Nombre total de pages vues

mardi 7 mai 2019

Soirée "metal" à l'Hôtel de Ville de Bruxelles

Anik De Prins et Véronique Bergen.

Sur la Grand-Place de Bruxelles, les touristes n'en croient pas leurs oreilles, en cette soirée du 6 mai. Ça rocke ferme quelque part dans l'Hôtel de Ville, fort, très fort. C'est qu'on fête dans la Salle Gothique la sortie du livre "Hard Rock Market" d'Anik De Prins et Véronique Bergen (Lamiroy édition, 239 pages, 100 photos, lire ici). Fan de hard rock depuis ses 13 ans et un concert d'Iron Maiden, le bourgmestre Philippe Close a invité les deux auteures ainsi que leur éditeur Eric Lamiroy pour saluer le temple musical qu'a été le Hard Rock Market qu'Anik De Prins tint durant 43 ans dans la toute proche rue des Eperonniers.

Salle Gothique.
"C'est le plus beau jour de ma vie", s'exclame Anik De Prins devant le parterre d'amis hard rockeurs et "metal" venus la fêter et écouter les deux concerts de HOMe et Girlschool qui enserraient les mini-discours. Godillots à clous, collants noirs, mini-jupe de tulle bouffant, blouson clouté, son étincelante crinière rousse flamboyant sous les spots, un sac pendu à la main, Anik De Prins arborait le sourire d'une petite fille timide et enchantée et ne cachait pas son émotion.  Toute de noir vêtue elle aussi, comme à l'habitude, Véronique Bergen a rappelé l'immense générosité de cette hard rockeuse dont elle a couché les mémoires sur le papier, pour laisser une trace écrite de ce que la scène rock bruxelloise a été grâce à Anik De Prins. "Son magasin Hard Rock Market a été un lieu magique, underground, pas du tout aseptisé, dans l'esprit de la Factory d'Andy Warhol. J'ai voulu rendre hommage à son audace de pensée et à sa générosité."

Jeans slim ou baggy, pantalons camouflage, blousons de cuir volontiers cloutés, parfois peints, chaînes, badges, tatouages, cheveux souvent longs, parfois rouges, parfois mauves pour les femmes, en catogan ou en crête colorée pour les hommes, parfois blancs ou disparus parce que les rockers vieillissent aussi, moustaches, boucs et barbichettes, baskets ou godillots ferrés, l'Hôtel de Ville de Bruxelles a rocké ce mardi soir. Hard rocké. "Métallé". Batterie, guitares, basses, chant, on s'en est donné à  cœur joie et les antiques planchers ont vibré. C'était bien. C'était fort. C'était tendre.



Le livre.


La suite ici.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire