Nombre total de pages vues

mardi 16 février 2016

Histoire américaine et fantastique mêlés dans un magnifique roman jeunesse de Delia Sherman

Delia Sherman n'est sans doute pas la plus connue des auteures américaines. Et pour cause! Elle qui écrit depuis trente ans dans son pays pour les adultes comme pour les jeunes (romans, nouvelles, essais, fantasy, SF...), n'a qu'UN SEUL roman pour pré-ados traduit en français, et ce en mars 2014! Mais "Le labyrinthe vers la liberté" ("The Freedom Maze", 2011, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Michelle Nikly, Hélium, 2014, 274 pages) est un livre à lire absolument.

Ce roman auréolé de prix aux Etats-Unis réunit de manière extrêmement convaincante les deux grands centres d'intérêt de Delia Sherman, l'histoire et le fantastique. Un défi? Oui, et drôlement réussi dans cette histoire sur laquelle l'auteure avoue avoir travaillé durant dix-huit ans. L'esclavage n'est pas un thème qu'elle traite à la légère. On le découvre dès ses premiers mots: "Je dédie ce livre à ces hommes et à ces femmes réduits en esclavage, dont les noms figurent sur des registres, dans des annonces de journaux, dans les récits et les mémoires des esclaves. Ce sont eux qui l'ont inspiré."

On découvre l'héroïne Sophie Martineau, presque 14 ans en 1960, pas d'excellente humeur. Ses parents divorcent, la mère de sa meilleure copine la boude, elle change d'école après les vacances et elle est obligée de passer l'été en Louisiane. Dans la belle maison coloniale de la famille Fairchild qu'est Oak Cottage, et en compagnie de sa tante Enid et de sa grand-mère, sa mère devant rester à la Nouvelle-Orléans pour travailler. En plus, il pleut! Un été au bayou sans son amie Diana, pas ce dont Sophie rêve.

Immédiatement, on lui donne les règles de vie: ne pas parler à un Noir qu'elle ne connaît pas. Chez les Fairchild, la ségrégation est toujours de mise, même si l'époque n'est plus celle de la plantation immense où travaillaient jadis deux cents esclaves. Sophie passe d'un étonnement à un autre devant le racisme affiché et affirmé de sa famille. Découvre un mode de vie familial suranné même pour les années 60. Et brûle d'explorer les environs de la maison, la cabane, le mystérieux labyrinthe établi par le grand-père, et peut-être les restes de la Grande Maison.

Lors de son exploration, la jeune fille va rencontrer une créature fantastique, aux yeux luminescents. Ce qui pimente un peu la vie en compagnie de la gentille tante Enid, amatrice de lecture et de jardinage, et de l'aïeule collet monté. Elle va confier à la créature son rêve: vivre une aventure dans un autre temps et un autre lieu. Et sera exaucée! Sophie se retrouve dans la plantation quelques mois avant la guerre de Sécession, cent ans avant son époque. Elle est prise pour une esclave et se retrouve au service de ses propres ancêtres. L'héroïne découvre un nouveau quotidien, fait de labeur, de soumission et de mauvais traitements. Elle découvre aussi ses véritables origines... Pourra-t-elle un jour rentrer chez elle?

"Le labyrinthe vers la liberté" est un magnifique roman d'apprentissage sur l'esclavage, doublé d'un subtil portrait d'adolescente qui sort transformée par son voyage dans le passé, aux côtés de ses ancêtres. Delia Sherman raconte formidablement et son texte est fort bien traduit. Quelle claque à propos de l'esclavage! Son roman est destiné aux enfants à partir de 11 ans mais peut être lu par des enfants plus âgés et même des adultes. C'est un excellent moment de lecture, qui mêle deux genres littéraires très différents et marque longtemps.

Delia Sherman.
A recommander, surtout que Delia Sherman sera présente à la Foire du livre de Bruxelles ces jeudi 18 et vendredi 19 février. Accompagnée comme toujours de son épouse, l'écrivaine Ellen Kushner, elle est arrivée à Bruxelles ce mardi soir.

Et qui est Delia Sherman, cette romancière qu'on ne traduit pas assez en français?
Sur sa page Twitter, elle se définit en tant que "Writer (for adults and pre-teens), traveler (anywhere, just ask), reader (almost anything), cook (enthusiastic), knitter (still finding my feet)" (écrivain, pour adultes et enfants, voyageuse, partout, il suffit de demander, cuisinière enthousiaste, tricoteuse cherchant encore ses pieds).

Plus sérieusement, Delia Sherman est née le 22 juin1951 à Tokyo, au Japon, et a grandi à New York où elle habite toujours. Elle est spécialiste de littérature fantastique (dont on trouve quelques touches dans son roman "Le Labyrinthe vers la liberté". Elle a étudié la Renaissance et enseigné, avant de se mettre à écrire en parallèle des nouvelles de fantasy, des romans historiques ou considérés comme interstitiels. Ses ouvrages appartiennent au genre "fantasy of manners", un mélange de fantasy et de comédie de mœurs. Elle enseigne toujours l'écriture de fantasy et de science-fiction, à divers endroits du monde, Cape Cod, le New Hampshire ou encore à Amsterdam.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire