Nombre total de pages vues

lundi 9 juin 2014

LC fait un petit pont aussi

Enfin petit, c'est parce que l'expression le dit ainsi. Et que, lundi de Pentecôte fini, on va reprendre de belles grandes semaines de cinq jours ouvrables.

En récompense, je me suis offert la lecture du super album documentaire intitulé "Tous les ponts sont dans la nature", de Didier Cornille (Hélium, 80 pages). Logique.



C'est la troisième fois que l'auteur-illustrateur français, diplômé des Arts décos de Paris, explique aussi joliment aux enfants des chefs-d’œuvre de l'architecture. Il est déjà l'auteur des très réussis "Toutes les maisons sont dans la nature" (Hélium, 2012), primé à la Foire de Bologne 2013, et de "Tous les gratte-ciels sont dans la nature" (Hélium, 2013). Le regard curieux et précis de Didier Cornille épingle chaque fois la valeur des chefs-d’œuvre qu'il a élus dans un dessin élégant qui s’appuie sur des plans, des photos et des documents d’époque.

C'est aussi le cas dans "Tous les ponts sont dans la nature", tout juste paru. En format tout en hauteur, l’album se tient reliure vers le haut. Ce qui lui procure l’espace nécessaire à présenter huit ponts remarquables, disséminés dans le monde, construits entre 1779 et 2013. Du plus spectaculaire au plus moderne.

Successivement, on empruntera
le pont de Coalbrookdale (Grande-Bretagne), 1779
le Brooklyn bridge (Etats-Unis), 1883
le Firth of Forth (Ecosse), 1890
le pont de Plougastel (France), 1930
le Golden Gate (Etats-Unis), 1937
le pont Rio-Niteroi (Brésil), 1974
le viaduc de Millau (France), 2004
la passerelle du MuCEM (France), 2012 .

Chaque construction est traitée dans un petit chapitre particulier, attrayant et documenté, magnifiquement illustré des dessins de Didier Cornille sans qu'il soit besoin de photos. On découvre en détail les différents ouvrages d’art, leurs architectes et ingénieurs, les matériaux utilisés et chaque édification est replacée dans le contexte historique de son époque. 

Exemple avec le pont de Brooklyn.




 

On le voit, c'est magnifique, et l'ensemble donne drôlement envie de s'intéresser à l'architecture et à l’ingénierie. Ce petit bijou de livre fait découvrir aussi bien des ponts ferroviaires que des ponts pour les voitures ou les piétons. Plus besoin de filer à Avignon.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire