Nombre total de pages vues

vendredi 27 janvier 2017

Sueurs froides: "Chaleur" de Joseph Incardona

Pour se réchauffer de ces températures hivernales, pour s'échapper des scandales politico-financiers qui défigurent le monde, j'ai ce qu'il faut: "Chaleur", le décapant nouveau roman du Suisse Joseph Incardona (Finitude, 162 pages) qui en jette avec sa belle couverture rouge au picto de thermomètre.
On plonge avec ravissement dans ce roman noir qui se déroule lors de championnats du monde d'une discipline dont la plupart des lecteurs ignoraient sans doute l'existence, ceux de sauna!

Pourtant, la compétition existe. Ou plutôt existait jusqu'en août 2010 à Heinola (Finlande) lorsqu'un fait divers tragique entraîna sa suppression. Cette histoire vraie a servi de point de départ à l'auteur à la bibliographie impressionnante pour ce chaud-froid fort bien mené. Il s'en est inspiré mais aussitôt éloigné pour nous concocter un roman palpitant, grinçant, sombre mais empreint d'humanité. Comment une quête d'absolu peut toucher en même temps au tragique et à la grâce.

Les championnats du monde de sauna donc. Des cent deux candidats inscrits aux qualifications, quatre-vingt neuf prendront part au premier tour et cinquante-trois au second. Le nombre va encore fondre en demi-finales et en finale. La finale! Combien de temps un être humain peut-il survivre dans un sauna chauffé à 110° où un demi litre d'eau est versé sur le poêle toutes les trente secondes?

Joseph Incardona nous donne à connaître les candidats au titre. Celui qui le possède depuis trois ans, Niko Tanner, un géant finlandais bien enrobé, star du porno. Le challenger, Igor Azarov, un ancien sous-marinier russe, petit et sec, qui le talonne de très près. Des contraires. On rencontrera aussi le Révérend, le Turc, l'Outsider, et tout le petit monde, moral ou non, qui arpente ce championnat hors du commun. Autant de vies, de secrets, de rêves tournée vers un but unique, suer, atrocement souffrir et gagner.

Bien sûr, le romancier ne se contente pas de suivre les étapes de la compétition. Dans une langue très agréable, glissant anecdotes, surprises et références, il nous entraîne aussi bien dans le milieu des starlettes du porno que dans celui de la Commission européenne ou dans les diversions à l'ennui imaginées par les Finlandais. Tout cela est fort bien mené, entre Igor qui se fait du remords sur son passé parce qu'il sait son avenir limité et Niko qui ne vit qu'au présent. Des existences tendues vers un but qui peut sembler dérisoire mais où courront néanmoins quelques gouttes d'amour autour et alentour de la tragédie finale.

Avec son sujet original, "Chaleur" donne des sueurs froides en même temps qu'il réchauffe un peu sur la force de l'âme humaine. Ses personnages sont magnifiquement mis en scène et cet événement minuscule devient tout à coup grand. A découvrir.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire