Nombre total de pages vues

mardi 15 juillet 2014

LA 1 bonne idée: rencontrer M. Caboche

La plupart du temps, Pascal Lemaître illustre des textes qu'on lui propose, il est plus rarement auteur-illustrateur. Mais il le fait à sa façon, décoiffante. On s'en aperçoit encore dans les deux albums pour enfants qu'il vient de cosigner.

Le premier joue sur les expressions autour du mot tête, sans prise de tête. Quoique. Le texte n'est pas toujours aisé d'accès. C'est "Dans la tête de Monsieur Caboche" de Maureen Dor et Pascal Lemaître (Editions Clochette, 28 pages).
En réalité, d'autres expressions que celles annoncées sont utilisées dans cet album qui commence dans la mauvaise humeur et se termine bien mieux.

Monsieur Caboche s'est mal levé: pied gauche et tête des mauvais jours. Quand il se décide à sortir, c'est pour perdre la tête, au sens propre. Comment est-ce possible? Sa tête est si lourde! Elle est surtout ailleurs et son cœur était léger... De pied en tête, ou de tête en pied, l'album poursuit son chemin, imaginant même que Monsieur Caboche aie "trop tôt une bonne vieille tête". A moins qu'il n'attrape la "grosse tête"? A moins qu'il ne désire avoir une "mauvaise tête", ce qu'il commande illico? Le colis arrive, complété d'un cadeau de fidélité, une tête si légère qu'elle serait bien une "tête en l'air". Là-haut, bien entendu, sa tête se vide. Désormais, Monsieur Caboche sait comment faire quand il a la "tête en friche". Et même, il distille des conseils à ses lecteurs qui auraient comme lui la "tête pleine comme un œuf".

Les histoires de tête et de pied de M. Caboche. (c) Editions Clochette.

L'intention de Maureen Dor est louable, élargir le vocabulaire de ses lecteurs. Mais il faut bien dire que malgré tous les efforts de Pascal Lemaitre pour alléger le texte par des images pleines d'humour, de détails à picorer comme ce canard visiteur, d'histoires parallèles, l'album ne décolle pas vraiment. On bute souvent sur le vocabulaire. Sera-t-il un "livreami" comme le pense l'auteure-éditrice, c'est-à-dire le livre-référence d'un enfant? Pas sûr.


Le second album est tout-carton, mais avec des trous où passer les doigts, et s'adresse aux plus petits. C'est "Bonne ou mauvaise idée" de Ludovic Flamant et Pascal Lemaître (L'école des loisirs, Pastel, 24 pages).
Il se déroule selon le schéma classique de l'opposition entre bonnes et mauvaises idées. Le choix est plutôt réussi: lécher une glace ou lécher la vitre, frapper sur un djembé ou sur le chat, se balancer sur une balançoire ou sur une chaise...


Le mode d'emploi. (c) Pastel.
Les propos de Ludovic Flamant sont plaisants et leur rendu graphique par Pascal Lemaître plein d'imagination. Les trous découpés où le jeune lecteur peut passer le ou les doigts pour en faire une langue, ou des bras, ou des jambes, ou..., augmentent encore le plaisir de la découverte du texte.
Et cela commence en couverture, seule proposition non évaluée.

A chaque page, une idée se décline en bonne et mauvaise. (c) Pastel.

Vraiment, avoir Pascal Lemaître pour illustrateur est une bonne chose pour les auteurs. Mais que ce compliment ne le dispense pas de travailler en solo!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire