Nombre total de pages vues

lundi 21 janvier 2019

Les 76 artistes de l'expo des illustrateurs 2019 à la Foire de Bologne

 

Les noms des artistes sélectionnés pour l'exposition des Illustrateurs de la Foire du livre pour enfants 2019 de Bologne sont connus. Ils sont 76, venant de 27 pays (Brésil, Canada, Chine, Finlande, France, Allemagne, Iran, Irlande, Italie, Japon, Corée, Lituanie, Mexique, Norvège, Pologne, Portugal, Russie, Slovénie, Espagne, Suisse, Taiwan, Turquie, Grande-Bretagne, Ukraine, Uruguay, Etats-Unis, Venezuela).

Pas de Belge mais dix Japonais, neuf Italiens, neuf Taïwanais, six Espagnols, et cinq Français (Antoine Corbineau, Henri Crabières, Thomas Le Roi, Virginie Pfeiffer et Emma Schnellbach) pour les scores par pays les plus impressionnants, les Coréens, Britanniques, Uruguayens n'étant chaque fois que trois.

Au travail, le jury!

Le jury a eu à départager les candidatures de 2901 illustrateurs originaires de 62 pays. Le jury 2019 était composé de l'illustrateur et éditeur jeunesse argentin Diego Bianchi, de l'éditeur jeunesse polonais Maciej Byliniak, de l'auteur-illustrateur italien Alessandro Sanna, de l'illustratrice néerlandaise Harriët van Reek et de l'éditrice jeunesse française Béatrice Vincent.

Il y avait douze dossiers en provenance de Belgique, dix en catégorie fiction (lire ici) et deux en catégorie non fiction (lire ici).



Le jury à l'œuvre, Maciej, Diego, Béatrice, Harriët et Alessandro.

Les 76 artistes sélectionnés

Galerie complète de leurs œuvres ici. Sans légende de nom mais numérotées selon la liste alphabétique ci-dessous.

  1. ASIAIN LORA MIREN, SPAIN
  2. BAJTLIK JAN, POLAND
  3. BASSI SANDRO, VENEZUELA
  4. CELAS CAROLINA, PORTUGAL
  5. CHA YOUNGKYUNG, REPUBLIC OF KOREA
  6. CHEN YING-HSIU, TAIWAN
  7. CHEN  YUNG KAI, TAIWAN
  8. CHIANG  MENG YUN, TAIWAN
  9. CHOU I-HSIEN, TAIWAN
  10. CISNERO JESUS, SPAIN
  11. CORBINEAU ANTOINE, FRANCE
  12. CORRAL  PALOMA, SPAIN
  13. CRABIERES HENRI, FRANCE
  14. DELARGY FLORA, IRELAND
  15. DESNITSKAYA  ANNA, RUSSIA
  16. DUKE JENNY, UNITED KINGDOM
  17. FIVAZ  FREDERIC, SWITZERLAND
  18. GOLDBERG HERMO LUIS DAVID, VENEZUELA
  19. GOTO  CHITOSE, JAPAN
  20. HASSANZADEH SHARIF AMIN, USA
  21. HERNANDEZ MAR, SPAIN
  22. HIRASA MIKA, JAPAN
  23. IKEGAMI YORIYUKI, JAPAN
  24. INOUE YOSUKE, JAPAN
  25. JANCIAUSKAITE RASA, LITHUANIA
  26. JIANG YU, TAIWAN
  27. KIM SEULKEE, REPUBLIC OF KOREA
  28. KUDO AYUMI, JAPAN
  29. LE ROI THOMAS, FRANCE
  30. LEE SEUNGHEE, REPUBLIC OF KOREA
  31. LETRIA ANDRE, PORTUGAL
  32. LEWIS  EMMA, UNITED KINGDOM
  33. LI YUKE, CHINA
  34. LICCIARDELLO ANGELO, ITALY
  35. LIN YUN, TAIWAN
  36. MAEDA YOSHIYUKI, JAPAN
  37. MAIJALA MARIKA, FINLAND
  38. MALLO DIEGO, SPAIN
  39. MANAKA MUTYO, JAPAN
  40. MAZZETTI SARAH, ITALY
  41. MEDINA MARTINEZ  SARA, SPAIN
  42. MERZ  LAURA, FINLAND
  43. MIJANGOS QUILES AMANDA ITZEL, MEXICO
  44. MIYATA TAKASHI, JAPAN
  45. O'BRIEN MARC, CANADA
  46. ORAL FERIDUN, TURKEY
  47. PEREZ DAVID, SWITZERLAND
  48. PEREZ  SABRINA, URUGUAY
  49. PFEIFFER VIRGINIE, FRANCE
  50. ROCCHETTI  MICHELE, ITALY
  51. RODIN AL, UNITED KINGDOM
  52. RODRIGUEZ ODDONE  MARIA CECILIA, URUGUAY
  53. ROSKIFTE KRISTIN, NORWAY
  54. SARVIRA ANNA, UKRAINE
  55. SCHNELLBACH EMMA, FRANCE
  56. SHAFIEH FARSHID, IRAN
  57. SHTONDA OLGA, UKRAINE
  58. SODERGUIT ALFREDO, URUGUAY
  59. SONG JUNLI, USA
  60. STELLA  GAIA, ITALY
  61. TAI YU-TUNG, TAIWAN
  62. TANAKA  YASUHIRO, JAPAN
  63. TARONI MARIACARLA, ITALY
  64. TENG YU, TAIWAN
  65. TIENI DANIELA, ITALY
  66. TOGO NARISA, JAPAN
  67. VILELA FERNANDO, BRAZIL
  68. VIRARDI LIUNA, ITALY
  69. VOLA NOEMI, ITALY
  70. VU  MAI LINH, GERMANY
  71. WALENTYNOWICZ  KATARZYNA, POLAND
  72. WANG HOLMAN, CANADA
  73. WARDAK SANTIAGO, ITALY
  74. WU PENG, CHINA
  75. YUN-CHUAN LEE, TAIWAN
  76. ZAVADLAV ANA, SLOVENIA



    Les livres nominés pour les Prix Sorcières 2019


    Les Sorcières, soit les librairies jeunesse réunies sous cette appellation, ont modifié leurs catégories de prix l'an dernier, on le sait (lire ici).

    Rappel des six catégories:
    • Prix Carrément Beau (mini et maxi)
    • Prix Carrément Passionnant (mini et maxi)
    • Prix Carrément Sorcières (fiction et non-fiction)

    Les trente ouvrages sélectionnés ont été dévoilés.
    Soit quatre publiés par l'école des loisirs et/ou Pastel, trois par MeMo, L'Atelier du poisson soluble, Seuil Jeunesse, deux par les Fourmis rouges, Gallimard Jeunesse, Thierry Magnier, les onze éditeurs suivants n'ayant qu'un titre sélectionné, Versant Sud, Les Grandes Personnes, Albin Michel Jeunesse, Sarbacane, Casterman Jeunesse, Voce Verso, Bayard Jeunesse, L'Agrume, Format, Rouergue Jeunesse, Louison.

    Sélection 2019

    Catégorie CARRÉMENT BEAU MINI



    • "Une super histoire de cow-boy", de Delphine Perret (Les Fourmis Rouges, lire ici)
    • "L'appel de la lune", d'Elis Wilk (Versant Sud Jeunesse)
    • "Moi j'ai peur du loup", d'Emilie Vast (MeMo)
    • "Petites histoires de nuits", de Kitty Crowther (l'école des loisirs/Pastel, lire ici)
    • "Ma maison", de Laëtitia Bourget et Alice Gravier (Editions des Grandes Personnes)

    Catégorie CARRÉMENT BEAU MAXI


    • "Toi-même", de Marion Duval (Albin Michel Jeunesse)
    • "La montagne", de Manuel Marsol et Carmen Chica (Les Fourmis Rouges)
    • "Nous avons rendez-vous", de Marie Dorléans (Seuil Jeunesse)
    • "Petit soldat", de Pierre-Jacques Ober et Julie Ober (Seuil Jeunesse)
    • "Les riches heures de Jacominus Gainsborough", de Rebecca Dautremer (Sarbacane)

    Catégorie CARRÉMENT PASSIONNANT MINI


    • "Claude et Morino", d'Adrien Albert (l'école des loisirs)
    • "Mentir aux étoiles", d'Alexandre Chardin (Casterman Jeunesse)
    • "La petite épopée des pions", d'Audren et Cédric Philippe (MeMo, lire ici)
    • "Un chien comme ça", de Céline Claire et Clémence Pollet (Voce Verso)
    • "La légende de Podkin Le Brave, naissance d'un chef", de Kieran Larwood (traduit de l'anglais par Catherine Gibert, Gallimard Jeunesse)

    Catégorie CARRÉMENT PASSIONNANT MAXI


    • "La combe aux loups", de Lauren Wolk (traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marie-Anne de Béru, l'école des loisirs)
    • "Le célèbre catalogue Walker et Down", de Davide Morosinotto (traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marc Lesage, l'école des loisirs)
    • "Soixante-douze heures", de Marie-Sophie Vermot (Thierry Magnier)
    • "Milly Vodovic", de Nastasia Rugani (MeMo)
    • "Pëppo", de Séverine Vidal (Bayard Jeunesse)

    Catégorie CARRÉMENT SORCIÈRES FICTION



    • "Duel au soleil", de Manuel Marsol (L'Agrume)
    • "A travers", de Tom Haugomat (Thierry Magnier)
    • "La forêt", de Riccardo Bozzi, Violeta Lopiz et Valerio Vidali (Gallimard Jeunesse, lire ici)
    • "Le tracas de Blaise", de Raphaële Frier et Julien Martinière (L'Atelier du Poisson Soluble)
    • "Une âme égarée", de Olga Tokarczuk et Joanna Concejo (traduit du polonais par Margot Carlier, Editions Format)

    Catégorie CARRÉMENT SORCIÈRES NON FICTION


    • "Panthera Tigris", de Sylvain Alzial et Hélène Rajcak (Rouergue Jeunesse, lire ici)

    • "Big bang pop!", de Claire Cantais (L'Atelier du Poisson Soluble​)
    • "L'appartement, un siècle d'histoire russe", d'Ania Desnitskaïa (Louison éditions​)
    • "Monstres et merveilles", d'Alexandre Galand et Delphine Jacquot (Seuil Jeunesse)
    • "Musée des museaux amusants", de Fanny Pageaud (L'Atelier du Poisson Soluble)

    Verdict attendu à la mi-février.



    vendredi 18 janvier 2019

    Un guide des livres-médicaments pour enfants!

    Nathalie Le Breton et son bébé.

    Je suis tombée de ma chaise en recevant l'annonce de parution, le 6 mars, du "Guide des livres pour enfants pour parents curieux" de Nathalie Le Breton (Editions Thierry Magnier, 200 pages). Elle est libellée ainsi: "L'arrivée d’un nouveau membre dans la famille, un déménagement, la mort, le harcèlement à l'école, l'utilisation des écrans, l'alimentation, le sommeil... Comment s'y retrouver parmi la multitude d'albums publiés? Comment choisir quand on a envie d'aborder un thème en particulier avec son enfant, une grande question ou même une plus petite, une peur, une envie? Nathalie Le Breton vous offre ici un guide malin, classé par thématiques, pour vous aider à choisir les livres pour enfants les plus pertinents!"

    Et vlan pour les dimensions artistiques de la littérature de jeunesse. Nous voici face à des boîtes de médicaments. Ce que confirme le sommaire.

    (c) Editions Thierry Magnier.

    Bien sûr, je n'ai pas encore eu le guide entre les mains.
    Bien sûr, le choix des titres proposés n'est pas mauvais.
    Le ton très directif des notices entraperçues inquiète davantage.



    (c) Editions Thierry Magnier.

    Est-ce à cela que sert la littérature de jeunesse de fiction? Etre réduite à des thèmes? Reprenons au début.

    Qu'est-ce que la littérature? Chacun en a sa définition propre mais ces variantes tournent autour de l'idée d'une diversité sans limite de formes, de recherche esthétique et d'une variété infinie de sujets visant à dire la condition humaine et tout ce qui tourne autour. Sans oublier la rencontre entre celui qui écrit et celui qui lit. Une forme d'art donc.

    Qu'est-ce que la littérature jeunesse? On aimerait reprendre la même définition. Ou se référer à l'impeccable opinion de Jean Fabre (1920-2014), fondateur de l'école des loisirs (lire ici). "L'album pour enfants", disait-il, "est un miroir de soi-même, un porte-voix de ses émotions et une fenêtre ouverte sur le monde. Le livre plaide aussi pour que ce soit à l'école que les enfants découvrent la littérature et qu'ils la découvrent pour ce qu'elle est, une source infinie de plaisirs, et non la simple occasion d'un cours de grammaire.

    L'enfant plus âgé trouve plusieurs motivations à la lecture. Tout d'abord, la communication, au-delà des frontières, des cultures (avec l'ouverture à la tolérance), l'occasion de sortir de ses habitudes de vie. Ensuite, le jeu avec les mots et les images. Enfin, un essai à la vie par procuration en se dédoublant à travers des personnages qui ont chacun quelque chose à dire.

    Certains albums portent plus loin, résonnent plus fort, s'insinuent plus intimement, deviennent pour de jeunes lecteurs des références et des repères en les accompagnant dans leur cheminement personnel et en élargissant leur horizon familier."

    Que le livre documentaire serve à instruire la jeunesse, OK. C'est même une évidence. Mais pourquoi attribuer d'autres rôles que littéraire à l'album et au roman? Parce qu'il s'agit de la jeunesse, enfance ou adolescence, la littérature doit-elle se prévaloir d'autres missions? Ne peut-on laisser les jeunes lecteurs de trouver eux-mêmes ce qu'ils cherchent dans les livres, de se sentir libres par raport à leurs lectures?

    Or que se passe-t-il? Et à cadence accélérée. Qu'est devenue la lecture, moment de liberté et de fantaisie? On cherche un livre pour un enfant qui est en deuil, a un petit frère ou une petite sœur, est malade, doit déménager... Depuis toujours, je dis NON AUX LIVRES-MEDICAMENTS. Pas qu'un album ou un roman ne puisse traiter de la mort, de la jalousie, de la maladie, des changements dans l'existence. Pour autant qu'il soit de qualité, sincère, l'album - et le roman jeunesse - doit d'abord exister par et pour lui-même, c'est-à-dire être une œuvre d'art sur un sujet déterminé, et non un remède. Bien sûr, un livre peut aider dans une situation et nombreux sont les adultes à chercher du réconfort dans la littérature. La littérature ouvre à soi-même, aux autres, au monde, aux joies et ses peines. Pas besoin de la forcer, de la faire entrer dans des cases.

    Cette valorisation du livre-médicament jeunesse a en outre comme conséquence la prolifération de livres-prétextes, du genre mon enfant est jaloux, triste, en colère,.. parfois par collections entières. Où est l'art dans ces produits formatés, souvent politiquement corrects en plus? Où est le processus créatif pour l'auteur, coincé dans les demandes de l'éditeur et les diktats divers, de genre, de couleur, ou autre, bien-pensants. On y perd la création. On y perd la littérature. On y perd sûrement aussi les jeunes lecteurs. Comment accrocher à un livre qui n'a pas été conçu avec sincérité? Comment croire alors encore aux livres? Laissons faire les auteurs selon leur cœur, leurs tripes, leurs intuitions. Refusons les étiquettes. Tout le monde y gagnera.



    jeudi 17 janvier 2019

    FLB 2019: "Il faut être deux pour flirter"


    Qui se rappelle de la première édition de la Foire du livre de Bruxelles? C'était à la salle Arlequin avenue Louise, en 1969, il y a tout juste cinquante ans. Qui s'en rappelle? En tout cas, Hervé Gérard, président du conseil d'administration de la FLB, et Jimmy Jamar, chef de la la Représentation de la Commission européenne en Belgique, deux des orateurs qui ont présenté la Foire du livre de Bruxelles qui fête ses cinquante ans en cette 49e édition. Sven Gatz, notamment ministre de la Culture au sein du Gouvernement flamand, également présent, ne peut en dire autant: il a à peine 51 ans.
    Pour rappel, la FLB 2019, se tiendra dans quatre magasins de Tour & Taxis du jeudi 14 février, jour de la Saint-Valentin, au dimanche 17 février (infos pratiques ici).

    On le sait, c'est la Flandre qui en est l'invitée d'honneur, par le biais d'une appellation en deux mots, Flirt flamand, l'un anglais, l'autre français (lire ici). Un programme complet et très prometteur (lire ici). Un teasing ici.

    Sven Gatz l'a rappelé: "Les francophones connaissent mal la littérature flamande, et l'inverse est vrai également. Il n'y a pas de reproche là-dedans. Notre objectif durant cette Foire est de charmer les lecteurs francophones. Il y a plus de cinquante ans que les auteurs flamands voient leurs œuvres traduites en français." 

    Koen Van Bockstal, directeur de Flanders Literature/Vlaams Fonds voor de letteren (FVL), complète: "Flanders Literature contribue en moyenne à la traduction d'environ 125 titres par an, dans plus de trente langues différentes." Il précise: "Au cours des dernières années, plus de soixante livres ont été traduits en français." Et il regrette que "les auteurs flamands rencontrent souvent pour la première fois leurs collègues francophones sur des festivals littéraires en France." Raison pour laquelle il lance un pont entre les deux communautés belges. Il poursuit: "Puisque la Saint-Valentin, cette fête si spéciale, a lieu pendant cette édition,  nous avons décidé de faire plus ample connaissance de la manière la plus séduisante possible. Un rendez-vous galant réussi commence souvent par des préliminaires remarquables, or la littérature flamande regorge de telles entrées en matière. En outre, pour pouvoir flirter, il faut être deux."

    Savamment construit en un mélange entre théâtre grec, salle de séjour et bibliothèque, le pavillon flamand fera donc la part belle aux auteurs flamands et à leurs traducteurs. Il sera accessible aussi bien aux lecteurs francophones que néerlandophones, au rythme d'une rencontre toutes les heures pendant les quatre jours de la Foire, sans oublier les sept événements programmés sur les grandes scènes de la Foire. Au menu, fiction, non-fiction, slam, théâtre, poésie, BD, jeunesse, roman graphique... En fil rouge, l'idée de jeter un pont entre littérature flamande et lecteurs francophones et aussi entre secteurs éditoriaux de part et d'autre de la frontière linguistique.

    La nouveauté 2019 est que la FLB s'ouvre à un public bilingue ou même néerlandophone via un accord de trois ans avec la BoekenBeurs d'Anvers. La librairie proposera des ouvrages en néerlandais et dans leur traduction française. De nombreux auteurs seront présents pour en parler et les dédicacer. Sont attendus Wauter Mannaert, Aline Sax, Ann De Bode, Tom Schamp, Ingrid Godon, Jolien Janzing, Pieter Gaudesaboos, Sabien Clement, Leo Timmers, Jeroen Olyslaegers, Els Beerten, Annelies Verbeke, Chris De Stoop, Pascal Verbeken, Bart Vonck, Daniel Cunin, Isabel Rosselin, Rokus Hofstede, Marijke Arijs, Carll Cneut, Charlotte Van den Broeck, Kim Andringa, Bram Dehouck, David Van Reybrouck, Jan Baetens, Karel Vanhaesebrouck, Tom Lanoye, Harold Polis, Willem Elsschot, Alain Van Crugten, Brecht Vandenbroucke, Herr Seele, Brecht Evens, Lize Spit, Stefan Hertmans, Bart Moeyaert, Gerda Dendooven, Stefan Brijs…

    Autre pavillon remarquable par sa taille et ses dispositifs techniques, la Place de l'Europe. Outre des rencontres, multilangues grâce aux cabines de traduction, il proposera une librairie mettant en avant les littératures européennes et mettra en contact auteurs et éditeurs étrangers. "Plus de quarante rencontres seront organisées sur notre espace", précise Jimmy Lamar, qui se présente comme "le lien entre la Commission européenne et la Belgique".  "L'Europe est dans une phase difficile. Pour en sortir, il faut créer le débat."




    Pour le reste, on a appris de la bouche de Grégory Laurent, commissaire général, que le thème de la foire qui s'ouvre dans quatre semaines est "Nos futurS". Et que ses deux invités d'honneur sont l'écrivain algérien Boualem Sansal ("Le train d'Erlingen ou La métamorphose de Dieu", Gallimard, 2018) et l'Américain à multiples facettes Michael Chabon ("Moonglow ", traduit de l'anglais par Isabelle-D Philippe, Robert Laffont, 2018). Un habitué des travées bruxelloises et un nouveau. Le premier à la Foire les vendredi 15 à 19 heures, samedi 16 à 14 heures et dimanche 17 à 14 heures. Le second à Bozar le jeudi 14 à 20 heures, le vendredi 15 à la Foire à 20 heures et le samedi 16 à 16 heures.

    "Nos FuturS" se déclinera en différents thèmes, société, dystopie et romans d'anticipation, lecteurs de demain, carnets de route, futurs du livre...

    Côté jeunesse, sont annoncés Marie-Aude Murail, Marie Desplechin, Pef, Carl Norac,  François Roca, Kitty Crowther, Bertrand Puard, Thierry Robberecht, Christos... Du beau monde, habitué de la FLB (programme ici).


    La Foire du livre de Bruxelles, c'est ce qui se passe au sein de Tour & Taxis et ce qui se passe en dehors, grâce à de multiples partenariats menés avec Passa Porta, Muntpunt, Bozar, Art Basics for Children, le Kaaitheater, le Théâtre Royal Flamand (KVS), les Midis de la Poésie, le Musée de la BD, le Pianofabriek et d'autres.

    Au fil du programme du pavillon Flirt flamand

    (et sur d'autres scènes si indiqué)

    jeudi 14 février
    14 heures Paul Verrept et Ingrid Godon (littérature jeunesse)
    15 heures slam avec Philip Meersman
    15 heures Tom Lanoye (Théâtre des mots)
    16 heures poésie en mode Girrrlpower

    vendredi 15 février
    14 heures poésie
    16 heures Chris de Stoop pour "Ceci est ma ferme" (Christian Bourgois), une magnifique évocation de sa jeunesse dans les Polders.
    18 heures Jeroen Olyslaegers
    19 heures, 20 heures et 21 heures, la traduction littéraire

    samedi 16 février
    10 heures Alain Verster (dont une exposition d'originaux se tient au Wolf jusqu'au 15 février)
    13 heures le classique Willem Elsschot
    14 heures Congo avec David Van Reybrouck, Alain Mabanckou et Stefan Brijs (Place de l'Europe)
    15 heures BD Flandres (Palais des imaginaires)
    17 heures Tom Lanoye

    dimanche 17 février
    13 heures la ligne claire en BD
    14 heures rencontre entre Lieve Spit et Adeline Dieudonné
    15 heures Kitty Crowther et Gerda Dendooven dessinent sur un texte de Bart Moeyaert (Théâtre des mots)
    16 heures flirter dans les deux langues
    16 heures Stefan Hertmans (Théâtre des mots)

    Le programme de la FLB 2019 est consultable ici.

    Dans le registre littéraire, notons la présence à Tour & Taxis de Sophie Divry, Jean Hagland, Alain Mabanckou, Andreï Kourov, Flore Vasseur, sans oublier les très nombreux écrivains belges qui y participeront aussi.

    Ma Foire du livre à moi, ça pourrait être

    jeudi 14 février
    dès 12 heures Quatrième journée de la traduction (Place de l'Europe, lire ici)
    10h30 François Roca (Palais des imaginaires)
    17h30 Bruno Coppens, "Loverbooké" (Théâtre des mots)

    vendredi 15 février 
    17h30 Le roman graphique, avec Jean-Luc Cornette, Sébastien Goethaels, Sébastien Gnaedig et Thomas Gunzig
    18 heures  Souvenirs de la fin du monde, avec Antoine Wauters, Sophie Divry et Jean Hegland (Grand-Place du livre)
    18 heures Grand entretien avec Andreï Kourkov (Place de l'Europe)
    18 heures Marie-Christine Barrault lit Yourcenar (Théâtre des mots)

    samedi 16 février
    10h15 Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet (jeunesse, Scène verte)
    11 heures présentation du recueil "Des traversées et des mots" (Place de l'Europe)
    12 heures Histoires de familles, avec Adeline Dieudonné et Isabelle Spaak (scène Fintro)
    13 heures Rencontre croisée entre Amélie Nothomb et Keiichiro Hirano (Théâtre des mots)
    14 heures Congo, avec David Van Reybrouck, Alain Mabanckou et Stefan Brijs (Place de l'Europe)
    15 heures La bande dessinée néerlandophone, avec Brecht Evens, Herr Seele et Brecht Vandenbroucke
    18 heures L'accueil citoyen peut-il changer notre regard sur les migrants, avec Pierre Verbeeren, Adriana Costa Santos, Anouck Van Gestel  et Laure Naïmski (Studio Première)

    dimanche 17 février
    10h45 Julien Beziat, auteur jeunesse (Palais des imaginaires)
    14 heures Trois femmes puissantes,  avec Kim Thuy, Juliana Léveillé-Trudel et Victoire de Changy (Grand Place du livre)
    16 heures Le grec, c'est génial, avec Andrea Marcolongo (Place de l'Europe, lire ici)
    16 heures Grégoire Delacourt à propos de son nouveau roman (Grand Place du livre)
    18 heures Alex Vizorek lit Baudelaire (Théâtre des mots)

    et bien sûr tous ces livres et tous ces auteurs qui se découvrent au hasard des pérégrinations dans les allées.







    vendredi 11 janvier 2019

    Bastien Contraire et Loïc Gaume chez Candide



    Regardez le gif ci-dessus ou le carton ci-dessous. C'est vrai que le travail des auteurs-illustrateurs jeunesse Loïc Gaume et Bastien Contraire a un petit air de famille. Les deux artistes français, l'un installé à Bruxelles, l'autre pas, seront en tout cas présents ce vendredi 11 janvier à 18h30 à la librairie Candide (place Brugmann, 1-2 à 1050 Bruxelles) pour une rencontre qui vernira en quelque sorte l'exposition de leurs originaux (jusqu'au 1er février).




    Bastien Contraire s'est fait remarquer avec son premier album jeunesse "Les intrus" (Albin Michel Jeunesse, 2016, lire ici), destinés aux plus jeunes. Un album aussi beau que rigolo, réalisé en pochoirs, technique que l'artiste autodidacte a découverte quand il a fondé en 2008, avec Romina Pelagatti, la maison d'édition et le fanzine Papier Gâché. Depuis, il la travaille et la décline, jouant avec les formes et les couleurs. Il crée des ensembles où se cache chaque fois un intrus. Un travail à la fois plastique et plein d'humour.


    Les intrus. (c) Albin Michel Jeunesse.

    Bastien Contraire accompagne ce premier livre de trois déclinaisons tout-carton, "Les intrus Animaux" (Albin Michel Jeunesse, 2016), "Les intrus Véhicules" (Albin Michel Jeunesse, 2017) et "Les intrus Aliments" (Albin Michel Jeunesse, 2018). Très réussis, tous les trois. Les animaux en jaune et mauve, les véhicules en bleu moyen et fuchsia, les aliments en vert et rouge. Ce choix de couleurs posées sur le blanc crème des pages crée de jolies gammes que soutiennent les choix par formes faits pour chaque page.



    Dans chaque livre, ce sont douze devinettes qui sont proposées aux jeunes lecteurs (réponses en pages de garde arrière). C'est simple, joyeux et esthétique. Plein d'humour et parfois plus compliqué à trouver qu'on ne l'imagine. Car tout est dessiné, rien n'est écrit. L'idée de ces "intrus" multiples est excellente, aiguise le sens critique et réjouit l'œil. Il serait juste préférable que l'éditeur adapte la phrase d'ouverture, "Parmi ces choses se cache un intrus...", au sujet de l'album comme il l'a fait pour le troisième paru: "Parmi ces aliments se cache un intrus..." Pourquoi ne pas parler d'"animaux" et de "véhicules" dans les deux premiers?

    Quel intrus parmi ces animaux? (c) Albin Michel Jeunesse.

    Quel intrus parmi ces véhicules? (c) Albin Michel Jeunesse.

    Quel intrus parmi ces aliments? (c) Albin Michel Jeunesse.




    L'autre artiste exposé est Loïc Gaume qui a déboulé en littérature de jeunesse en 2016 avec un formidable petit format toilé de bleu et à la couverture imprimée en couleur or, "Contes au carré" (Editions Thierry Magnier, 88 pages), mention spéciale de la première œuvre aux BolognaRagazzi Awards la Foire de Bologne 2017 (lire ici). Soit trente-sept contes classiques transposés en séries de quatre cases illustrées. Une façon originale, audacieuse et percutante de résumer par le texte et l'image ces histoires bien connues.




    "Contes au carré". (c) Editions Thierry Magnier.

    Né en 1983 en France, Loïc Gaume vit à Bruxelles depuis ses études d'art à l'abbaye de La Cambre. Auteur-illustrateur jeunesse et graphiste, il a également créé  une micro-structure d’édition de bande dessinée contemporaine, Les Détails.


    Loïc Gaume vient de publier l'album "Catastrophes!" (Editions Thierry Magnier, 48 pages), une histoire aussi dingue que jubilatoire de catastrophes qui s'enchaînent au départ d'un simple petit accident de voiture. A côté de cela, la marquise de la chanson de Ray Ventura peut aller se rhabiller.

    De page en page et d'interjection en interjection, on suit les multiples tribulations que va vivre Monsieur, le conducteur de la voiture qui a fait une sortie de route et s'est retrouvée dans un sapin. Mais l'atout de cet album est que le beau papier mat de ses pages, illustré de dessins en noir, est découpé de multiples fenêtres rythmant encore davantage cette histoire endiablée, jusqu'à la chute apaisante. Ces fenêtres créent des aplats de très intéressants aplats de couleur.

    Accident, incendie, carambolage, gel, patinoire, jambe cassée, ours, loups, éclipse lunaire, marche nocturne, avion abandonné, tempête, brouillard, accident, tigre, baleine, raz-de-marée, montagne, avalanche, volcan, sirène, épidémie, tremblement de terre, voilà quelques-uns des éléments disparates que l'auteur-illustrateur assemble dans une histoire haletante dont l'engrenage semble irrémédiable. Un remarquable traitement graphique, épuré mais drôlement efficace, sert admirablement les épisodes qui semblent voués à empirer. Encore un très beau travail plastique doublé d'une grande complicité avec le lecteur.



    "Catastrophes!" (c) Editions Thierry Magnier.