Nombre total de pages vues

mardi 24 septembre 2013

LC pas trop comment s'habiller


Les Mariés, une nouvelle page de Joëlle Jolivet dans "Costumes". (c) Les Grandes Pesonnes.



Heureusement, Joëlle Jolivet et ses "Costumes" (Les Grandes Personnes, 40 pages avec rabats) tout juste ressortis en version augmentée, vont l'aider. Ce grand format encyclopédique, on peut y plier une chemise sans peine, est l'album géant paru aux éditions du Panama en 2007, complété de deux  doubles pages (les mariés et les uniformes) et de deux nouveaux personnages à déshabiller grâce à des rabats (un hussard et un couple de mariés coréens). Il s'inscrit bien dans l'esprit de ses deux précédents imagiers géants, "Presque tout" et "Zoo logique" (Seuil Jeunesse, 2004 et 2002). Si Joëlle Jolivet a voyagé de maison d'édition en maison d'édition, elle a toujours conservé son éditrice, l'inspirée et efficace Brigitte Morel.






Alors, comment m'habiller? Aller toute nue? Non, pas cette fois-ci. En princesse ou en armure? Pour faire du sport ou donner un spectacle? Exercer un métier? Lutter contre le chaud ou le froid? Et quelles chaussures, et quel chapeau? Toutes ces questions, et d'autres, trouvent réponse chez Joëlle Jolivet. Les dessins aux couleurs chaudes, tous dûment légendés, s'alignent ou s'imbriquent les uns dans les autres dans ces doubles pages magnifiques que l'on examine longuement. De temps en temps, une silhouette sur simple page permet de voir, grâce à un rabat à déplier, les dessous d'une tenue: princesse, samouraï...

On admire le sens du cadrage de ces planches magnifiquement composées. Des linogravures coloriées à la gouache qui ordonnent les vêtements à la mode de l'auteur. Quel vent de fraîcheur dans une armoire souvent poussiéreuse. Vus de cette manière, les costumes les plus classiques bénéficient d'une nouvelle jeunesse. On trouve aussi bien des mariés que des uniformes, des hommes en jupe que des femmes en pantalon...

On peut passer des heures à examiner tous ces costumes de tous les pays et de tous les temps. En fin d'ouvrage, Caroline Laffon raconte des "Petites histoires de costumes" et c'est passionnant également. Ce l'est d'autant plus qu'on ne peut plus mettre un orteil dans un pays étranger sans y découvrir les enseignes qu'on a chez soi.

Les costumes vont-ils devoir être classés "patrimoine mondial de l'Unesco" pour survivre à la mondialisation?  En voilà en tout cas un précieux inventaire.

Les Uniformes, l'autre nouvelle double page de la version 2013. (c) Les Grandes Personnes.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire