Nombre total de pages vues

mardi 11 août 2015

Moi? Quand lieux, choses, états me disent

Qui suis-je? L'identité et la quête de soi sont au cœur de l'enfance et donc de la littérature de jeunesse.
Les six albums qui suivent abordent ces thèmes, chacun à leur mode.


Annie Agopian et Audrey Calleja
"Moi à travers les murs"
Rouergue, 40 pages

Une chambre d'enfant. La chambre d'un enfant. Lieu d'exclusion quand les parents l'y cantonnent. Lieu d'imagination quand la colère s'apaise - qui l'a mieux montré que Maurice Sendak dans "Max et les maximonstres"? Lieu de révélation de soi entre les quatre murs de la pièce. Lieu d''évasion quand l'enfant se fait passe-muraille. Lieu de paix où l'action comme l'inaction ont droit de cité.

Voilà un album qui raconte de façon fort originale les différents états de la chambre d'un enfant. Le texte explore aussi les différentes acceptions du mot "chambre" telles que les présente le dictionnaire. En fait, ce sont les images, complètement dans l'univers de l'enfance, entre jouets et animaux familiers, qui permettent à chaque lecteur de se créer sa propre version de ce bel album destiné aux enfants en âge d'école primaire.


Une chambre d'enfant ordinaire? A voir... (c) Rouergue.

* *
*


Anne Cortey et Anaïs Massini
"Les petits jours de Kimi et Shiro"
Grasset Jeunesse, 48 pages

Un petit format aquarellé tout doux, au format de la main, qui raconte quatre histoires autour de deux mignons personnages, Kimi la fille, Shiro le garçon. Quatre histoires de joie, de découverte, d'amitié et de poésie qui déclinent les quatre saisons de l'année.

"Jour de chat" (c) Grasset Jeunesse.

"Jour de chat" pose sans façon un jour "sans": Kimi n'a pas envie de se lever, se sent chat et n'a donc pas envie de jouer avec Shiro déguisé en chien.

"Jour rond" (c) Grasset Jeunesse.
Dans "Jour rond", elle se rattrape en faisant de son ami un chercheur de trésors comblé: sans qu'il le sache, elle a préparé pour lui des tas de cailloux plus jolis les uns que les autres, des joyaux!

"Jour de neige" (c) Grasset Jeunesse.
"Jour de feuilles" voit les deux personnages ratisser les feuilles tombées, s'y cacher jusqu'à transformer la fragile montagne en un éphémère Everest. "Jour de neige", enfin, célèbre très joliment le blanc à travers une promenade pleine d'imagination qui se termine chaleureusement avec un chocolat fumant.

Ce sont des petites choses de la vie que pointent les deux auteures, réunies pour la troisième fois ("Les ailes d'Anna" et "Nuit d'hiver", Autrement jeunesse, 2009 et 2012). Elle le font avec une délicatesse qui enchante et rend le monde beau.

A propos de cet album, Anaïs Massini écrit ceci sur son blog:
"Anne m'avait montré les textes en novembre et l’'quipe de Grasset Jeunesse avait donné son feu vert en décembre. Au lendemain de l'assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo, je me suis sentie autant sonnée que soudain réveillée. Dessiner, peindre, tracer, mes gestes. Je me suis enfermée dans mon bureau, tous les matins, tôt, souvent même très tôt. Et j'ai peint dans le souffle de la détonation. En un mois et demi, des premières idées au rendu. Certains albums m'ont occupée des années. Celui-là moins de deux mois. Ne vous fiez pas à son apparence "vite fait". Pour chaque illustration il y en a une dizaine, une quinzaine que je n'ai pas choisies. Travailler en légèreté, recommencer et recommencer, garder un trait rapide et aérien, est un travail de patience exigeant.

"Les petits jours de Kimi et Shiro" est accessible à tous les lecteurs. Les plus jeunes, comme les plus vieux. "Les petits jours de Kimi et Shiro", c'est l'urgence de se rappeler que la vie est une petite poussière dans l'infini, mais aussi l'essence même de la poésie."
* *
*

Jo Witek et Christine Roussey
"Mes petites peurs"
De La Martinière Jeunesse, 30 pages

L'an dernier, elles avaient fait ensemble "Ma boîte à petits bonheurs" (même éditeur, 24 pages), un inventaire des raisons de sourire. Auparavant, elles avaient déjà créé "Toi dedans, moi devant. Le ventre de maman" et  "Les bras de papa. Rien que pour moi!" Des albums à la première personne dont les couvertures sur fond blanc se font délicatement écho. Cette fois, Jo Witek au texte et Christine Roussey aux illustrations dressent une liste de situations inquiétantes pour l'héroïne de cette jolie série et de ses manières de se rassurer. Le découpage habile de certaines parties de pages rend la lecture attractive.

Des peurs, la narratrice en a beaucoup et au quotidien! Qui constituent une grande montagne verte, à moins qu'on y voie une grosse bête. A noter que toutes les représentations inquiétantes sont dotées de visages expressifs.

Au supermarché... (c) De La Martinière Jeunesse.

Si l'héroïne apparaît minuscule face à ses frayeurs, elle témoigne néanmoins d'une belle énergie et de beaucoup d'imagination pour les contrer. Douceur et tendresse s'épaulent dans cet album qui incite à avoir confiance en soi. Le texte a une belle musique, les illustrations sont sobres et pleines d'imagination, aux crayons de couleurs rehaussées de mini touches fluo. "Mes petites peurs" sont aussi des formes de petits bonheurs.

* *
*

Piret Raud
"Emily et tout un tas de choses"
traduit de l'estonien par Olek Sekki
Rouergue, 40 pages

Emily est un poisson mais qu'est-ce que les humains lui ressemblent, à toujours amasser plus d'objets! Dès le matin tôt, la voici partie faire un tour au fond de la mer pour voir ce qu'elle va trouver. Des choses de toutes sortes, dont elle nous dresse la liste avec enthousiasme. Des choses perdues qu'elle s'approprie et qui ne sont donc plus perdues...

Emily est ravie d'autant posséder, jusqu'au jour où elle découvre lors de ses recherches une bouteille contenant un message. Et quel message! "Chère Emily, Je suis LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE QUI SOIT et si je vous écris, c'est pour que vous m'aidiez à me retrouver car je suis perdue."

Voilà le poisson investi d'une fameuse mission, dont les épisodes vont lui permettre de reconsidérer complètement son existence. Quand l'absurde dénonce les excès de la consommation et permet de repenser l'avoir et l'être. Un graphisme original pour un album très réussi à lire à plusieurs niveaux.

Emily est réjouie par toutes ses trouvailles. (c) Rouergue.

* *
*

Miguel Tanco
"Les farfelus"
Les fourmis rouges, 36 pages

Tendre portrait de quelques représentants de l'espèce humaine, dénommés "farfelus" dans lesquels on se reconnaîtra forcément. Dans lesquels on aimerait se reconnaître. Parce qu'ils vivent plus fort, ont le cœur plus grand, les yeux mieux ouverts, le sens du quendiraton faible. Parce qu'ils ont simplement l'air plus heureux.

Bref, les farfelus, on les aime et on se plaît à les débusquer dans ce premier album en France de Miguel Tanco. Tant leur apparence que leurs gestes sont délicieux. Coiffés à leur façon, la barbe tressée, attentifs aux plus petits, aux isolés, aux adversaires, sensibles à la musique, à l'humour, à la nature, à la danse... Si le mot n'était tellement galvaudé, on dirait d'eux qu'ils sont de "belles personnes". Un album à consommer sans modération tant texte finement observé et images savamment composées sont excellents. "Le monde aura toujours besoin de farfelus au cœur tendre..." termine l'auteur-illustrateur. Ne dirait-on pas plutôt "nous avons tous besoin d'être des farfelus au cœur tendre"?

Le farfelu prend soin des tout petits. (c) Les fourmis rouges.

* *
*

Brian Won
"Génial ce chapeau!"
traduit de l'anglais, sans mention de traducteur
Gautier-Languereau, 40 pages

Difficile de rester grognon quand le facteur vous apporte en cadeau un extraordinaire chapeau! Monsieur Elephant nous conte cette expérience avec beaucoup d'humour dans un album farandole où on rencontre une inouïe série de personnages plus grognons les uns les autres jusqu'à ce qu'ils reçoivent un morceau du chapeau cadeau initial. Et se mettent en route ensemble pour redonner du peps à Madame Girafe. Simple, efficace et bien pensé.


L'arrivée du cadeau surprise. (c) Gautier-Languereau.

Madame Tortue est aussi grognon. (c) Gautier-Languereau.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire