Nombre total de pages vues

vendredi 16 novembre 2012

LA testé la Foire de Brive (4 et fin)

Quelle vie que faire la Foire du livre de Brive!
Ce matin, les énergies louchent vers le régime "batterie faible".
Une autre journée comme hier? Impossible.
Dehors, une place très ensoleillée fait à nouveau regretter les pulls placés dans la valise.
Les signes de pluie de vendredi et samedi ont disparu. Au contraire, tout brille.
Le public se presse encore et toujours dans la Halle aux livres. Un peu moins nombreux que la veille néanmoins.
C'est dimanche, dernier jour des vacances scolaires, et 11 novembre. Redoutable tiercé.

Journal de Foire


Dimanche 11 novembre
10 h 30
Impossible de pénétrer dans la halle principale. Y a un  énorme bouchon. Ben oui, Harlan Coben signe à nouveau.
Plus loin, c'est moins la cohue. Et cela défile devant les auteurs. Et cela s'arrête pour commenter, discuter, acheter. En gros, on prend les mêmes écrivains que les deux jours précédents et on y ajoute ceux qui sont arrivés entre-temps.
Surtout, tous ceux qui se croisent discutent de la soirée. Du Cardinal donc. S'échangent les noms des danseurs les plus improbables, vus se trémousser sur la piste. Jean-Michel Guenassia décroche les suffrages pour la soirée de vendredi, Bernard Pivot pour celle de samedi.

Aux stands,
on vend toujours et on signe.

Aurélien Bellanger ici, 
Nicolas d'Estienne d'Orves là.



16 h
C'est l'heure du bilan officiel et triomphant.
En résumé:
- plus de 80.000 visiteurs.
- 650.000 euros de chiffre d'affaires.
- 40.000 bouquins vendus.

En tête des ventes:
Christian Signol, toujours lui: 1.300 livres
Harlan Coben, venu à Brive pour la première fois: 1.200 livres
Amélie Nothomb, habituée des records: 600 livres
Annie Duperey, passée en voisine: 400 livres
Valérie Trierweiler, la star: 400 livres (les mauvaise langues disent qu'elle ne vend qu'à Brive)
Patrick Deville: 300 livres (en trois jours)
Joël Dicker: 200 livres (en deux heures)


18 h

L’Orient-Express ramène les Parisiens chez eux, les nourrissant une dernière fois au passage: potage au potiron, omelette aux cèpes, Tarte Tatin. Et la fameuse vieille prune pour terminer.

Ensuite, ce sera le retour à la maison et l'épreuve de la balance.
Même pas peur. D'ailleurs, rien n'a changé, me dit l'aimable machine à peser.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire