Nombre total de pages vues

mardi 11 décembre 2018

Adeline Dieudonné, choix Goncourt de la Belgique

Adeline Dieudonné a marqué la rentrée littéraire.

Bingo! Encore des lauriers pour Adeline Dieudonné et son premier roman "La Vraie Vie" (L'iconoclaste, 266 pages, lire ici), les seconds en terre natale en une semaine, le prix Victor Rossel lui ayant été décerné jeudi dernier (lire ici). Ce mardi 11 décembre,  cent étudiants universitaires ont couronné la primo-romancière belge Choix Goncourt de la Belgique, par six voix contre quatre à Pauline Delabroy-Allard, pour "Ça raconte Sarah" (Minuit), au sixième tour de vote, après trois heures de délibération. Les étudiants belges sont les premiers des "Choix Goncourt à l'étranger" à honorer Adeline Dieudonné.

Le jury des étudiants belges délibère.

Pour la troisième année, les délibérations de la centaine d'étudiants volontaires appartenant à des universités belges, francophones et néerlandophones, se sont tenues à la Résidence de France à Bruxelles. Là où ont été également proclamés les résultats des votes, en présence de Madame l'Ambassadeur de France en Belgique, Claude-France Arnould, d'Alda Greoli, Ministre de la Culture, de l'Enfance et de l'Éducation permanente au sein du Gouvernement de la Communauté française, de Philippe Claudel, membre de l'Académie Goncourt ainsi que de représentants des partenaires, Passa Porta, maison internationale des littératures à Bruxelles, l'Agence universitaire de la Francophonie en Europe de l'Ouest et l'Alliance Française de Bruxelles-Europe.

Les quinze livres en compétition.

Rappelons que les étudiants établissent le choix belge du prix Goncourt sur base de la première liste établie par l'Académie Goncourt en septembre, soit quinze romans qu'ils ont dû lire en moins de dix semaines (lire ici).

Adeline Dieudonné succède à Alice Zeniter récompensée l'an dernier pour "L'Art de perdre" (Flammarion, lire ici) et Catherine Cusset en 2016 pour "L'Autre qu'on adorait" (Gallimard, lire ici).

Echos de la remise du prix

  • Alda Greoli avoue n'avoir lu que deux livres des quinze figurant sur la liste Goncourt, sans préciser lesquels. Elle se réjouit de battre en brèche une rumeur en constatant que "oui, il y a beaucoup de jeunes qui s'intéressent à des livres, à des auteurs", des jeunes "qui conseillent à d'autres d'ouvrir un livre". Un livre de papier, bien entendu, on la connaît, notre ministre. "Un livre qui permet l'émotion de toucher un bel objet, une belle histoire, un bel auteur."
  • Philosophe de formation, Ciprian Mihali, directeur pour l'Europe de l'Ouest de l'Agence universitaire de la Francophonie, a estimé que "la littérature est le plus beau mensonge".
  • Jacques De Decker, secrétaire perpétuel de l'ARLLFB (Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique) a disserté sur la possibilité pour le prix Goncourt de devenir un second Nobel, celui-ci étant actuellement empêtré dans divers scandales. Il a rappelé que Paul Claudel avait exercé son dernier mandat d'ambassadeur dans la maison du Boulevard du Régent (1933-1936). Pour lui, "la littérature est un prisme exceptionnel sur le réel".
  • Philippe Claudel, écrivain, assis au couvert numéro 9 de l'Académie Goncourt, après Hervé Bazin et Jorge Semprun, docteur honoris causa de la KUL en 2015, membre de l'ARLLFB depuis 2016, écrivain très apprécié par les néerlandophones parlant le français, ignore visiblement que Jacques De Decker se fait appeler "patron" à l'Académie et non "chef " comme il l'a interpellé. Pour l'écrivain et cinéaste, "la littérature est résolument anti-tweet. Elle est un objet qui permet de penser un monde complexe, et donc essentielle. Elle fait réfléchir à ce qu'est un homme, une société, l'humanité."
  • Adrienne Nizet, directrice adjointe de Passa Porta, a lu un message de la lauréate, Adeline Dieudonné, dans l'impossibilité de se libérer: "Je suis ravie et honorée de recevoir ce prix". Comme c'est la deuxième fois qu'un jury de jeunes la récompense, elle se sent "un peu moins vieille" - elle a 36 ans. Et elle ajoute son plaisir de "recevoir un nouveau prix à la maison, comme le Rossel jeudi dernier".
  • Adeline Dieudonné sera présente au Festival Passa Porta qui se tiendra du 28 au 31  mars 2019.


Lauriers Goncourt 2018
  • Nicolas Mathieu, pour "Leurs enfants après eux" (Actes Sud, lire ici)
  • Pauline Delabroy-Allard, pour "Ça raconte Sarah" (Editions de Minuit), choix Goncourt de la Pologne (existe depuis 1998)
  • David Diop, pour "Frère d'âme" (Seuil), choix Goncourt de l'Orient (existe depuis 2012)
  • Pauline Delabroy-Allard, pour "Ça raconte Sarah" (Editions de Minuit), choix Goncourt de la Roumanie (existe depuis 2013)
  • Pauline Delabroy-Allard, pour "Ça raconte Sarah" (Editions de Minuit), choix Goncourt de la Suisse (existe depuis 2015)
  • David Diop, pour "Frère d'âme" (Seuil), choix Goncourt de la Chine (existe depuis 2018)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire