Nombre total de pages vues

samedi 24 décembre 2016

Au fond de la hotte, les albums pour "grands"

Pour les  lecteurs de la "grande école", ou en voie d'y entrer, mais il n'est pas interdit aux autres de les regarder aussi, une sélection de douze albums qui valent grandement le détour, chacun dans leur genre.

Pour les livres des lecteurs des grandes classes maternelles, c'est ici.
Pour ceux des petites classes maternelles, c'est ici.
Pour ceux des tout-petits, c'est ici.
Pour les livres animés, ici.


Une vie extraordinaire


Ma planète
Emmanuelle Houdart
Les fourmis rouges
40 pages

Quelle atmosphère extra dans ces doubles pages sur grand format! Les illustrations aux tons joyeux se posent sur des fonds blancs qui leur permettent de bien respirer. Elles montrent l'univers, que dis-je, la planète, d'un petit garçon extraterrestre... Enfin c'est ce qu'il nous raconte. On n'est pas obligé de le croire mais c'est tellement bien de suivre sa fantaisie. Il nous détaille combien sa vie est extraordinaire. L'auteure-illustratrice compose des scènes foisonnantes où tout est à regarder, à débusquer, à commenter. Si l'imagination est bien présente, l'humour n'est pas en reste. Comme si on appelait les habitants de la planète inconnue où il a atterri des Terriens parce qu'ils mangent de la terre au petit-déjeuner. Le narrateur nous détaille ensuite, l'air de rien, décochant quelques piques, la famille qui l'a adopté: le couple, le mâle, la femelle, les animaux domestiques, la sœur, l'école. Merci à lui de nous partager ainsi ses super-pouvoir qui s’accommodent aussi en finale d'un petit-déjeuner à la française! Les illustrations sont magnifiques, tendres, malicieuses, surprenantes et apaisantes.

La planète du narrateur. (c) Les fourmis rouges.



Amitié réelle


Mon ami Fred
Eoin Colfer
Oliver Jeffers
traduit de l'anglais par Jean-François Ménard
Gallimard Jeunesse/Kaléidoscope
48 pages

Ce n'est pas parce qu'une amitié est imaginaire qu'elle n'est pas réelle. Exact. Et on le voit souvent avec les enfants qui ont des amis imaginaires, le temps d'en trouver dans la vraie vie. Les amis imaginaires retournent alors dans le ciel, nous explique le duo fameux, l'auteur d'"Artemis Fowl" et un des illustrateurs les plus prometteurs de la nouvelle génération, par la voix de Fred. L'ami imaginaire est représenté en trame Photoshop bleu légèrement turquoise, bien plus visible finalement que les personnages humains dessinés au trait! Fred nous explique sa vie d'apparitions et de disparitions jusqu'à  ce qu'il rencontre Sam, "l'ami dont il avait rêvé", qui lui-même désirait "très fort avoir un ami". Il finirait même par croire Sam qui jure de ne jamais le quitter ou l'oublier. Une fameuse surprise l'attend quand Sam rencontre la jeune Sammi qui, fait extraordinaire, voit Fred. Pour une bonne raison qui composera un quatuor uni jusqu'à ce que les années leur fassent choisir, deux par deux, des voies séparées. Du jamais vu qui permettra aux chercheurs qui l'étudient de conclure que "l'amitié, c'est l'amitié. Imaginaire ou pas, elle répond aux mêmes lois."

Sam et Fred sont inséparables. (c) Gallimard Jeunesse/Kaléidoscope.


Crayons grognons


Les crayons rentrent à la maison
Drew Daywalt
Oliver Jeffers
traduit de l'anglais par Elisabeth Duval
Kaléidoscope
56 pages

Par les auteurs du très réussi "Rébellion chez les crayons" (même éditeur, lire ici), la suite des aventures de Duncan. Si le petit garçon a bien écouté les revendications de ses crayons, il reçoit néanmoins un paquet de cartes postales au courrier. Et les signataires n'ont pas l'air de rigoler. L'un râle d'avoir été abandonné ici, l'autre là-bas, le troisième visite les pyramides de Belgique à dos de chameau. Un autre encore rouspète d'avoir été taillé, d'avoir filé au sèche-linge, d'avoir été machouillé... Bigre! Quel concert au dos de ces cartes postales fameusement bien illustrées. A nouveau, Duncan aura une riche idée pour se faire pardonner ses erreurs.

Qu'y a-t-il au dos des cartes postales? (c) Kaléidoscope.


Histoires parallèles


Il était une fois une princesse
et une petite fille
Roxane Lumeret
Albin Michel Jeunesse
Trapèze
48 pages

Remarquée avec "L'Enciellement de maman" (lire ici), Roxane Lumeret nous montre par ses images parallèles les destins de deux demoiselles, une princesse en belle robe de mousseline bleue et une petite fille en jeans et baskets compensées. Tout est à comprendre dans les images, le texte étant minimal. On voit leurs univers respectifs, un château ou une maison, des "jouets fantastiques" ou "une poupée préférée", leurs rêves d'avenir et de présent... Beaucoup de différences mais des points communs dans leurs aspirations et dans les bonnes relations qu'elles ont avec leurs parents. Finalement, on se dit que seul le décor change, ce que fait remarquablement sentir cet album éminemment graphique.


Une princesse et une petite fille. (c) Albin Michel Jeunesse.



Poésie et grandes questions


 Mirolioubov
José Parrondo
Rouergue
48 pages

Quatrième de couverture. (c) Rourgue.
Un petit format consacré à Piotr Obvodni Miroliouvov, ce petit personnage étrange qui prend l'endroit et le met à l'envers. Il se lève avant d'avoir fini sa nuit. Il interroge son miroir. Il parle à ses cheveux. Il prépare son sac pour aller faire un tour, s'enfonce son chapeau sur la tête. Tout est sujet à question chez lui et c'est parce qu'il nous surprend par ses remarques et ses observations qu'on s'attache à ce bonhomme plein de poésie. Qui arrive même à s'endormir avant d'avoir sommeil! Le monde est ici pris à contresens, comme le font souvent les enfants.


L'histoire d'Ulysse


L'amour, ça vaut le détour
Natali Fortier
Albin Michel Jeunesse
48 pages

Ce grand format se présente comme une pièce de théâtre,  avec distribution, actes successifs... Ulysse l'écrivain solitaire, et Prospère, le père de famille nombreuse tenancier d'un chenil, discutent de tout et de rien, installés dans leur barque, tout en taquinant la sardine. De l'histoire que l'un écrit, et qui nous est présentée en même temps que se déroule la pièce, au délicieux accent québécois. Du billet pour deux personnes pour un spectacle de ballet dont l'autre dispose. L'acte 2 se déroule en abyme et au théâtre et est raconté par Ulysse, qui semble plus séduit par la vendeuse de friandises que par la première partie de la soirée. La deuxième, par contre, enchante les deux compères, pour des raisons différentes. L'écrivain est en effet subjugué par la danseuse étoile en scène. C'est de son visage qu'il a besoin pour le livre qu'il est en train de faire, pense-t-il. Une seule solution, retourner chaque soir au théâtre et suivre le conseil de Vivianne, la vendeuse de bonbons, de rencontrer l'artiste. Mais le destin est capricieux et Ulysse va le découvrir comme il va découvrir l'amour, Prospère n'étant jamais loin de lui. Un album joiment rythmé, plein de bonnes surprises et de trouvailles de scénario. Il montre aussi le processus créatif d'un album et comment la réalité s'intègre dans une fiction. A moins que ce ne soit l'inverse... Un album singulier, très bien construit, avec une malice tendre dans les images.

Rencontre au théâtre. (c) Albin Michel Jeunesse.


Parades amoureuses


Parades
Frédéric Clément
Seuil Jeunesse
40 pages

Après "Métamorphoses" sorti l'an dernier, voici un nouveau spectacle que nous concocte la nature telle que l'a repérée Frédéric Clément. Monsieur Loyal sait comment allécher son public. Composer un texte original pour magnifiquement raconter les parades amoureuses de différentes espèces animales. L'assortir en contrepoint graphique, une ou plusieurs très belles peintures du "marié" de la page. Entre livre d'art, album et documentaire, une façon originale de découvrir luciole, paradisier, hippocampe, jardinier satiné, fugu, cerf, araignée-paon et bien sûr paon.

Le paon, majestueux. (c) Seuil Jeunesse.


Un enfant ordinaire


Un grand jour de rien
Beatrice Alemagna
Albin Michel Jeunesse
Trapèze
48 pages

La maison de vacances. Au bout du monde. Dans la forêt. En plus, il pleut. Le jeune narrateur y revient avec sa mère. Une mère silencieuse, qui écrit et c'est tout. Le père est absent, il manque. On n'en saura pas plus. Alors, le gamin passe sa journée à tuer des Martiens sur sa console de jeu. Alors, la mère lui retire à nouveau le jeu. Que faire, une fois la machine récupérée en douce? Sortir. Malgré la pluie. Découvrir la nature. La sentir. L'expérimenter jusqu'au bout - quand le jeu tombera à l'eau. Se sentir seul, perdu. Se raccrocher à des escargots. A des champignons. A la terre. Remarquer le soleil. Courir et tomber. Le monde est-il à l'envers ou refait à neuf? Autant de questions et d'expériences que nous partage ce petit garçon dont la cape orange fluo tranche sur la grisaille du décor, tant extérieur qu'intérieur. Apaisé, il retourne à la maison et retrouve sa mère. C'est comme si le mur entre eux avait disparu. Leur silence est devenu commun. Un album splendide qui dit les sentiments et les émotions, la difficulté à communiquer et le goût pour la vie, malgré la pluie. Deux ans de travail pour ces admirables illustrations mais quel résultat merveilleux!



Des illustrations splendides. (c) Albin Michel Jeunesse.


Pour voir une vidéo animée de l'album, c'est ici.



Identité et liberté


Le chat qui est chien
Alex Cousseau
Charles Dutertre
Rouergue
32 pages

Au pays de Tout-reste-à-sa-place, tout est bien rangé et un chat est un chat. Mais s'il se sent chien? Dans ce pays, il ne peut que s'isoler. Ce qui lui donnera l'occasion de rencontrer un roi qui ne se sent pas roi mais ours, une grenouille qui se croit princesse... Le chat et le roi poursuivent leur discussion. Qu'est-ce qui les empêche d'être ce qu'ils pensent être? D'expérience en expérience, ils vont buter sur l'arbre: "On ne va pas plus loin!" Et si les frontières étaient faites pour être franchies? Et si derrière elles se trouvait le pays de Tout-est-Possible? Une fable qui propose de réfléchir à la question de l'identité, de la liberté et du bonheur. "Nous sommes ce que nous devenons", dit l'ours. "Nous devenons ce que nous sommes", ajoute le chien.

Le roi et le chat. (c) Rouergue.



Flèche gauche ou flèche droite?


 Les collectionneurs
Adrien Parlange
Guillaume Chauchat
Albin Michel Jeunesse
Trapèze
40 pages

Cet album en noir et blanc, aux illustrations adroitement croquées et au texte à la typographie dansante, s'intéresse aux collectionneurs. Pas ceux qui amassent timbres, autographes ou trèfles à quatre feuilles. Non. Le premier qu'on rencontre s'intéresse aux flèches vers la droite dont il nous confie sa manière de les découvrir, ignorant totalement qu'il est l'objet de moqueries de la part de son voisin. Son voisin dont il na sait pas qu'il collectionne les flèches vers la gauche! Ils feront connaissance le jour où ils découvrent en même temps dans une brocante une flèche exceptionnelle, indiquant la droite pour l'un, la gauche pour l'autre... Le vendeur la leur vendra collectivement. L'arrangement convient aux deux hommes qui apprennent à se connaître et à s'apprécier jusqu'à cette nuit de grand vent qui balaie leurs certitudes et leur ouvre d'autres horizons.


Un graphisme original et efficace. (c) Albin Michel Jeunesse.


La force des mots contre le tyrannie


Le grand incendie
Gilles Baum
Barroux
Editions des Eléphants
32 pages

Dans ce pays, le sultan jubile à son balcon d'apparat. Il aura bientôt brûlé tous les livres de son royaume. Le passé aura disparu. Son règne sera infini! Comme si une allumette pouvait effacer l'histoire d'un peuple... Les habitants assistent, impuissants, au désastre. Un enfant découvre un petit bout de page non consumé: "O merveille, un jardin parmi les flammes", est-il écrit. Il recopie la phrase sur un mur du palais, bientôt suivi par d'autres qui poursuivent le livre à ciel ouvert, jusqu'à la chute du mur et du sultan. Une délicate fable orientale portée par des illustrations vigoureuses qui démontre l'importance de s'unir pour résister et rappellent le droit à la liberté d'expression.


Brûler les livres ne les efface pas. (c) Editions des Eléphants.



Curiosité littéraire


L'histoire de Miss Kitty
Beatrix Potter
Quentin Blake
traduit de l'anglais par Jean-François Ménard
Gallimard Jeunesse
80 pages

En 2015 a été découvert en Grande-Bretagne un manuscrit inédit de Beatrix Potter (1866-1943), datant de 1914, "The tale of Kitty-in-Boots".  L'histoire d'une "chatte noire bien élevée du nom de Miss Kitty menant une sorte de double vie et les soirs de lune partant chasser avec une petite carabine et habillée en chat botté", selon un des lettres de l'auteure à son éditeur. Longtemps après "Pierre Lapin", paru chez un éditeur en 1902. Pourquoi l'histoire n'a-t-elle jamais été publiée? La guerre, le mariage récent de Beatrix Potter, la perte de son père, le travail grandissant à la ferme, le désintérêt de son éditeur? Mystère. Toujours est-il que Beatrix Potter avait fini le texte, créé une illustration et laissé dormir. La trouvaille de l'an dernier a conduit à un album dont les images ont été commandées à Quentin Blake. Ce dernier a volontairement, et heureusement, pris ses distances par rapport au modèle original.

Le manuscrit de Beatrix Potter.

La seule illustration par Beatrix Potter.

Quant à l'histoire, elle est celle d'un nouveau personnage, Miss Kitty, qui préfère se nommer "Miss Catherine St Quintin" tandis que ses deux potes, des "chats très communs",  la surnomment "Quiou" et "Louchinette". Ce qu'aime Miss Kitty, c'est mettre sa veste de chasseur et ses bottes de cuir les nuits de pleine lune, et échanger sa place à l'intérieur du lavoir avec un de ses potes pour s'en aller chasser. Sa propriétaire n'y voit que du feu.

Toutefois, une nuit, le matou va refuser de faire l'échange et va aller chasser avec Miss Kitty. On va vite s'apercevoir que cette dernière n'y connaît rien, ni en gibier, ni en carabines. Elle manque éborgner Mme Piquedru, la blanchisseuse, se retrouve prisonnière de deux furets, ne sera sauvée que par l'intervention d'un autre personnage connu de la série, lui aussi bien vieilli. Tombera alors dans un autre piège, tendu par le renard, et ne se sauvera que grâce à son assurance et à un autre concours de circonstances. "Fini le braconnage", déclarera en finale la blessée qui conservera toujours de sa folle nuit une légère boiterie.

Un album très différent de la série des "Pierre Lapin", à plutôt considérer comme une curiosité littéraire.

L'interprétation par Quentin Blake. (c) Gallimard Jeunesse.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire