Nombre total de pages vues

mercredi 29 octobre 2014

Vacançons et croisons donc les expositions

Les contes sont-ils réservés aux enfants? Non, non, non.
L'évolution des techniques de gravure aux adultes? Non, non, non.

Franck Bordas dans son studio. (c) Ianna Andréadis.
Alors allons d'abord  tous ensemble, grands et petits, au Centre de la Gravure et de l'Image imprimée à La Louvière voir la formidable exposition "De la pierre à l'écran, un parcours imprimé, Studio Franck Bordas, Paris".

"Paris", parce que c'est là qu'est installé l'artiste, n'est-ce pas, Mme Joëlle Milquet, nouvelle ministre de la Culture, et pas parce que l'expo y sera transportée après son séjour à La Louvière.

L'exposition s'y tient du mardi au dimanche de 10 à 18 h, jusqu'au 11 janvier 2015. Sur deux niveaux, le troisième accueillant le 23e prix de la gravure remporté pour la première fois depuis sa création en 1989 par deux artistes, Frederik Langhendries et Annabelle Milon. Des visites guidées sont prévues chaque premier dimanche du mois, des visites de groupes et scolaires, des activités en famille sont également possibles. Renseignements sur le site.

Mais revenons à Franck Bordas et à son exposition. Il est en quelque sorte le maillon entre l'artiste et son œuvre imprimée telle que le public la voit. Une étape aussi discrète qu'indispensable dont on prend conscience dans cette exposition multiforme qui montre également l'évolution de la technique.

Pierre Alechinsky et Jean Dubuffet. (c) Gustaaf  Vander Biest.

Installation de Paul Cox.
On connaît mille fois mieux le nom des artistes que celui du graveur, aussi doué soit-il. L'expo louviéroise propose ainsi les travaux d'une belle brochette, Gilles Aillaud, Pierre Alechinsky, Ianna Andréadis, Eduardo Arroyo, Philippe Baudelocque, Valérie Belin, Jean-Charles Blais, François Boisrond, Hervé Bordas, Philip Brooker, James Brown, Pierre Buraglio, Tom Carr, Robert Combas, Paul Cox, Kees De Goede, Nicola De Maria, France de Ranchin, Hervé Di Rosa, Mark Di Suvero, Jean Dubuffet, Gérard Garouste, Philippe Gronon, Keith Haring, Pippo Lionni, Pierre Mabille, Tim Maguire, Roberto Matta , Naija Mehadji, Joan Mitchell, Moebius, Martin Parr, Ernest Pignon-Ernest, Daniel Pommereulle, Georges Rousse, Antoni Tàpies, Dirk Vander Eecken, pour les citer tous, tous imprimés par le studio Bordas.


Il y a de quoi s'en mettre plein les yeux tant les inspirations et les styles sont variés. On y découvre aussi comment Franck Bordas, imprimeur et éditeur d'art installé à Paris depuis plus de 35 ans, a su bien prendre le virage du numérique. De Jean Dubuffet et ses "Exercices lithographiques" aux "digiprints" de Mark di Suvero, c’est toute l’aventure imprimée d’un atelier qui s’expose aux cimaises et dans les vitrines. Car chez Franck Bordas et son épouse Ianna Andréadis, photographe et artiste elle-même, on grave même en vacances, même en voyage.

La presse Voirin.
Petit-fils de lithographe, Franck Bordas a assez naturellement ouvert son propre atelier de lithographie à Paris en septembre 1978. Il a 19 ans mais, grâce à son grand-père, connaît déjà tout. Pas étonnant que des artistes comme Pierre Alechinsky ou Jean Dubuffet lui passent déjà commande. Les presses sont alors grandes si pas gigantesques comme la presse Voirin, restaurée en 1985, qui permet les grands formats. A la fin des années 1990, les impressions à jet d'encre ne laissent pas indifférent cet aventurier de la gravure. Les années 2000 voient l'imprimeur s'intéresser encore davantage aux nouvelles techniques et à l'impression numérique. Il en découvre et en explore les multiples possibilités, poussant toujours plus loin ses défis. Un nouveau déménagement de l'atelier s'impose en 2005, afin de se spécialiser dans le tirage numérique.

L'évolution du métier, telle que l'a voulue Franck Bordas, s'illustre magnifiquement grâce aux nombreuses ouvres présentées au Centre de la Gravure de La Louvière. On la retrouve aussi, de manière plus approfondie mais très accessible car illustrée d'innombrables photos plus belles et étonnantes les unes que les autres dans le livre "Franck Bordas, un parcours imprimé" (Centre de la Gravure et de l'Image imprimée, 144 pages, 14 euros), un catalogue qui accompagne et prolonge l'exposition. L'ouvrage a été conçu par Ianna Andréadis, toute heureuse de connaître son artiste de mari depuis plus de trente ans et de pouvoir ainsi proposer les photos qu'elle a de lui.



Quelques doubles pages...
... du catalogue accompagnant l'expo.

**
*


L'affiche de l'exposition, due à Françoise Rogier.

Allons ensuite au Centre d'art du Rouge-Cloître, dans la forêt de Soignes, visiter l'exposition "Il était une fois". Soit le conte traditionnel vu par dix illustrateurs jeunesse. J'ai nommé Sybille Delacroix, Sabine de Greef, Dominique Descamps, Myriam Deru, Quentin Gréban, Benoît Jacques, Mario Ramos, Rascal, Françoise Rogier et Catherine Wilkin.
Elle s'y tient jusqu'au 16 novembre, du mercredi au dimanche, de 14 à 17 heures, sur deux niveaux.

On y découvre les interprétations classiques ou davantage personnelles, avec ou sans textes,  des contes traditionnels célèbres comme Le petit Chaperon rouge, inspirateur principal, mais aussi Blanche-Neige, Peau d'âne, La Belle au bois dormant, Hansel et Gretel, Le Chat Botté,  Les trois petits Cochons... Différentes techniques aussi, carte à gratter chez l'une, aquarelles,acryliques, tissus, encres de Chine, collages, gravure, linogravure...

De quoi échanger sur les interprétations des contes, avant de plonger dans les livres dont les illustrations sont extraites.

Trois Petits Chaperons rouges, suivis d'autres silhouettes faciles à  reconnaître..

Mario Ramos.
Benoît Jacques.
Rascal.





Dominique Descamps.
Catherine Wilkin.
Sybille Delacroix.


Des ateliers famille sont prévus les trois prochains dimanches. Renseignements ici.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire