Nombre total de pages vues

samedi 15 octobre 2011

LM la bibliothèque idéale de Mazarine Pingeot


Mazarine Pingeot était de passage à Bruxelles, pour présenter son nouveau roman, "Pour mémoire" (Julliard). 
 

 Un livre dense où un petit garçon de 7 ans se charge de tous les malheurs de la Shoah. Comment vivre quand l'homme est capable de telles atrocités. Le petit se punit, se prive, veut éprouver la faim. Il grandit, de plus en plus intransigeant avec lui-même. C'est un beau roman sur la transmission de la mémoire et sur la manière de transmettre cette mémoire.







Le personnage principal a "La Nausée" comme livre de chevet.
Et Mazarine Pingeot, a-t-elle un livre de chevet?
Je n’ai pas vraiment de livre de chevet parce que j’ai du mal à relire tellement il y a des livres que je n’ai pas lus. J’ai toujours quelque chose de nouveau à lire. Je n’ai pas vraiment de livre de chevet sur lequel je reviens sans cesse mais j’ai une bibliothèque idéale. Des livres qui, pour moi, sont fondateurs. Les grands livres de l’adolescence, Dostoïevski, Stendhal... Aujourd’hui, dans les auteurs contemporains, il y a par exemple Aaron Appelfeld, sublime, que j’adore. Il y a un livre de Christa Wolf, que j’aime énormément, "Trame d’enfance". Il y  a "Le temps où nous chantions" de Richard Powers, un de mes plus grands livres des dix dernières années, qui est formidable. J’ai une bibliothèque idéale mais j’aime bien voir des classiques que je n’ai pas lus.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire