Nombre total de pages vues

mercredi 20 avril 2016

Traverser les murs et le temps avec Lionel

Il y a à Montreuil, juste à côté de l'espace où se déroule en fin d'année le salon du livre jeunesse, une friche industrielle où se dresse une vieille ossature métallique. Chaque année, je la regarde, si étrange, si seule dans cette rue animée. J'imagine qu'on avait la même impression en passant le long des restes de l'usine Stein, à Lys-les-Lannoy, près de Roubaix, l'ex-fleuron du lieu, avant leur rénovation en logements tout neufs.

La charpente métallique de Stein en 2012. (c) Editions Light Motiv.

Cette image de Montreuil m'est spontanément venue, mutatis mutandis, en lisant le magnifique récit photographique "La traversée des murs" que signent Eric Le Brun et Yves Morfouace pour les photos, Olivier de Solminihac pour le texte (Editions Light Motiv, 110 pages, distribution Pollen). Un beau grand format carré où les superbes photos disent un lieu et des gens. Leur fierté d'en être, leur détresse ensuite, ainsi que leurs combats. L'usine Stein a eu une longue histoire qui s'est arrêtée à sa fermeture en 2003. Plus personne n'avait besoin de ses soudures expertes, réputées dans le monde entier. Et l'amiante utilisée dans les locaux a été un autre argument pour tout arrêter. Le lieu est resté en friche longtemps, perdant peu à peu ses éléments et son identité au fil des ans. Allait-il disparaître? Non, il a été décidé de le convertir en logements. D'en faire un éco-quartier.

Statactites de glace sur un mur en 2010. (c) Editions Light Motiv.

C'est tout cela que raconte très délicatement Olivier de Solminihac en un texte découpé en plusieurs chapitres mais centré sur la personne fictionnelle de Lionel. L'écrivain se glisse dans la peau de ceux qui ont fait la gloire de la pépite industrielle, mais qui avaient aussi une vie à eux, ou au café Le Flint. Une histoire qui se terminera mal pour eux, malgré tous leurs combats. La mise à l'arrêt des "Stein" comme on les appelait n'est toutefois pas celle du lieu appelé à renaître autrement quelques années plus tard. L'ouvrage offre de traverser les murs et le temps et de découvrir l'endroit complètement réaménagé. Un nouveau château en remplacement de l'ancien?

Un soudeur (c) Editions Light Motiv
Photos et texte se complètent subtilement en ce prenant récit magnifiquement illustré. Quelle présence, quelle fierté! Les deux photographes ont suivi les cinq années de la renaissance, de 2009 à 2014. L'auteur a fait œuvre de témoin et de romancier. Après avoir découvert les photographies, il s'est rendu sur place et a rencontré d'anciens salariés. Une démarche qui lui a permis de raconter l’histoire des "Stein", entre fiction et réalité.

"La traversée des murs" est bien plus qu'un simple beau livre. C'est un hommage et un encouragement au travail des hommes d'hier et d'aujourd'hui, pile dans la ligne du film "Demain". Même si on ne connaît pas le lieu, on vit à travers les "Stein", reconnus ici dans leur dignité d'humains.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire