Nombre total de pages vues

jeudi 27 octobre 2016

Le Grand Prix du roman de l'Académie française va à Adélaïde de Clermont-Tonnerre



Adélaïde de Clermont-Tonnerre. 
Ce jeudi 27 octobre, le dernier du mois d'octobre, peu après 16h30, l'Académie française a annoncé le nom de son lauréat pour le Grand Prix du Roman 2016 (10.000 euros), créé en 1914.
De sa lauréate plutôt puisqu'elle a couronné Adélaïde de Clermont-Tonnerre pour son deuxième roman "Le dernier des nôtres" (Grasset, 496 pages). La romancière a été élue au premier tour de scrutin par onze voix contre cinq voix à Benoît Duteurtre et trois voix à Sylvain Prudhomme. A tout juste quarante ans, la directrice du magazine "Point de vue" a été considérée par l'Académie comme la meilleure auteure de l'année.

Pour rappel, sa dernière sélection, établie le jeudi 13 octobre, avait retenu ces trois titres:

  • "Le dernier des nôtres", d'Adélaïde de Clermont-Tonnerre (Grasset)
  • "Livre pour adultes", de Benoît Duterutre (Gallimard)
  • "Légende", de Sylvain Prudhomme (Gallimard/L'Arbalète)


Sous-titré "une histoire d'amour interdite au temps où tout était permis", "Le dernier des nôtres" est un gros pavé de 500 pages, 496 exactement, qui se dévore tant le suspense y est bien mené. On y passe de l'Allemagne en 1945 aux Etats-Unis dans les années 70. On y croise des personnages connus, dont Werner von Braun (les V2 et le programme spatial américain, c'est lui). On y croise surtout des personnages de fiction, miroirs de leur époque tourmentée. Dont un, père incertain d'un enfant qui veut connaître ses véritables origines.

Pour lire le début du roman primé, c'est ici.


Peu de femmes remportent le Grand Prix du roman de l'Académie française. Il faut en effet remonter à 2005 pour rencontrer la lauréate précédente, Henriette Jelinek. Entre cette dernière et Adélaïde de Clermont-Tonnerre, on croise Hédi Kaddour et Boualem Sansal en doublé, Adrien Bosc, Christophe Ono-dit-Biot, Joël Dicker, Sorj Chalandon, Eric Faye, Pierre Michon, Marc Bressant, Vassilis Alexakis et Jonathan Littell.

Elles étaient plus présentes précédemment: Marie Ferranti en 2002, Amélie Nothomb en 1999, Anne Wiazemsky en 1998, Calixthe Beyala en 1996, Paule Constant en 1990, Geneviève Dormann en 1989, Frédérique Hébrard en 1987... Mais bien plus rares avant. A noter quand même que la quatrième attribution du prix, en 1918, couronna déjà une femme, Camille Mayran.

Il est intéressant de consulter la liste entière (ici) et de voir les auteurs et les titres retenus.




.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire