Nombre total de pages vues

lundi 8 avril 2019

Foire du livre pour enfants de Bologne, le retour


Habituée de la Foire du livre pour enfants de Bologne, la Fiera del Libro per Ragazzi di Bologna comme on disait avant - vingt-et-une visites entre 1985 et 2007, j'y suis retournée pour de vrai cette année et j'en reviens enchantée. Même si je n'ai pas croisé toutes les personnes dont je savais qu'elles étaient là.

Rappel:
Palmarès des Bologna Ragazzi Awards 2019 ici.
Artistes choisis à l'Exposition des illustrateurs 2019 ici.


Vagabondage en images

Des affiches de la Foire partout dans la ville,
avec une identité visuelle signée cette année Masha Titova.

Je craignais le pire après ces douze ans d'absence sur place, c'est-à-dire une poussée phénoménale du mass-market. Hé bien non, ce n'est pas pire qu'avant. Il y en a toujours beaucoup beaucoup dans les allées de ce qui s'appelle désormais la Bologna Children's Book Fair (BCBF). Mais pas plus qu'auparavant. La principale différence est que ces livres en série et sans valeur culturelle, destinés aux supermarchés principalement, sont aujourd'hui réalisés à l'ordinateur. Entre ce qui flashe ici, les paillettes et le rose appuyé là, on trouve toujours des centaines de livres appréciables à aimer. Qu'ils soient de facture classique ou innovants. Tous ces titres et principalement les nouveautés cherchent acheteur étranger puisque la BCBF est une foire de droits, comme l'est la Buchmesse de Francfort en octobre qui, elle, couvre toute l'édition alors que Bologne se limite à la jeunesse. Plus de 1.400 exposants en provenance de 80 pays se retrouvent chaque printemps en Italie.

Des mètres et des mètres de murs dédiés aux illustrateurs.

Particularité notable de cette 56e édition (01-04/04/19) à laquelle ont pris part 29.000 personnes en quatre jours, et récente selon plusieurs avis, le nombre d'illustrateurs qui sillonnent les allées, leurs cartons à dessin sous le bras, a explosé. Ils sont partout, affichant leur travail aux panneaux, dessinant sur les murs, attendant en queue les éditeurs, participant aux diverses rencontres initiées par la Foire, au Café des Illustrateurs ou ailleurs.


Cambridge School of Art.

Autre nouveauté, de nombreuses écoles d'art d'Italie ou même de Grande-Bretagne ont un stand à la BCBF, suscitant des attroupements de jeunes artistes ou d'étudiants dans les allées.


Bart après Kitty


Bart Moeyaert explose de joie à l'annonce de son prix. (c) Susanne Kronholm.

Année impaire oblige, seul le prix Astrid Lindgren est décerné à la Foire. Et il va en cette année 2019 au Belge Bart Moeyaert. L'écrivain flamand vivant aujourd'hui à Anvers succède à l'Américaine Jacqueline Woodson (lire ici). Explosion de joie quand, présent à la Foire de Bologne, il a été proclamé en direct depuis Stockholm où se trouvaient huit des douze jurés alors que les quatre derniers étaient assis au Café des illustrateurs, en pleine foire. Explosion de joie d'autant plus grande qu'il est le deuxième Belge à être primé dans une compétition sévère. Kitty Crowther avait décroché le prix Astrid Lindgren en 2010. Il y avait 246 candidats présélectionnés en cette dix-neuvième édition du prix (lire ici). Si la nouvelle a réjoui tous les Belges sur place, francophones comme néerlandophones, elle semble avoir un peu attristé le monde de l'édition française.

Bart Moeyaert recevra officiellement son Astrid Lindgren Memorial Award (ALMA) des mains de S.A.R. la Princesse héritière Victoria de Suède, lors d'une cérémonie organisée à la Maison des concerts de Stockholm le lundi 27 mai 2019. Juste avant son anniversaire. Il est en effet né le 9 juin 1964 à Bruges, septième enfant d'une famille de sept garçons.

Je reviendrai ultérieurement en détail sur son œuvre, importante. Plus de cinquante livres publiés, pébliscités, honorés, principalement des romans pour ados mais aussi des romans pour enfants et de la poésie.

Les lauréats ALMA précédents

2018 Jacqueline Woodson (lire ici)
2017 Wolf Erlbruch (lire ici)
2016 Meg Rosoff (lire ici)
2015 Praesa (lire ici)
2014 Barbro Lindgren (lire ici)
2013 Isol
2012 Guus Kuijer (lire ici)
2011 Shaun Tan
2010 Kitty Crowther
2009 Tamer Institute
2008 Sonya Hartnett
2007 Banco del Libro
2006 Katherine Paterson
2005 Philip Pullman et Ryôji Arai
2004 Lydia Bojunga
2003 Maurice Sendak et Christine Nöstlinger

Ce n'est pas pour rien que le Astrid Lindgren Memorial Award est aujourd'hui considéré comme l'équivalent jeunesse du prix Nobel de littérature, détrônant les prix Andersen de l'IBBY de cette appellation. Avec sa dotation de 5 millions de couronnes suédoises (480.000 €), il est le prix en littérature de jeunesse le plus important au monde.

Au fil des allées


Une petite partie d'un des espaces coréens.

"Lire pour réver", un  programme chinois.

Le plus impressionnant est la taille des espaces des éditeurs coréens et chinois. Ensemble, ils occupent grosso modo l'espace d'un des six pavillons dédiés à la Foire, même s'ils ne sont pas toujours localisés les uns près des autres. Et on y trouve de tout, du meilleur comme du pire.


Une affiche chinoise avec les héros européens.


L'éditrice Agnès Gyr-Ukunda et l'auteure-illustratrice Marie Wabbes.

Agnès Gyr-Ukunda est la créatrice des éditions rwandaises Bakame (ce qui veut dire "lièvre malin" en kinyarwanda) qui fêteront leurs vingt-cinq ans l'an prochain. Créees pour aider par la culture le Rwanda dévasté par la guerre, elles ont l'excellente idée, pas assez répandue, de publier des auteurs et des illustrateurs rwandais avec des histoires qui viennent de chez eux. En résumé, une maison d'édition faite par des Rwandais et pour les Rwandais. Par exemple, ces délicieux imagiers petit format qui montrent en plusieurs langues les fruits et les légumes locaux ainsi que les plantes dont ils proviennent, remarquablement illustrés par des peintures sur toile avec un intéressant relief dû à l'usage de sable.














Au début, il s'agissait de mettre par écrit la littérature orale traditionnelle. Depuis, en quasiment un quart de siècle, l'offre s'est diversifiée, albums et romans de fiction, documentaires, livres pratiques, livres scolaires... Elle est loin l'année 1995 où Bakame  publia quatre titres, en petit format et en noir et blanc. Depuis plusieurs années, la maison édite quinze titres en quadrichromie par an. En kinyarwanda, en anglais, en français et en kiswahili.

Un travail qui a été reconnu dans le monde entier. Une mention d'honneur pour les éditions Bakame par la Biennale des Illustrations de Bratislava en 2001. Le Prix BolognaRagazzi Nouveaux Horizons pour le livre "Ubucuti bw'imbeba n'inzovu" en 2005. Le prix IBBY-Asahi pour la promotion de la lecture en 2008. Le prix BOP à Bologne du meilleur éditeur pour la jeunesse de l'année en Afrique en 2013.



De formidables kamishibais italiens avec de toutes aussi formidables histoires.


La Belge Kristien Aertssen dévoile la maquette de son nouvel album,
un livre à rabats particulièrement joyeux. 


Eternel, Leo Lionni, classique adoré, ici en italien.


Hommage à Gianni Rodari, né le 23 ocotbre 1920 à Omegna.


L'univers d'Astrid Lindgren, en 2D et en 3D.


Cela discute ferme chez Creative Company où publie Etienne Delessert.


L'auteur-illustrateur italien Roberto Innocenti
en visite chez son éditeur américain.


Toujours discrète et active,
la plasticienne tchèque Kveta Pacovska.


Une librairie propose les titres primés et une sélection de livres en diverses langues,
ce qui évite aux visiteurs de devoir les voler.


Comment dit-on "lire" en...?


Un remarquable colloque sur le lien entre la lecture des enfants et le plurilinguisme, plein d'idées innovantes dans le contexte de la mondialisation, organisé par Ibby Europe. J'y reviendrai.


L'édition se doit d'être aussi nourricière.


Les expos

In situ

L'expo des illustrateurs.

L'expo des illustrateurs.
La célèbre Exposition des illustrateurs se visite le nez baissé vers les vitrines présentant à l'horizontale les œuvres des 76 artistes sélectionnés, et non accrochées aux cimaises. C'est un peu bizarre mais ce qui est encore plus bizarre, c'est ce qui nous est montré. A peine cinq recherches artistiques vraiment intéressantes sur l'ensemble.




Une lettre par artiste suisse.

La Suisse est invitée d'honneur 2019 et a emporté avec elle une exposition sous forme d'abécédaire assez malicieux. Vingt-six lettres pour vingt-six auteurs et/ou illustrateurs, connus ou débutants, vingt-six lettres pour vingt-six mots représentatifs de la Suisse, dans les quatre langues du pays et en anglais, vingt-six lettres pour les vingt-six cantons suisses.

Sur les panneaux dressés, un mot illustré d'un côté, la bio-bibliographie de l'artiste de l'autre. Un regret cependant, aucun original n'y est exposé.



"Shanghai Impressions".

"Shanghai Impressions".

"Shanghai Impressions".


A l'autre bout de la BCBF se tient la plus belle des expositions, présentant les œuvres de trois dessinateurs espagnols, "Shanghai Impressions", premier projet de la China Shanghai International Children 's Book Fair, qui est partenaire de la Foire de Bologne depuis quelques années. Elle présente les travaux de trois artistes espagnols, Joan Negrescolor, Miguel Pang Ly et Adolfo Serra, qui ont été durant dix jours en résidence à Shanghai, dans le but de se promener dans la ville, de se perdre dans les rues, à la recherche de l'humanité de cette métropole de 25 millions d'habitants. Aux murs et dans des vitrines sont montrées quarante magnifiques illustrations, réalisées sur différents supports dont des leporellos et avec différentes techniques.




In città




"Les Maîtres de l'Imaginaire" sont à Bologne jusqu'à la fin avril.


Présentée à Strasbourg (lire ici) puis à Paris (lire ici), l'exposition Les Maîtres de l'imaginaire a pris ses quartiers dans le Palazzo D'Accurso, en plein centre de la ville de Bologne. Augmentée de vingt-cinq œuvres depuis sa version parisienne. Ce sont aujourd'hui les originaux de trente-cinq illustrateurs jeunesse majeurs qui sont présentés aux visiteurs, grâce au soutien et à l'énergie d'Etienne Delessert. On la retrouverait en Chine l'an prochain que ce ne serait pas étonnant.





Arrivederci





Aucun commentaire:

Publier un commentaire