Nombre total de pages vues

mercredi 9 septembre 2020

La violence de l'école publique française

"Cas d'école" (c) Editions des Equateurs.


Les habitués de ce blog connaissent déjà les "Cas d'école" de Remedium, pseudo littéraire de Christophe Tardieux, professeur des écoles en Seine-Saint-Denis depuis 2005. Des bandes dessinées dénonciatrices de la violence faite aux enseignants par l'Education nationale française, sobres et percutantes, qui jouent sur les cadrages et sur l'alternance textes-images. Remedium les a d'abord publiées sur sa page Facebook tant il était révolté par la violence de l'Education nationale de son pays. Egalement en hommage à ces enseignants broyés par une machine sourde à l'humain. J'en ai relayé plusieurs, l'histoire de Jean (ici), celle de Laurent (ici), celle de Christine (ici) Il y en a eu d'autres, hélas, bien sûr, sept sont actuellement toujours visibles sur le site de Remedium et quelques-unes sur le blog que Mediapart lui a proposé au printemps.

Ces bandes dessinées sociales et engagées ont aussi éveillé l'attention d'une maison d'édition française qui a décidé d'en faire un album papier. "Les Editions des Equateurs", m'explique Remedium, "avaient entendu parler du projet après le suicide de Christine Renon (NDLR: en septembre 2019) et l'histoire que j'avais faite sur elle. Elles ont eu dans l'idée d'en faire un album avant que je ne l'envisage réellement moi-même."

Cet album, le voici, "Cas d'école - Histoires d'enseignants ordinaires" (Éditions des Équateurs, 100 pages), tout juste arrivé en librairie. Et le moins qu'on puisse en dire est qu'il secoue son lecteur! Impossible de ne pas avoir l'estomac retourné après avoir lu ces quatorze histoires. Ou plutôt ces treize histoires d'enseignants plus celle de leur ministre, aussi estomaquante mais pour d'autres raisons. C'est que Remedium fait ici un terrible inventaire de drames humains causés par l'école de la République française. "La moitié des histoires ont été publiées sur Facebook", précise-t-il, "et n'ont pas été modifiées (à part celle sur Blanquer complétée d'une page). L'autre moitié, la plus longue en terme de pages, est inédite."

Ce qui frappe surtout, c'est combien les bonnes volontés des enseignant(e)s sont balayées par des esprits jaloux qui savent comment opérer pour jeter l'opprobre sur des instituteurs dynamiques, motivés, efficaces, aimés des enfants comme des parents. Mensonges, harcèlement, rien n'est inutile pour venir à bout de ces belles âmes. Le pire est de découvrir le soutien de la hiérarchie, l'aveuglement de l'inspection plus prompte à couvrir les méfaits qu'à encourager les initiatives louables. Ce qui est terrible, révoltant, c'est le mépris pour l'humain au nom de.., au nom de rien finalement. Ce qui est dramatique, ce sont les vies humaines perdues ou irrémédiablement gâchées en vertu de règlements idiots, au profit de quelques minables. L'espèce humaine n'en est pas dépourvue, on le sait, mais quand il est question d'enseignement et d'éducation des enfants, cela ne passe plus du tout.

L'histoire de Jean-Pascal. (c) Editions des Equateurs.

On saluera la bonne idée de Christophe Tardieux d'avoir choisi "Cas d'école" comme nom générique à ses dénonciations salutaires et nécessaires, et maintenant comme titre de son album, l'expression signifiant "cas correspondant au modèle théorique enseigné". Les quatorze histoires qu'il consigne dans son "Cas d'école" doivent être connues maintenant qu'elles sont dites. Elles sont le tombeau de ces enseignants et des ces enseignantes qui n'ont plus eu foi en l'école publique, en leur école, et n'ont trouvé d'autre issue que de s'effacer. Par la dépression ou même le suicide.

L'histoire de Christine Renon. (c) Editions des Equateurs.

Effroyables destins que ceux de Jean, Laurent, Sabrena, Manal, Chloé, Christine, Jacques, Annie, Fatima, Rachida, Jean-Pascal, Christophe et Cécile, pleins d'idéal et d'enthousiasme, broyés par la machine administrative orchestrée par le ministre Jean-Michel, avant-dernier des portraits. Christophe car Remedium raconte aussi l'histoire terrible à laquelle il a été confronté. Comme ceux qu'il sort de l'ombre, de ses mots qui s'attachent à la réalité et de ses dessins bien pensés, il a vécu la violence hiérarchique qui cache, enterre, ignore, blesse et met en colère. Si la colère et la révolte contre un système qui écrase relie les récits de celui qui enseigne le jour et dessine le soir, elles passent immédiatement chez le lecteur. Certes la profession d'enseignant est en crise mais ces morts ne peuvent pas êtres vaines. Elles ne le seront pas grâce au travail de mémoire de Remedium qui rompt courageusement le silence officiel.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire