Nombre total de pages vues

lundi 7 janvier 2019

La triste nouvelle du décès d'Hubertine Leemans

Hubertine Leemans dans les années 1990.

Tout qui a approché la littérature de jeunesse à Bruxelles ou en Belgique en général, et à Ganshoren en particulier, au cours des soixante années écoulées, a forcément rencontré une fois ou de nombreuses fois Hubertine Leemans dont je viens d'apprendre le décès à un âge bien avancé. Une bibliothécaire extraordinaire, au verbe fort et au grand cœur, débordante d'idées et d'énergie. Elle avait créé dans sa commune en 1955, du haut de ses vingt-six ans, la Bibliothèque Spéciale pour la jeunesse, modèle inédit de bibliothèque de jeunesse entièrement gérée par ses lecteurs, aujourd'hui disparue. La bibliothèque se trouvait au 43, rue Louis Delhove, à Ganshoren.
Hubertine Leemans avait aussi enseigné la littérature de jeunesse à de nombreux élèves bibliothécaires et avait participé à l'aventure de l'IBBY Belgique.

La Bibliothèque Spéciale pour la jeunesse.


Ci-dessous l'hommage que lui rend Magali Noirfalise, qui a été une de ses adjointes.

HOMMAGE à HUBERTINE LEEMANS ("Chouette")
"C'est au début des années septante que que j'ai poussé la porte de la bibliothèque spéciale pour la jeunesse de Ganshoren pour la première fois. Impressionnée par le lieu et ses deux principales responsables, Hubertine, "Chouette" de son nom de cheftaine et Denise, sa belle-sœur, il m'est vite apparu que plusieurs  adolescents les secondaient dans leurs tâches, le conseil des jeunes. En quelques semaines, je suis devenue l'une de leurs lectrices les plus assidues pour finir par être, aux alentours de douze ans, admise dans ce fameux conseil... 
L'idée de cette première bibliothèque de Belgique entièrement dédiée à la jeunesse avait surgi dans la tête d'Hubertine, alors cheftaine des lutins (fillettes de 6 à 11 ans) qu'elle animait le dimanche. Armée de son inébranlable enthousiasme et de sa détermination, elle avait réussi en 1955 à trouver un local (en sous-sol, une cave), à dégoter un minimum de matériel et quelques francs pour faire l'acquisition des premiers livres. Au fil des années, les subsides provinciaux et communaux permirent à l'entreprise de se poursuivre avec toujours au cœur le souhait de proposer aux jeunes lecteurs des livres de qualité, romans ou livres documentaires. Le classement même de ces documentaires était similaire à celui de toute bibliothèque qui se respecte, respectant la classification décimale universelle, ce qui permettait de se familiariser dés l'enfance avec ce système largement répandu.
Le succès de cette première bibliothèque est allé grandissant et l'idée de mettre en place un conseil de jeunes a rapidement suivi. Il s'agissait pour la dizaine de jeunes d'accueillir, de conseiller, d'inscrire les lecteurs, mais aussi de gérer les prêts, d'organiser et de proposer des animations en tous genres. Il fallait également participer au rangement des livres et des lieux. Je me souviens avec amusement de la tête effarée de mes parents découvrant une missive de Chouette me demandant de veiller à bien "faire le trottoir" avec la prochaine séance.
Des fêtes étaient organisées chaque année et amenaient un déploiement de moyens très supérieur à la modestie du lieu. Je pense à cet immense parachute tendu au plafond pour recréer l'ambiance d'une tente berbère ou aux nombreux déguisements arborés par toute l'équipe...
La bibliothèque était aussi un lieu d'ouverture sur le monde et son fonctionnement. Hubertine veillait, grâce à son réseau étendu, à inviter des personnes susceptibles de communiquer aux jeunes lecteurs leurs passions. Qu'ils soient journalistes, comédiens ou responsable de la communication chez les pompiers (Monsieur Boileau, ça ne s'invente pas), ils débarquaient, toujours attendus avec impatience par leur auditoire.   
En coulisse, Hubertine veillait en permanence au bon fonctionnement de cette petite entreprise, stocks en tous genres pour palier n'importe quel besoin, pailles, cartons outils, tout était prévu.
Les fêtes qu'elle organisait pour remercier son équipe étaient légendaires. Elle achetait tout au long de l'année moult petits objets qu'elle distribuait ces soirs-là par le biais de jeux de culture générale ou de vocabulaire.
Elle a tenu cet endroit merveilleux durant plus d'une cinquantaine d'années, ne perdant jamais l'espoir de le faire durer plus encore. Les jeunes de son conseil sont partis tour à tour pour entamer des études supérieures, mais à chaque fois, d'autres arrivaient. La mise en place de visites de  classes des écoles voisines l'a amenée à faire appel à d'autres adultes pour les accueillir.
En marge de cette passionnante activité, Hubertine occupa  durant plus d'une quarantaine d'années un poste de secrétaire à la questure du Sénat et d'enseignante spécialisée pour la jeunesse auprès des futurs bibliothécaires...
Elle fut membre et secrétaire du Conseil pour la lecture jeunesse et occupa encore divers postes toujours avec perfectionnisme et implication.
Elle organisa durant de très longues années plusieurs tournantes de livres qu'elle se faisait un devoir de lire avant de les proposer aux lecteurs. Elle lisait et faisait la critique de près de 200 romans chaque année pour n'en sélectionner qu'une septantaine. 
Elle prenait le soin d'envoyer à tout son entourage des cartes à chaque anniversaire.
Elle nous a quittés ce 24 décembre suite à une brève hospitalisation pour problèmes cardiaques.
Elle me disait au téléphone il y a une quinzaine de jours qu'elle n'allait pas bien, que c'était une mauvaise journée, mais qu'elle irait bientôt en revalidation et qu'elle avait déjà choisi ses livres pour la tournante 2019.
Elle avait fait le choix de donner son corps à la science, ce qui fait qu'aucune cérémonie n'a encore eu lieu. Je tenais à lui rendre cet hommage et à la remercier d'avoir offert à tant de jeunes cette ouverture sur le monde et pour tout ce qu'elle a fait autour d’elle."

Magali Noirfalise 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire