Nombre total de pages vues

vendredi 26 janvier 2018

Aller voir au bout du bout (du bout)

Une partie des "étirements" du "Bout du bout". (c) Møtus.

A la question vertigineuse de l'extrémité et de ce qui la suit, condensable simplement en "qu'y a-t-il au bout du bout?", les complices de longue date que sont François David (aux textes) et Henri Galeron (aux illustrations) répondent par un petit livre fort réussi.

Tant au plan de l'histoire illustrée qui ouvre de belles possibilités à l'imagination qu'à celui, époustouflant, du niveau technique. Si "Le bout du bout (du bout)" (Møtus) se présente incognito comme un petit format à l'italienne, il se révèle un joyeux pied-de-nez aux techniques informatiques partout vantées. En effet, la couverture bien regardée, il faut poser ses doigts dans les encoches à droite et tirer un peu. Dingue, l'image originale se complète d'un volet et d'un texte. Après avoir apprécié la surprise, il faut poser les doigts dans les nouvelles encoches et à nouveau tirer. L'image se complète encore, accompagnée d'autres mots. Le récit se construit ainsi, par "étirements" successifs, selon l'idée des poupées russes emboîtées. Il ne s'agit donc pas d'un leporello ou livre-accordéon.


Les languettes se tirent tout en restant emboîtées. (c) Møtus

Le raffinement  d'Henri Galeron. (c) Møtus.
On ira de surprise en surprise jusqu'à ce que tous les morceaux étirés, mais solidaires les uns des autres grâce à un astucieux système d'emboîtements, dépassent le mètre courant (110 cm). Ils ont déployé une histoire qui explore le plaisir de la découverte à travers un texte qui inventorie  toutes les facettes de l'acte de tirer alors que les dessins nous offrent un condensé de l'univers d'Henri Galeron, mains, chaussures cirées, pantalons rayés, chapeaux, tête et pattes de coq, escargot, oreilles humaines, etc. Toujours avec cette extraordinaire précision graphique jubilatoire.

Enchantement supplémentaire, quand on est au bout du "Bout du bout", il suffit de le retourner pour entamer la lecture, selon le même procédé, du "Bout du bout du bout". Autres couleurs, autre sujet, celui de la langue bien pendue, autres personnages dont un chat évidemment, mais un plaisir identique devant ces nouvelles découvertes emboîtées.

"Le bout du bout", doublé du "Bout du bout du bout", est un sensationnel livre-objet tout papier qui en étonnera plus d'un autant qu'il le ravira.

Deux histoires dans ce livre, une au recto, l'autre au verso. (c) Editions Møtus.

A voir en vidéo ici.



"La poupée russe" (c) Møtus.
Les anciens et/ou les passionnés se souviendront peut-être d'une autre création sous forme de poupée-gigogne des Editions Møtus, "La poupée russe" (texte de François David, illustrations de Bernard Vernochet), datant de 1994 et aujourd'hui épuisée. Une première boîte abritait le début d'un poème qui se lisait de boîte en boîte jusqu'à la sixième. Et dans la plus petite, on trouvait trente fiches numérotées permettant de lire un nouveau poème, "La Poupée Pas Russe", et un petit rouleau permettant d'écrire "Poupée Russe" en russe.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire