Nombre total de pages vues

jeudi 28 juin 2012

LA parfois du mal avec les "faux-amis"

Mais elle n'est pas la seule.
Car si les pièges existent entre version française et version anglaise d'un mot ou d'une expression, c'est pareil dans la réciproque, entre anglais et français. Et une traduction littérale peut entraîner le néophyte sur un terrain glissant car signifiant tout autre chose que ce qu'imaginé dans la langue d'atterrissage.

Le dernier exemple en date est celui de  Joanne Kathleen Rowling. Oui, la "mère" de la saga Harry Potter (7 tomes, Gallimard Jeunesse).
Qui ignore encore que la Britannique a momentanément quitté le terrain de la littérature de jeunesse pour s'adresser dans son nouveau roman aux adultes? Carrément!
Elle va publier à la rentrée son "first novel for adults" ou "first novel for grown-ups", selon les interviews.
Il est vrai que les premiers lecteurs de Harry Potter ont bien grandi.
Qui ignore encore que la date de sortie de la version originale de "The Casual Vacancy" est fixée au 27 septembre de cette année? Tout comme les traductions française et allemande.
Embargo, isolement des traducteurs, on est bien parti pour un barnum digne des précédentes sorties  du feuilleton sorcier. Tout bon pour le tiroir-caisse.
Mais ce qui prête à rire est que la romancière insiste lourdement pour que la version française, titrée "Une place à prendre" (Grasset, traduction de Pierre Demarty)  soit accompagnée d'un bandeau, indiquant "roman pour adultes"(traduction littérale d'une expression anglaise tout à fait convenable) mais qui, chez nous, est réservée aux romans au moins érotiques sinon pornographiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire