Nombre total de pages vues

dimanche 15 octobre 2017

Alain Nadaud au cœur d'un colloque à Paris

Alain Nadaud, écrivain, éditeur, marin d'eau de mer.

Nadaldiens, Nadaldiennes, ceci vous concerne.
Il y a déjà plus de deux ans que l'immense écrivain français Alain Nadaud (1948-2015) est mort soudainement, au large d'une île grecque (lire ici). Laissant une œuvre majeure, hélas éparpillée entre divers éditeurs qui tardent souvent à réimprimer les livres épuisés. Une œuvre parfois mieux considérée à l'étranger qu'en France. Il existe ainsi en Inde une association de chercheurs qui se dédient à lui. En France, ses archives vont être accueillies à l'IMEC (Institut Mémoires de l'édition contemporaine).

Les hommes meurent, mais les œuvres vivent. Le premier anniversaire de sa disparition a été célébré à la Bibliothèque de Tunis (lire ici).

Et, aujourd'hui, la précieuse contribution d'Alain Nadaud à la littérature française sera l'objet d'un colloque international de deux jours qui va se tenir les 19 et 20 octobre prochains à l'Université Paris Nanterre.
On ne pouvait lui trouver meilleur titre que "Alain Nadaud, l'exigence d'écrire". Deux mots et tout est dit.

Voici par exemple ce qu'Alain Nadaud notait dans son "Journal" le 20 novembre 2009.
"... Le rapport à l'écriture est proche du rapport au corps d'une femme: on s'en approche, on le frôle et le caresse; on s'y reprend à plusieurs fois, on s'excite, on croit toucher au but, on jouit, mais sans jamais véritablement en atteindre le centre, le posséder. Aussitôt que le désir renaît, tout est à recommencer. Longtemps j'ai hésité quant à savoir user et disposer du corps des femmes, à trouver le moyen de leur donner de la jouissance, de même que longtemps je n'ai su que faire de cette activité d'écrire,dont j'étais embarrassé et dont je ne trouvais pas non plus l'emploi. Aussi, quand j'affirme que j'ai pris la décision d'arrêter d’écrire, est-ce à dire que, quand le désir s'estompe, l'écriture à son tour s'éloigne, puis vient à faire défaut? Comme si l'imaginaire, qui est le support commun aux deux relations, touchait à son point de tarissement? Car l'imaginaire érotique, qui sous-tend le désir et en est sans doute sa composante essentielle, est au plus près lié à l'imaginaire romanesque.
Est-ce que l'on n’écrit jamais que pour séduire? Et le moment venant, où le besoin de séduction se fait moins fort, est-ce que la pulsion d'écrire décline aussi à proportion?"

On signalera aussi la sortie posthume en début d'année de "L'herbier des Mythes" (Editions Tarabuste, 48 pages) avec, en ouverture et manuscrit, ce texte d'Alain Nadaud, écrit le 25 mars 2011 à Gammarth, près de Tunis, là où il vivait: "Des pays qu'ils ont traversés, les voyageurs en général s'encombrent de souvenirs inutiles ou factices, qui finissent par être relégués au grenier ou jetés. J'ai préféré quant à moi saisir de ces contrées ce qu'il il y a de plus fugace et éphémère: des feuilles d'arbre, des végétaux, parfois des fleurs séchées. En se renouvelant année après année, ces témoins du passage des saisons enfouissent leurs racines, au sens propre comme au figuré, dans le passé, redonnent vie aux anciennes légendes, fait resurgir à nos yeux étonnés la présence des mythes dont ils sont la vivante mémoire. De ce qui n'a pas eu lieu, de cet imaginaire, si vif à l'esprit des hommes qu'il influença leurs croyances, leurs gestes et leur destin, ces familles dérisoires témoignent de la puissance des rêves, puisque des hommes en ont fait foi, de leur fragilité en même temps que de leur permanence."

Le début de "L'herbier des mythes" est à feuilleter ici.

Première feuille de l'herbier d'Alain Nadaud. (c) Tarabuste.



Programme du colloque

Jeudi 19 octobre


9h30
Ouverture
  • Sylvie Gouttebaron, directrice de la Maison des Ecrivains et de la Littérature
  • Djamel Meskache, Editions Tarabuste
  • Dominique Viart, Université Paris Nanterre
"La mémoire d'un homme et d'une œuvre"
  • Adresse d'Olivier Poivre d'Arvor, Ambassadeur de France à Tunis, lue par Jean-Baptiste Malartre
  • Sadika Keskes, l'association les amis d'Alain Nadaud et la Galerie Alain Nadaud
11 heures
Romans d'aventures métaphysiques
Modérateur: Paolo Tamassia
  • Dominique Rabaté (IUF, Université Paris Diderot): "Jouer du vrai et du faux. Crime et reconstitution dans Auguste fulminant"
  • Laurent Demanze (ENS de Lyon): "Quête de l'écriture et écriture de l'enquête  une lecture du Livre des malédictions"
14h30
Une certaine idée de la littérature
Modérateur: Dominique Rabaté
  • Dominique Viart (Université Paris Nanterre): "La littérature comme anthropologie critique"
  • Paolo Tamassia (Université de Trento): "Séparation vs autonomie: les enjeux de la littérature selon Alain Nadaud"
15h30
La question éditoriale
Modérateur: Dominique Viart
  • Jean-Philippe Domecq, écrivain
  • Djamel Meskache, Editions Tarabuste
  • Serge Safran, Editions Zulma
16h30
Lecture
  • Alain Nadaud, "Autobiographie semi-fictive", lue par Jean-Baptiste Malartre.

Vendredi 20 octobre


9h30 
En lisant, en écrivant
Modérateur: Jean-Marc Moura (IUF, Université Paris Nanterre)
  • Silvia Disegni (Université Federico II, Naples): "Nadaud lecteur de Flaubert"
  • François Berquin (Université du Littoral): "Voyage en Grande-Scripturie"
11 heures
Alain Nadaud parmi les écrivains
Modérateur: Djamel Meskache
  • Belinda Cannone, écrivaine
  • Guy Cloutier,  écrivain 
  • Pierre Michon, écrivain
14h30
La réception de l'œuvre
Modératrice: Agathe Novak-Lechevalier (Université Paris Nanterre)
  • Philippe-Jean Catinchi ("Le Monde")
  • Alain Nicolas ("L'Humanité")
  • Jean-Baptiste Para (revue "Europe")
15h30
L'expérience littéraire
Modérateur: Silvia Disegni
  • Samir Marzouki (Université de la Manouba, Tunis): "D'écrire j'arrête, ou la cessation de l'écriture comme projet littéraire"
  • Hedia Abdelkefi (Université de Tunis Al-Manar): "La Fonte des glaces au miroir de D'écrire j'arrête"
16h30
Nadaud en images et sur scène
Modérateur: Philippe-Jean Catinchi
  • Jacques Gysin, professeur de français 
  • Sadika Keskes, plasticienne
  • Dominique Lièvre, musicien
  • Jean-Baptiste Malartre, comédien
  • Daniel Nadaud, plasticien

Lieu: Université Paris Nanterre
Auditorium de la maison de la recherche Max Weber
bâtiment W
Entrée libre
Colloque organisé par les éditions Tarabuste et l'Observatoire des Ecritures contemporaines (Université Paris Nanterre)
Responsables: Djamel Meskache et Dominique Viart
Avec le soutien de Sadika Keskes et de l'association Alain Nadaud, la Galerie Alain Nadaud, l'Ambassade de France à Tunis, le Centre des sciences des Littératures en langue française de l'Université Paris Nanterre, l'Institut universitaire de France et la Maison des écrivains et de la Littérature.

A noter encore qu'une souscription est ouverte en vue de la publication des Actes du Colloque. Infos ici.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire