Nombre total de pages vues

mercredi 7 novembre 2012

LE tait ravie que son chouchou aie le Goncourt

Que Jérôme Ferrari obtienne le prix Goncourt pour "Le sermon sur la chute de Rome" (Actes Sud), je le souhaitais depuis que j'avais lu ce magnifique roman durant les dernières grandes vacances d'été. 
Il avait tout pour me plaire, ce sixième roman du plus Corse des Parisiens, construction fine, mélange habile du passé et du présent, écriture magnifique. Et cette noirceur qui, comme Saint Augustin auteur du sermon du titre, rappelle la vanité des illusions humaines et leur durée limitée.


C'était chose faite dès ce mercredi 7 novembre avec l'annonce faite chez Drouant par Didier Decoin à 12h45.



L'arrivée chez Drouant.  © Laurence Houot/ Culturebox.
L'entrée dans la pièce où siègent les jurés. © EPA.














Le contact avec la réalité. © EPA.
Tout allait donc bien. J'avais quelques papiers à écrire mais mes proches allaient être libérés de mon espoir.

Quelques jurés. © Christophe Morin / IP3




Quand tout d'un coup, un tweet du "Huffington Post":

Bernard Pivot a tweeté en direct les délibérations du Goncourt
Captures d'écran à l'appui, avec la date (mais pas l'heure, on verra ensuite pour quelle raison)
Bigre! 
Et pourquoi surtout?

Il suffisait de vérifier et on constatait que Bernard Pivot n'avait pas twitté pendant les délibérations mais bien plusieurs heures avant ces dernières. En plus, il nous donnait à sa plaisante manière un mode d'emploi condensé de l'attribution du prix.



A 12h45, chez Drouant, Didier Decoin annoncera le nom du vainqueur du Goncourt 2012. Ce sera mon huitième lauréat.


Nous votons oralement. Les derniers à s'exprimer ayant un avantage, à chaque tout de scrutin un tirage au sort détermine l'ordre de passage. 

Les noms des académiciens sont inscrits sur des papiers placés dans un seau à champagne. La main du plus jeune, Ph. Claudel, sera requise. 

Pendant tout le vote, eau ou café. Le champagne, c'est après, même pour les jurés qui ont perdu... 

Quand la décision est rapide, parfois acquise avant midi, c'est dur, coupé du monde, d'attendre l'heure de l'annonce avec un si lourd secret

Depuis, une rectification figure sur la page du "Huffington Post":  
Bernard Pivot s'est exprimé sur Twitter pour décrire rapidement le rôle de juré du Goncourt et non pas comme nous l'avions noté au préalable, "tweeter les délibérations".


Aucun commentaire:

Publier un commentaire