Nombre total de pages vues

jeudi 26 novembre 2015

Session de rattrapage leporello

Bien sûr, il y a "Voyage d'Hiver", le leporello d'Anne Brouillard, (lire ici et ici). Mais il ne faudrait pas oublier le nouveau livre accordéon de l'éditeur, "Un thé aux nuages" de Stéphane Ebner (Esperluète, 28 pages). Muet lui aussi, il se déplie, non en largeur comme la frise ferroviaire mais en hauteur comme y incite son titre.

Lever le nez en l'air, à la poursuite de ce nuage coloré facétieux qui voyage dans différents paysages. Tourner les pages de la longue frise vers le haut et faire surgir ces tableaux pleins de couleurs vives, dont certains font penser à Kveta Pacovska. Passer d'une forêt où se décèle à un lapin à un village aux maisons dressées, reprendre de la hauteur comme les nuages annoncés et découvrir la finale pleine d'humanité.

Le travail aux crayons de couleurs est superbe. Nous entraînant du concret à l'abstrait, il permet à chaque lecteur de composer ses histoires. Un album d'autant plus bienvenu que les temps s'avèrent lourds. Merci à Esperluète de publier cette "rêverie au crayon de couleur, cette expérience sensorielle où le lecteur lâche prise et laisse ses pensées s'envoler." C'est exactement ce qu'il nous faut, laisser ses pensées s'envoler.

Trois des doubles images de la frise.
"Un thé aux nuages" est le onzième titre de la délicate collection "Accordéons", comportant autant de livres uniques, originaux, qui se déplient, en largeur ou en hauteur, avec ou sans texte. Des livres d'artistes accessibles à tous.

A noter qu'une exposition des originaux d' "Un thé aux nuages" et d'images inédites de Stéphane Ebner se tient à Paris jusqu'au 12 décembre à la librairie des Editeurs Associés (10 rue Tournefort, 75005 Paris).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire