Nombre total de pages vues

lundi 5 octobre 2015

Le premier Grand prix de littérature américaine

Et voilà, la semaine du 2 novembre est complète! Avec l'annonce de la création du premier Grand prix de littérature américaine, qui sera dévoilé le vendredi 6 novembre, on aura un prix littéraire par jour! Au moins! Le prix Décembre le lundi 2, les Goncourt et Renaudot le mardi 3, le Femina le mercredi 4, le Médicis le jeudi 5 et le petit nouveau le vendredi 6.

Francis Geffard.
"Couronner un roman américain, paru depuis le 1er janvier, qui se distingue par ses qualités littéraires de premier plan afin d'offrir un repère aux lecteurs qui apprécient en nombre cette littérature et les écrivains qui l'animent",
est l'objectif du nouveau Grand prix de littérature américaine, lancé par le libraire et éditeur Francis Geffard, déjà fondateur du formidable festival America (une année sur deux en septembre à Vincennes).

Quelle chance de voir la littérature américaine de qualité ainsi mise à l'honneur!
Neuf livres apparaissent dans la première sélection, qui seront restraients lors d'une deuxième annoncée pour le 13 octobre.
Si le prix sera annoncé le 6 novembre, en cette semaine de folie, il sera remis fin novembre à l'auteur couronné.

Première sélection
  • "Orfeo", de Richard Powers, traduit par Jean-Yves Pellegrin (Le Cherche-Midi)
  • "& Fils", de David Gilbert, traduit par Clément Baude (Actes Sud)
  • "Six jours", de Ryan Gattis, traduit par Nicolas Richard (Fayard)
  • "Intérieur nuit", de Marisha Pessl, traduit par Clément Baude (Gallimard)
  • "Les lance-flammes", de Rachel Kushner, traduit par Françoise Smith (Stock)
  • "Avant et après la chute", de Richard Bausch, traduit par Stéphanie Levet (Gallimard)
  • "Les intéressants", de Meg Wolitzer, traduit par Jean Esch (Rue Fromentin)
  • "Peindre, pêcher et laisser mourir", de Peter Heller, traduit par Céline Leroy (Actes Sud)
  • "Neverhome", de Laird Hunt, traduit par Anne-Laure Tissut (Actes Sud)

Le jury
Neuf personnes composent le jury.
Trois critiques littéraires:  les journalistes Orianne Jeancourt (Transfuge), Philippe Chevilley (Les Echos) et Bruno Corty (Le Figaro littéraire)
Trois libraires: les libraires Sylvie Loriquer (L'attrape-cœurs), Jean-Christophe Millois (Librairie de Paris) et Pascal Thuot (Millepages)
Trois éditeurs: Emmanuelle Heurtebize (Stock), Olivier Cohen (L'Olivier) et Francis Geffard (Albin Michel).

On notera que le fondateur du prix et membre du jury, Francis Geffard, qui a donné naissance à la très belle collection "Terres d'Amérique" chez Albin Michel et qui dirige la littérature étrangère à la rue Huyghens, n'a pas de titre de sa maison en lice. Pas plus qu'Olivier Cohen. Ce qui n'enlève rien à leur talent d'éditeurs et à la qualité des romans qu'ils publient.

On notera encore que "Neverhome", magnifique roman de Laird Hunt, en deuxième tour du prix Femina, est en piste - à lire bientôt dans ce blog. Et que "Les lance-flammes" de Rachel Kuscher, également finaliste, figure dans les titres retenus pour le prix du Meilleur livre étranger qui sera remis le 26 novembre.

Sélections
pour le prix du Meilleur livre étranger, communiquées par un jury qui ne mentionne pas les noms des traducteurs - mais je les ajoute

Romans
  • Martin Amis, "La zone d'intérêt" (Calmann-Lévy), traduit par Bernard Turle
  • Stefan Brijs, "Courrier des tranchées" (Héloïse d'Ormesson), traduit par Daniel Cunin
  • Javier Cercas, "L'imposteur" (Actes Sud), traduit par Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic
  • Lidia Jorge, "Les mémorables" (Métailié), traduit par Geneviève Leibrich
  • Rachel Kuschner, "Les lance-flammes" (Stock), traduit par Françoise Smith
  • Alessandro Mari, "Les folles espérances" (Albin Michel), traduit par Anna Colao
  • Dinaw Mengestu, "Tous nos noms" (Albin Michel), traduit par Michèle Albaret-Maatsch
  • Eirikur Orn Norddahl, "Illska" (Métailié), traduit parEric Boury
  • Marilynne Robinson, "Lila" (Actes Sud), traduit par Simon Baril
  • Diane Setterfield, "L'homme au manteau noir" (Plon), traduit par Carine Chichereau

Essais
  • Alysia Abbott, "Fairyland" (Globe), traduit par Nicolas Richard
  • Rosa Montero, "L'idée ridicule de ne jamais te revoir" (Métailié), traduit par Myriam Chirousse
  • Christoph Ransmayr, "Atlas d'un homme inquiet" (Albin Michel), traduit par Bernard Kreiss


Les autres sélections

Goncourt et Goncourt des lycéens, ici
Wepler, ici
Renaudot, ici
Médicis, ici

Décembre, ici
Jean Giono, ici
Flore, ici
Femina, ici
Grand Prix du roman de l'Académie française, ici
Interallié, ici










1 commentaire:

  1. Merci pour les traducteurs.
    C'est quand même paradoxal, ce Grand Prix de Littérature Américaine, auquel seuls les livres précédemment traduits en français pourront concourir...

    RépondreSupprimer