Nombre total de pages vues

vendredi 14 août 2020

La "Saison 5" de la saga "Sauveur & Fils" nous promène hors du cabinet de consultation

Le 12, rue des Murlins à Orléans dans la vraie vie.


Dans une petite semaine, le 19 août, arrivera en librairie la "Saison 6" de "Sauveur & Fils", l'excellente saga romanesque de Marie-Aude Murail centrée sur un psy, sa famille à moins que ce ne soit ses familles, ainsi que les divers petits mondes qui gravitent autour de lui. Une "Saison 6" qui sera, on le sait, suivie d'une "Saison 7" (lire ici).

Sauveur, c'est-à-dire Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien d'une quarantaine d'années, d'origine Martiniquaise, adopté là-bas à trois ans par un couple de Blancs, exerçant sa profession à Orléans depuis le décès de sa femme dans un accident.
& Fils, c'est-à-dire Lazare, petit garçon métis qu'on voit grandir de volume en volume.
& Fils, c'est-à-dire peut-être Gabin, grand ado qui vit aussi au 12, rue des Murlins.
& Fils, c'est-à-dire peut-être encore Paul, le grand ami d'école de Lazare, le petit frère d'Alice, le deuxième enfant de Louise, l'amoureuse de Sauveur, le trio s'étant aussi installé dans la maison.
Une maison largement ouverte puisqu'elle accueille encore de façon permanente Jovo, ex-SDF, ex-légionnaire, au passé mystérieux. Voilà, si on y ajoute les célèbres hamsters, pour le côté cour.
Côté jardin, on a les patients de tous âges que l'on rencontre successivement dans le cabinet de consultation de Sauveur Saint-Yves, miroirs de nous-mêmes, porte-voix de nos émotions, fenêtres ouvertes sur notre monde.
L'ensemble étant traité avec sensibilité et aussi beaucoup d'humour.

Pour se préparer à cette sortie, on fonce ou on relit la "Saison 5" de "Sauveur & Fils" (l'école des loisirs, Médium, 320 pages, septembre 2019), un épisode qui diffère des précédents. D'abord, parce qu'il débute deux ans après la fin du précédent, le lundi 12 mars 2018, et court jusqu'au dimanche 8 avril 2018, une semaine après Pâques. Une semaine de moins que la "Saison 6", cinq semaines qui s'achèvent à la Noël 2018. Ensuite, parce qu'on va beaucoup sortir du cabinet de consultation, notamment en compagnie de Louise, en reportage, ou de ses enfants, quand on ne suit pas les patients dans leurs activités. Et avec Sauveur qui va emmener son fils dans un lieu très important pour eux deux.

Quatre semaines donc, où il va se passer un maximum de choses, côté cour comme côté jardin, qu'on suit avec la même attention, la même émotion que dans les épisodes précédents, en passant du rire et aux larmes et en saluant le talent de conteuse hors-pair de Marie-Aude Murail. Pas une ligne de trop, des dialogues savamment agencés, des ruptures de rythme, et bien sûr des surprises, et des grosses, dans l'intrigue.

Dès les premières pages, on plonge dans le grand bain. Une nouvelle patiente, Louane, venue des Etats-Unis à la recherche d'un psy pratiquant le "soutien émotionnel animalier", une spécialité qui va coller à la peau de Sauveur et nous vaudra de sacrées pages humano-animalières. Louane, dont Sauveur ne se doutait pas, ce jour-là, de ce qu'il allait découvrir par la suite comme secret enfoui chez elle. Gabin, toujours au lit à midi. Samuel qu'on a déjà rencontré en consultation et qui nous apprend qu'il a rompu avec Margaux. Madame Tapin, Raymonde de son prénom, mal dans sa vie "qu'on lui a volée". Sans oublier Alice qui découvre les tourments de l'adolescence et les grands sujets de société, la petite Maylis qui se débat toujours pour exister entre ses parents et la famille recomposée que forment maintenant Sauveur et Louise avec tout ce que cela suppose de difficultés, d'ajustements, de joies, de crises et de remises en question ou en perspective. Et évidemment le couple Sauveur-Louise, amour ou dévouement pour elle, amour ou travail jusqu'au burn-out pour lui?

Les questions se succèdent au cabinet et interrogent le lecteur, un "comment sait-on qu'on est amoureux" cachant évidemment un "comment faire savoir à l'autre qu'on est amoureux de lui/d'elle". Par exemple.

Les enfants de la famille ont grandi et se cognent avec nous à la société, prof qui fait battre le cœur, pétition contre des mesures de l'école, flicage téléphonique parental, séparation des parents et harcèlement entre ex, nouvelles naissances, #balance ton porc, machisme, féminisme et homophobie, polyamour... Bref, la vie comme elle est, avec aussi un rappel discret d'une crise sur les réseaux sociaux ayant conduit au retrait d'un livre.

Au fil des jours, les événements privés se succèdent, joies, déceptions, peurs, rêves, détresses, questionnements, engueulades et fou-rires conférant de l'action et du suspense. En parallèle, les patients défilent, personnages de papier dont on aime avoir des nouvelles ou découvrir. Avec en fil rouge, cette phrase d'André Malraux: "Pour l'essentiel, l'homme est ce qu'il cache: un misérable petit tas de secrets".

Quatre semaines donc, cette "Saison 5", tellement riche et pleine de vie(s) qu'elle nous fait penser qu'il y en a au moins le double. Vite, vite, la "Saison 6"!

Pour rappel
la "Saison 1" (lire ici) court sur six semaines, du 19 janvier 2015 au 1er mars 2015,
la "Saison 2" (lire ici) sur six semaines également, du 7 septembre au dimanche 18 octobre 2015,
la "Saison 3" (lire ici) embraie directement sur la deux et court sur deux gros mois, du dimanche 18 octobre 2015 au vendredi 25 décembre 2015,
la "Saison 4" (lire ici) court sur cinq semaines seulement, du 4 janvier au 7 février 2016.

Pour lire un extrait de la "Saison 5", c'est ici.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire