Nombre total de pages vues

vendredi 23 décembre 2016

Mère Noël pense encore aux jeunes lecteurs

Pour les  lecteurs de grandes classes maternelles, mais il n'est pas interdit aux autres de les regarder aussi, une sélection de treize albums pour s'émerveiller, rire, trembler, découvrir.

Pour les livres des lecteurs de petites classes maternelles, c'est ici.
Pour ceux des tout-petits, c'est ici.
Pour les livres animés, ici.


Après les Mous, voici Gouniche!


Gouniche
Delphine Durand
Rouergue
64 pages

Comme les excellents "Mous" (lire ici) découverts l'an dernier, "Gouniche" était également présent dans l'album "Ma maison" (2000). Il aimait les oiseaux et avait peur des mouches, savait-on déjà. Deux aspects qui sont largement complétés dans ce traité qui lui est entièrement consacré, foisonnant, drôle, très drôle, plein de fantaisie et d'imagination. Qui est ce représentant de la famille des Gous, unique, jaune, légèrement enrobé, rigolo, fantasque, à la bouche et au regard particulièrement expressifs? Serait-il un "Mou" déguisé? Pas du tout et nous en aurons les preuves. Gouniche est lui-même, il a des amis, trois culottes, un mode de vie bien à lui. Mais qu'est-ce qu'on est ravi d'avoir fait plus amplement connaissance, surtout grâce aux illustrations selon plusieurs techniques, dessin, peinture, BD, photomontage.

Ici, une super vidéo de présentation de "Gouniche".


Gouniche est Gouniche. (c) Rouergue.


Le bon gros monstre


Berty, le plus cool des monstres
Didier Lévy
Delphine Renon
Grasset Jeunesse
56 pages

Il est rond et plein de poils hirsutes au-dessus de son pantalon rayé comme celui d'un pyjama. Il a un mini-chapeau rond et noir. Surtout, il a d'extraordinaires yeux bleus, assortis à ses bois, et un large sourire tout doux. Normal, si Berty est un monstre, il est un monstre cool. Il est même le plus cool des monstres! On va le suivre dans quatre courtes histoires sympas, fort bien mises en images. On va voir comment son optimisme inné vient en aide à ses potes, mais sans leur faire la morale. Quatre situations proches des enfants, avec de petits problèmes, que le monstre va aborder de façon cool en encourageant son interlocuteur à po-si-ti-ver. Berty va d'abord consoler Bingo de recevoir trop tard sa panoplie de Super-Bingo. Il va ensuite aider à s'exprimer Marius qui s'est mis la tête dans un sac de papier parce qu'il râle contre sa mère. Episode très graphique quand il va aider Tom le fantôme qui a perdu son drap. Berty va enfin devoir jouer au docteur pour Marcel le blessé et le docteur Globine, l'autre blessé. Il est trop chouchou, ce Berty. On rêve tous d'en avoir un pareil près de soi. Mais ce que je voudrais savoir, c'est qui est ce mini-personnage en pantalon rouge et maillot rouge rayé qui revient de page en page avec sa fleur et intervient dans les différents épisodes.

Berty et Tom le fantôme. (c) Grasset Jeunesse.



Ouste, la peur!


Marcel et le nuage
Anthony Browne
traduit de l'anglais par Elisabeth Duval
Kaléidoscope
32 pages

Marcel est poursuivi. (c) Kaléidoscope.
Depuis "Marcel la mauviette" (Flammarion, 1984, Kaléidoscope, 1991), le héros d'Anthony Browne a séduit des milliers de lecteurs qui se sont retrouvés en lui. Ce nouveau titre, concis dans le texte mais loquace dans les images, met formidablement en images ces peurs qui vous poursuivent insidieusement jusqu'à ce que vous les affrontiez et les maîtrisiez. C'est ce qui arrive à Marcel, toujours revêtu de son gilet jacquard. Un nuage le poursuit partout, sans embêter personne d'autre. Ah, il lui pourrit bien la vie, jusqu'au moment où Marcel réalisera qu'il doit se mettre en colère contre l'importun et non le subir. Et la vie redevient agréable. La peur est ici traitée avec délicatesse et est l'occasion de superbes images composées selon de multiples plans (de la vignette à la double page) où on reconnaît l'environnement habituel du petit singe, canapé, tableaux,.. et, surtout, l'imagination et la maîtrise graphique de l'auteur-illustrateur britannique.


Costume de lapin


Le pire anniversaire de ma vie
Benjamin Chaud
Hélium
40 pages

Le jeune narrateur se réjouit. Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Julie, son amoureuse secrète. Il compte bien s'y rendre avec Chaussette, son lapin-bélier. Il prépare le cadeau et décide d'aller à la fête déguisé. Le problème, c'est que Julie a plein d'autres invités et qu'il est le seul à s'être costumé. L'habit de lapin passe mal dans le joli salon chic. Le narrateur accumule les infortunes et ne trouve plus son salut que dans la fuite. Aurait-il tout foiré? Julie et la fête? Nooooon, la finale va le remettre sur pied, même mieux qu'il ne l'imaginait. Un album très réussi qui dédramatise un petit souci du quotidien, tendre et drôle, et évidemment, remarquablement illustré.

Arriver déguisé... (c) Hélium.


Un Papi à mobylette


Henri est en retard
Adrien Albert
l'école des loisirs
36 pages

En début d'année à  Bruxelles, Adrien Albert était interrogé sur son grand thème d'inspiration, la famille et les moyens de transport. La preuve dans ses albums précédents: train/frère (lire ici), fusée/papa (lire ici), camion de pompiers/mamie (lire ici), train fantôme/sœur… "Je ne vais quand même pas faire Papi et sa mobylette la prochaine fois", avait-il rigolé. Hé bien, si! Il l'a fait. Dans cet impeccable album où Henri se fait conduire en urgence à l'école par son Papi sur deux-roues à moteur (pour cause de parents malades). Les inondations qui ont englouti la route habituelle leur permettent d'emprunter un chemin plein d'animaux à observer et de péripéties multiples à expérimenter. Dont un autre moyen de transport. Mais Henri arrivera à l'heure à l'école, son "endroit préféré".

Ouf, Papi est équipé. (c) l'école des loisirs.



Mouton poète


Alexandrin et le loup
Lionel Koechlin
Les Arènes jeunesse
48 pages

Alexandrin, le bien nommé, est un mouton poète. Même en pleine transhumance, quand il cherche l'inspiration, il traîne à l'arrière du troupeau. Le chien Dogdog comme le berger le mettent en garde: un loup glouton rôde dans les environs. Et aussi un ours aux dents pointues. Mais Alexandrin méprise le danger et répond en poèmes en vers de douze syllabes.

A l'un:
"Ô Dogdog, féroce toutou, tu cours partout,
Tu aboies fort, tu bougonnes, tu mords nos pattes,
Mais, sincèrement, il faut que je le t'avoue,
Ton museau, on dirait une grosse patate."

A l'autre:
"Beau berger, j'ai quelque chose à te reprocher:
Tu es intelligent, sérieux comme un vieux sage,
Mais, hélas, hélas, à force de trop marcher,
Tes deux énormes pieds sentent le vieux fromage."

Quelle insolence!
Cela n'empêchera pas Alexandrin de vivre une drôle d'aventure en tentant d'échapper au loup. L'auteur corse son suspense pour mieux amener la fin, la réconciliation autour de la poésie... et de la confiture! Un récit très amusant servi par les élégantissimes illustrations de maître Koechlin.



Mégalomanie de chef


Le totem
Gilles Baum
Thierry Dedieu
Seuil Jeunesse
40 pages

Un seul éclair en cette nuit d'orage. Un seul éclair mais qui transforme le totem entre les tipis en bout d'allumette brûlé. Mordant, cet album sans parole à l'exception des pages de garde explique par ses images en tons de feu très explicites le problème de mégalomanie du chef. Ce dernier ordonne à l'artiste du village de lui sculpter un nouveau totem. Mais il n'agrée aucune des propositions artistiques. Il les remballe mêlme avec véhémence. Jusqu'à ce que le sculpteur ait l'idée de représenter en bois ce chef rabougri, au plus grand contentement de celui-ci. "Rien n'est plus grand, rien n'est plus haut que l’orgueil d'un chef", conclut sagement cet album haut en couleurs.

Réflexion sur les chefs. (c) Seuil Jeunesse.



Garçon comme ourson


N'aie pas peur
Andrée Poulin
Véronique Joffre
Gallimard Jeunesse/Giboulées
48 pages

Cet album presque sans texte met en parallèle un petit garçon parti camper dans la forêt avec sa maman et un ourson découvrant le monde en compagnie de sa mère. Les deux vivent de nouvelles expériences qui leur font "un peu peur". Sauter dans le lac pour l'un, sauter dans un conteneur à déchets pour l'autre. Leurs aventures vont se réunir quand le fils tentera de déposer le sac poubelle dans le conteneur. Drôle de rencontre! Il a très peur. Coincé à l'intérieur, l'ourson a aussi très peur. Que vont-ils devenir? La suite se jouera à quatre avec d'autres très grosses frayeurs jusqu'à l'apaisement final. L'essentiel de la narration se fait dans ces illustrations en collages très réussies.

Drôle de rencontre auprès du conteneur. (c) Gallimard Jeunesse/Giboulées.



Cape rouge magique


A New York, chez Mamie
Lauren Castillo
adapté de l'américain par Gaël Renan
Le Genévrier
48 pages

Quand John vient rendre visite à sa grand-mère qui habite New York, à Manhattan précisément, il n'est pas rassuré. Tout est trop grand, trop bruyant, trop agité, trop grouillant. La ville convient-elle à sa Mamie comme cette dernière le lui affirme? Il en doute jusqu'au moment où l'aïeule lui tricote une cape rouge magique, qui efface les peurs. Ainsi vêtu, John apprécie sa visite. Mais en petit-fils protecteur, il laissera le vêtement magique à sa Mamie. Pour elle, et pour lui quand il y retournera. Une façon originale d'explorer ce coin de New York et la relation affectueuse entre John et Mamie.

New York, ville grouillante. (c) Le Genévrier.



Etre capable de donner


Terminus
Matt de la Peña
Christian Robinson
traduit de l'anglais par Ilona Meyer
Editions des Eléphants
40 pages

Où vont Tom et sa mamie le dimanche, une fois l'office à l'église terminé? Ils ont un long chemin en bus à faire et la pluie qui tombe met cette fois le bonhomme de mauvaise humeur. Il geint pour tout et pour rien, comme sourd aux enthousiasmes de sa grand-mère. Celle-ci a la bonne humeur communicative et non moralisatrice. Elle présente sans contrainte ses choix de vie à son petit-fils, prendre le bus au lieu d'une voiture, s'intéresser à ses voisins de banquette plutôt que de se renfrogner, plaider pour la musique jouée plutôt que celle en conserve, aller servir la soupe populaire chaque dimanche... Et Tom se déride, ouvre les yeux sur la beauté du monde autour de lui, se sent lui aussi capable de donner. Un graphisme années 50 confère un charme fou à cette histoire d'hier comme d'aujourd'hui.

Pont ente les générations. (c) Editions des Eléphants.


Animaux cachés


Faune & Flore
Anne-Margot Ramstein
Les Grandes Personnes
16 pages cartonnées

Au premier coup d’œil, les doubles pages sophistiquées ont un petit air abstrait. A mieux les observer, on y distingue des inspirations végétales. De fait, les titres poétiques permettent de les cadrer: "sous-bois à l'automne", "prairie en mai", "jungle à la saison des pluies"... Mais il faut bien s'aiguiser le regard pour déceler les animaux qui sont dessinés en contre-formes, cachés dans les décors luxuriants et énigmatiques (solutions en fin d'ouvrage). En bas de page, les textes aiguillent le lecteur dans sa recherche. Un album paisible en dépit des combats que s'y livre la nature.

Des plantes et des animaux cachés. (c) Les Grandes Personnes.


Mara, gardienne attentive


La petite boutique des objets perdus
Agnès de Lestrade
Sébastien Chebret
Alice Jeunesse
32 pages

Mara tient la boutique des objets perdus. Des objets momentanément perdus puisque leurs propriétaires viennent les rechercher. Parfois très vite, parfois très longtemps après leur perte ou leur égarement. Mara a de tout dans sa boutique: un chemin, du temps, un chat... qu'elle restitue volontiers. Il arrive que ce soit plus compliqué, lorsque les clients sont plus fragiles. On apprendra ensuite la raison de l'empathie de Mara pour toutes ces personnes qui l'appellent au secours. Un drame ancien, qui figurera en fin d'histoire au rang de souvenir. Grâce à une vieille dame qui avait trouvé un cœur perdu.

Mara prend soin des objets perdus. (c) Alice Jeunesse.



Illusions d'optique


On aurait dit
André Marois
Gérard Dubois
Seuil Jeunesse
48 pages

En style rétro, le compte-rendu exhaustif des exploits dont sont capables le fils de Madame Martin, partie cueillir des légumes au jardin, et son copain Jean-François tout juste arrivé en visite. "On aurait dit qu'on était deux guerriers solitaires et qu'on n'avait peur de rien", se racontent-ils. Ils n'ont en effet peur de rien quand ils inventent leurs péripéties aventurières qui mettent à sac toute la maison. La chambre, la cuisine, la salle de bain... tout y passe jusqu'au retour de la vedurière. Et là on aurait vraiment dit qu'elle n'est pas contente du tout! Un bel hommage aux immenses capacités de l'imagination des enfants, dans une histoire farfelue et des illustrations craquantes.

"On aurait dit..." (c) Seuil Jeunesse.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire