Nombre total de pages vues

jeudi 30 janvier 2014

L5 cline devant François Cavanna

François Cavanna. (c) Baltel/SIPA.

De François Cavanna, on retiendra les moustaches gauloises, la grande gueule, le cœur tendre et l'humour féroce.

Dessinateur, écrivain, fondateur de "Hara-Kiri" en 1960 puis de "Charlie Hebdo" en 1969, le Rital est mort hier soir, mercredi 29 janvier. Il aurait eu 91 ans le mois prochain - il était né le 22 février 1923 à Nogent-sur-Marne - et souffrait depuis quelques années de la maladie de Parkinson, qu'il qualifia de "salope immonde".


Entre toutes les activités  de l'éternel rebelle, du résistant absolu, il y avait celle de traducteur, et notamment pour la jeunesse.
C'est en effet, et on l'a souvent oublié,  Cavanna qui a traduit et adapté de l'allemand ces deux petits bijoux de la littérature du XIXe siècle que sont "Crasse-Tignasse" (texte et illustrations de Heinrich Hoffmann, L'école des loisirs, Lutin poche) et "Max et Moritz" (texte et illustrations de Wilhelm Busch, L'école des loisirs, Mouche). Deux titres qui reprennent les illustrations originales des auteurs.

Avec sa terrible crinière et ses ongles jamais coupés figurant en couverture, "Crasse-Tignasse" est paru dans sa version française, adaptée par Cavanna, en 1979. Extrait: "As-tu vu comme il est laid? On dirait un vieux balai! Longue et sale est sa tignasse! C'est bien lui: Crasse-Tignasse! Jamais, jamais il ne veut qu'on lui coupe les cheveux!..."
C'est en 1845 qu'est publié en Allemagne "Der Struwwelpeter", parfois traduit en "Pierre l'ébouriffé". Il deviendra un classique du livre d'images et sera traduit un peu partout dans le monde. Son auteur, le Docteur Heinrich Hoffmann, était déçu par les livres qu'il trouvait dans les librairies. Il se mit à son bureau et écrivit, en rimes, des histoires cocasses et cruelles, pour son enfant de trois ans! Déjà!
Aujourd'hui, son livre réjouit toujours autant les jeunes lecteurs, séduits par ce festival de cruauté, de désobéissance et de bêtises.

"Max et Moritz" avait été adapté en français par Cavanna l'année précédente, en 1978! Le texte original est quasi contemporain du précédent. Max et Moritz sont en effet nés en Allemagne en 1865. Ces deux hors-la-loi en culotte courte sont devenus des héros nationaux chez eux, avant d’enchanter l’Europe entière. Des milliers de lecteurs se sont régalés de leurs exploits. Leur père, Wilhelm Busch, considéré comme l’un des précurseurs de la bande dessinée moderne, peut être fier de leur mauvaise réputation.
Car ses héros sont deux fameux garnements, et c'est même pour cela qu'on les aime... Toujours prêts à faire des bêtises plus cruelles les unes que les autres, ils font le tour du village pour faire les quatre cents coups. Sept de leurs exploits sont réunis dans l'ouvrage illustré: explosions, galipettes, vol de gâteaux, sabotages en tout genre, attaques de hannetons... Pas étonnant que ce texte insolent où les adultes en prennent souvent pour leur grade soit devenu un classique.

Au fond, ces deux Allemands du XIXe siècle avaient déjà tout bon quand ils s'adressaient aux enfants. Et Cavanna a su respecter leur esprit et leurs intentions dans ses excellentes traductions.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire