Nombre total de pages vues

mardi 3 janvier 2012

L5 cline devant Ronald Searle

 

Le génial illustrateur britannique est décédé le 30 décembre à Draguignan. Mais on ne l'a appris qu'aujourd'hui.
Né à Cambridge en 1920, Ronald Searle s'était installé en France en 1961, à Paris d'abord, en Provence ensuite.
Il avait dessiné depuis tout petit. Il fut publié à quinze ans.
Soldat durant la Deuxième Guerre mondiale, il fut fait prisonnier en Malaisie et en ramena d'impressionnants dessins qui deviendront des livres à son retour.
Sa vie entière n'a été que dessins, pour la presse, pour l'édition, pour la publicité. En Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en France.
Mais son incroyable talent n'a pas eu l'aura qu'il méritait.

Quand en 2008, les éditions Jean-Claude Gawsévitch publient l'excellent album "Bestioles un peu folles", elles sont toute étonnées de découvrir quelqu'un (moi en l'occurence) qui connaît le nom de Ronald Searle et l'apprécie.
Sans doute a-t-il été plus à l'honneur dans les années 70 et 80.
Mais ce n'est pas une raison pour l'oublier.






Ronald Searle, c'était pour le public francophone ses chats incroyables qui racontaient la vie.
Un trait plus fin que celui de Ralph Steadman, qui virevolte sur le papier; rehaussé de quelques touches d'aquarelle.
Un humour tendre ou féroce, une imagination sans limite, un goût certain pour le non-sense.




Plus à voir sur le site que Matt Jones a consacré à Ronald Searle:

http://ronaldsearle.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire