poursuis une carrière littéraire en faisant une forme de journalisme un peu dissidente, hérétique, marginale", disait-il. "Mais on est victime des classifications." Combien de livres ne rendent-ils pas compte d'une réalité sociale, par un journalisme écrit avec le soin et les techniques d'un roman, par des romans informés, documentés, comme des enquêtes?

Le prix Jean-Daniel, doté de 2.000 euros, "couronnera un ouvrage s'inscrivant dans l'esprit du “new journalism” que partageait Jean Daniel, appelant le récit journalistique à se distinguer grâce à son talent littéraire et le roman à se documenter solidement. Autrement dit, le prix pourra récompenser autant l'enquête d'un journaliste célébré pour ses qualités littéraires qu'un récit ou roman renforcé par une investigation journalistique." Dix livres ont été sélectionnés pour la première compétition. Deux sont peut-être plus spécifiquement français mais les autres se lisent partout.

Les 10 livres sélectionnés 
  • "La Tour", de Doan Bui (Grasset, janvier 2022)
  • "Les Fossoyeurs", de Victor Castanet (Fayard, janvier 2022)
  • "La Femme qui s'est éveillée", de Solène Chalvon-Fioriti (Flammarion, mars 2022)
  • "Bélhazar", de Jérôme Chantreau (Phébus, août 2021)
  • "La France goy", de Christophe Donner (Grasset, septembre 2021)
  • "Les Uns contre les autres", de Noémie Halioua (Cerf, mars 2022)
  • "Souvenirs du rivage des morts", de Michaël Prazan (Rivages, juin 2021)
  • "Le Dernier Secret", de Solenn de Royer (Grasset, octobre 2021)
  • "Une chambre en exil", d'Omar Youssef Souleimane (Flammarion, mars 2022)
  • "Les Loups", de Benoît Vitkine (Les Arènes, février 2022)

Jury: Sara Daniel (présidente), Jean Birnbaum, Sylvain Courage, Kamel Daoud, Sophie des Déserts, Marie-France Etchegoin, Bernard-Henri Lévy, Amin Maalouf, Laure Mandeville, Martine de Rabaudy, Marie-Lorna Vaconsin. Son secrétaire général est Benoît Kanabus.



lundi 11 avril 2022

Le Presque Festival à Lille, à peine entamé


A Lille,
après les rencontres avec François Boucq et Nicolas Juncker pour leur BD "Un Général, des Généraux" (Le Lombard) vendredi et Samira El Ayachi pour "Le ventre des hommes" (L'Aube) samedi, le Presque Festival reprend le cours de sa deuxième édition ce mardi 12 avril. Beau programme que celui concocté par Fabienne van Hulle de la librairie Place ronde! En deux bonnes semaines, du 8 au 23 avril, onze auteurs dont le Belge Stefan Hertmans, dix maisons d’éditions et deux artistes peintres (en trois lieux de rencontre).

La suite du programme

  • Mardi 12 avril: Olivier Liron pour "Le livre de Neige" (Gallimard)
  • Mercredi 13 avril: Mario Alonso pour "Watergang" (Le Tripode, lire ici)
  • Jeudi 14 avril: David Dufresne pour "19h59" (Grasset, lire ici)
  • Vendredi 15 avril: Rachid Benzine pour "Voyage au bout de l'enfance" (Seuil, lire ici)
  • Samedi 16 avril: Agnès Callu et Eric Poindron pour "Le Voyageur inachevé" (Le Castor astral) et pour "Brueghel, des secrets dans la neige" (Editions Invenit)
  • Mardi 19 avril: Nathalie Azoulai pour "La fille parfaite" (P.O.L.)
  • Mercredi 20 avril: Aude Cirier, directrice éditoriale de la collection Quarto (Gallimard)
  • Jeudi 21 avril: Karine Tuil pour "La décision" (Gallimard)
  • Vendredi 22 avril: Stefan Hertmans pour "Une ascension" (traduit du néerlandais (Belgique) par Isabelle Rosselin, Gallimard)
  • Samedi 23 avril: Valérie Tong Cuong pour "Un tesson d'éternité" (JC Lattès)

Détails et informations pratiques ici.




samedi 9 avril 2022

Règlements de comptes à FR Corral

LU & approuvé
 
Le nouveau roman de David Dufresne, "19h59" (Grasset, 178 pages) commence de façon spectaculaire neuf jours avant le second tour de l'élection présidentielle française. Par l'enlèvement, dans le bâtiment de la chaîne Rex News qu'il dirige, de Philippe Rex lui-même, le patron très impliqué dans la vie politique. Un kidnapping qui reste secret plusieurs jours avant que n'arrivent sur Twitter quelques photos du magnat de la presse multimillionnaire en triste posture. L'exigence du ravisseur? Un débat entre lui, survivaliste brumeux, porte-parole des sans voix, et le président de la République sur la chaîne Rex News.

Le livre, impressionnante fable d'avertissement inspirée de la réalité, s'achèvera le dimanche à 20 heures, à l'heure où la loi républicaine permet d'annoncer le nom vainqueur. Entre les deux, David Dufresne nous déroule de sa belle plume, forte en surnoms et en formules, le terrible monde de la politique et des médias. Certains ont leurs vrais noms, d'autres pas mais on les reconnaît sans peine. Petits arrangements entre amis, tromperies et trahisons, règlements de comptes, profits personnels, egos surdimensionnés et un mépris de bon aloi pour ceux et celles qui habitent le pays. Une mécanique d'autant plus glaçante que le glissement vers une droite de plus en plus extrême et décomplexée semble inéluctable. "Une lente dérive de compromis, d'accommodements, de minuscules courbettes de merci, de renoncements brutaux, et de petites bassesses de mendicité."
 
S'il y a de l'ironie dans les propos de l'auteur, il y a aussi un sens aigu de la réalité. Rattrapé par la guerre en Ukraine, David Dufresne n'a pas besoin d'inventer grand chose. Il lui a suffi de se pencher pour cueillir les mondes politique et médiatique actuels. Sa mise en garde contre ce qui pourrait arriver a la forme passionnante du thriller et la lucidité d'un essai. On en ressort secoué.

Pourquoi ne parler de ce livre qu'à la veille du premier toue des élections? A cause d'un covid qui vient de me voler dix jours de lecture. D'autres livres de David Dufresne ici et ici.


vendredi 8 avril 2022

Un Belge lauréat d'un des Prix Sorcières 2022

L'affiche 2022, signée Mathias Friman.

L'ABF
(Association des Bibliothécaires de France) et l'ASLJ (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse-Librairies Sorcières) ont établi le palmarès des prix Sorcières 2022 (présélections ici). Deux titres d'une grande maison d'édition, l'école des loisirs, deux titres d'une maison moyenne, Les fourmis rouges, deux titres d'une petite maison, Maison Georges, difficile de faire plus équilibré. Et en cerise sur ce choix, un Belge, Thomas Lavachery. Voici le palmarès.

 

CARRÉMENT BEAU MINI


La nuit de la fête foraine
Gideon Sterer
Mariachiara Di Giorgio
Les fourmis rouges, 2020

Que se passe-t-il à la fête foraine quand les humains sont rentrés chez eux et que le gardien a éteint les lumières? Réponse dans ce livre sans texte, à l’italienne. "Quand l'Homme dort, les animaux dansent." Deux ratons laveurs rallument les lumières  pour que la fête commence. Les visiteurs affluent. On s'amuse follement.


CARRÉMENT BEAU MAXI


Le plus bel été du monde
Delphine Perret
Les Fourmis Rouges, 2021

Un été entre mère et fils dans la maison des grands-parents. Un été qui n'est peut-être pas exceptionnel mais qui devient "le plus bel été du monde", par la beauté graphique des doubles pages et par le rendu de la capacité d'émerveillement de l'enfance.




CARRÉMENT PASSIONNANT MINI


Lilly sous la mer
Thomas Lavachery
l'école des loisirs, 2021

Un roman d'aventures aux allures de compte-rendu d'expédition scientifique, bourré d'humour et d'inventivité, clin d'œil à tous les rêveurs silencieux.






CARRÉMENT PASSIONNANT MAXI


D'or et d'oreillers
Flore Vesco
Mayalen Goust
l'école des loisirs, 2021

Un conte contemporain mêlant astucieusement les genres et les récits traditionnels, dont "La princesse au petit pois", "Barbe Bleue", "Alice"... 





CARRÉMENT SORCIÈRES FICTION


Il était une forme
Cruschiform
Gazhole
Maison Georges, 2021

Au château de Pointudroidur, tout n'est que lignes droites et angles pointus. Aucune courbe n'est tolérée. Tout arrondi est banni. Comment peuvent alors faire le roi et la reine car aucun de leurs rejetons n'est parfaitement rectiligne? 



CARRÉMENT SORCIÈRES NON FICTION

Yahho Japon!
Eva Offredo
Maison Georges, 2021

Ce documentaire fait voyager du nord au sud du Japon à travers huit portraits de femmes japonaises qui pratiquent des métiers étonnants voire inconnus de notre culture.



jeudi 7 avril 2022

La très triste nouvelle du décès de David McKee

David McKee.

Combien de fois ai-je rencontré David McKee, et souvent son compère Tony Ross, sur le stand des éditions britanniques Andersen Press à la Foire internationale du livre pour enfants de Bologne? Il en était un habitué, lui que créait des livres pour enfants depuis 1964. On s'y parlait chaque année, bien avant que l'auteur-illustrateur britannique ne crée Elmer, son éléphant bariolé, qui allait établir définitivement sa renommée internationale.

Alors que la Fiera del Libro per Ragazzi 2022 vient de s'achever, on apprend le décès, ce 7 avril 2022, du brillant créateur britannique.
"C'est avec une grande tristesse que nous annonçons le décès de David McKee, auteur et illustrateur bien-aimé pour enfants, et créateur des livres emblématiques pour enfants "Elmer", "Not Now", "Bernard" et "Mr Benn", annonce son éditeur. "David est décédé entouré des siens, des suites d'une courte maladie dans le sud de la France, où il a passé beaucoup de temps ces dernières années; il avait 87 ans. Tous chez Andersen Press espèrent que son esprit perdurera pendant de nombreuses générations à travers ses histoires joyeuses et sincères."
Né le 2 janvier 1935 à Plimton (Devon), David McKee étudia au Plymouth Art College et voyagea beaucoup dans le monde. Au début de sa carrière, il dessinait pour différents journaux, dont "Punch" et le Reader's Digest. Il commença en littérature de jeunesse dès 1964 avec l'album "Two Can Toucan" ("Toucan Toublanc",  traduction de Marie-France de Paloméra, Seuil jeunesse, 1986) chez Abelard-Schuman où travaillait l'éditeur Klaus Flugge avant que ce dernier ne crée Andersen Press en 1976. Maison d'édition dont David McCKee fut un des piliers, avec plus de cinquante titres publiés.

(c) David McKee.
Se rappelle-ton que son histoire la plus célèbre, "Elmer", avait été publié une première fois en 1968 (Dobon Publishing)? "Elmer" fut redessiné en 1989 pour Klaus Flugge d'Andersen Press. L'éléphant bariolé arriva en français la même année grâce à l'éditrice Isabel Finkenstaedt (traduit de l'anglais par Elisabeth Duval, Kaléidoscope) qui avait déjà repéré David McKee précédemment. Quand elle travaillait chez Flammarion puis quand elle lança sa propre maison, Kaléidoscope, en 1989.

Voici ce que j'en écrivais dans "Le Soir" en novembre 1989.
"En gris ou en couleurs
Quand on détaille le troupeau des éléphants, on s'aperçoit qu'ils sont tous différents - petits, grands, gros, minces - , mais tous gris. Sauf Elmer! Elmer est bariolé de dix couleurs, comme un patch-work. C'est lui qui fait rire les autres, le joyeux luron, le plaisantin. Un jour, pris de doute sur son identité, il quitte le troupeau et n'y revient qu'entièrement recouvert d'un enduit gris. Déguisement réussi puisque personne ne le reconnaît. Mais il ne s'y retrouve pas au milieu de ces éléphants si sérieux, si silencieux, si solennels. Il n'en peut plus et décide de leur jouer un de ses meilleurs tours.
Les éléphants décident que ce jour sera chaque année celui d'Elmer: Tous les éléphants se décoreront et Elmer se peindra de la couleur des éléphants.
Quelle ambiance, quelles couleurs! Les tons vifs éclatent comme l'orage qui démasque Elmer. On se promène dans la jungle si bien représentée, au milieu de ces pachydermes dont on aurait pourtant juré qu'ils étaient tous semblables. Un traitement original, mais juste, des relations à l'intérieur d'un groupe.
A partir de 3 ans."
Ce cher Elmer, dont les histoires témoignent du caractère et de la vision de la vie de David, et qui parle tellement aux enfants du monde entier. McKee en a écrit et illustré 29 albums originaux. Ils ont été traduits dans plus de 60 langues et se sont déjà vendus à plus de 10 millions d'exemplaires. Beaucoup ont donné lieu à des produits dérivés, sous forme de livres ou autre.

David McKee est aussi l'auteur de nombreux dessins animés et d'autres titres fameux en littérature de jeunesse, la série du "Roi Rollo" chez Flammarion dans les années 1980, chez Calligram ensuite (et un chez Kaléidoscope), quelques titres chez Gallimard Jeunesse, dont "Bernard et le monstre" (Gallimard Jeunesse),  d'autres chez Kaléidoscope encore, la série "Melric", "Trois Monstres", "Les conquérants" (lire ici), "Six hommes" (lire ici).




A propos de son travail, David McKee avait déclaré:
"Les livres pour enfants peuvent contribuer à changer les attitudes et contribuer à aider les enfants à façonner leur vision du monde. Les livres d'images sont le premier aperçu d'un enfant dans le monde de l'art et d'une certaine manière, en particulier avec certains de mes livres, les illustrations sont en fait plus importantes que l'histoire."

Tous les titres d'"Elmer" sont publiés par Kaléidoscope en grand format (traduction d'Elisabeth Duval) et passent en poche dans la collection "Les lutins" de l'école des loisirs. La toute grande majorité en est disponible.
  • Elmer,  Kaléidoscope, 1989
  • Elmer, encore et encore..., Kaléidoscope, 1991
  • Elmer et les chasseurs, Kaléidoscope, 1993
  • La Météo d'Elmer, Kaléidoscope, 1994
  • Les couleurs d'Elmer, Kaléidoscope, 1994
  • Les Amis d'Elmer, Kaléidoscope, 1994
  • La Journée d'Elmer, Kaléidoscope, 1994
  • Elmer et Walter, Kaléidoscope, 1995
  • Elmer sous la neige, Kaléidoscope, 1995
  • Elmer joue à cache-cache, Kaléidoscope, 1998
  • Elmer et le vent, Kaléidoscope, 1999
  • Elmer et le nounours perdu, Kaléidoscope, 1999
  • Elmer et l'étranger, Kaléidoscope, 2000
  • Regarde! Elmer est là!, Kaléidoscope, 2000
  • Elmer et Papi Eldo, Kaléidoscope, 2001
  • Elmer et Papillon, Kaléidoscope, 2002
  • Elmer et serpent, Kaléidoscope, 2004
  • Elmer et Rose, Kaléidoscope, 2005
  • Elmer et tante Zelda, Kaléidoscope, 2006
  • Elmer et l'arc-en-ciel, Kaléidoscope, 2007
  • Elmer et le gros oiseau, Kaléidoscope, 2008
  • Le Grand jour d'Elmer, Kaléidoscope, 2009
  • Elmer et Papa Rouge, Kaléidoscope, 2010
  • Elmer et Super El, Kaléidoscope, 2011
  • Elmer, Rose et Super El, Kaléidoscope, 2013
  • Elmer et les baleines, Kaléidoscope, 2014
  • Elmer et l'inondation, Kaléidoscope, 2016
  • Elmer et la course, Kaléidoscope, 2016
  • Elmer et la chanson, Kaléidoscope, 2017
  • La Promenade d'Elmer, Kaléidoscope, 2018
  • L'Anniversaire d'Elmer, Kaléidoscope, 2019
  • Elmer et le trésor perdu, Kaléidoscope, 2020
  • Elmer et l'histoire du soir, Kaléidoscope, 2022, à paraître

Quelques couvertures