Nombre total de pages vues

jeudi 28 septembre 2017

Le quotidien de l'enfance réenchanté

Un auteur d'hier et un illustrateur d'aujourd'hui qui vont parfaitement bien ensemble, écrivais-je à propos de "Une année dans les bois" de Henry David Thoreau et Giovanni Manna (Plume de Carotte, lire ici). La formule s'applique tout aussi bien, en la mettant au féminin pour les dessins, à propos de l'album jeunesse "Petit jardin de poésie" de Robert Louis Stevenson qu'illustre Ilya Green (texte français de Christian Demilly, Grasset Jeunesse, 32 pages).

Grand format, beau papier mat, mise en pages délicate, "Petit jardin de poésie" est une magnifique célébration de l'enfance, celle qui joue, celle qui rêve, celle qui imagine. Les sujets du quotidien sont réenchantés par ces textes peu connus de l'Américain Robert Louis Stevenson (1850-1894). Ils proviennent de son recueil "A Child's Garden of Verses" (1885). L'illustratrice française Ilya Green a su adoucir son trait, souvent très noir, pour se couler dans l'atmosphère de douceur et de poésie des extraits choisis. Ses images sont autant de petits tableaux subtils et évocateurs, joyeux et paisibles, privilégiant une belle couleur ocre orangé qui se marie fort bien avec le vert bleu choisi pour de nombreux autres éléments.

Ce "Petit jardin de poésie" crée une merveilleuse ambiance conduisant au rêve, à la découverte et aux voyages, que ce soit dans la maison ou dans le monde. Le principe de la double page, texte à gauche, illustration à droite, dans des teintes qui se répondent, génère un rythme propice à la lecture. Ce très bel album appelle à célébrer l'existence tout en se coulant à hauteur d'enfant. Pourquoi aller dormir dans son lit quand il fait clair? Pourquoi partager ses jouets avec un plus petit? Mais aussi, et surtout, il invite à imaginer des voyages lointains depuis le haut du cerisier ou le bord de la rivière, à transformer son lit en bateau, un coin de jardin en royaume... La nature et la maison ont tant à offrir pour peu qu'on pense à les regarder.

La poésie des textes n'est toutefois ni naïve, ni gnangnan, mais d'une simplicité et d'une évidence telles qu'on ne peut que se laisser happer par elle. D'autant qu'Ilya Green a su trouver de parfaits prolongements visuels aux textes de Stevenson. Un album tranquille et délicieux, à ne pas rater. Pour tous.


Le texte de Robert Louis Stevenson apparaît en page de gauche. (c) Grasset Jeunesse.

L'illustration d'Ilya Green se trouve en regard, en page de droite. (c) Grasset Jeunesse.

Cet album est le deuxième de la collection "La collection". Son premier principe, littéraire, est de puiser dans le patrimoine littéraire, passé et présent, des textes adaptés aux jeunes lecteurs, puis de les mettre en images en faisant appel à des illustrateurs contemporains. Son second principe est graphique. Les illustrateurs ne disposent que d'une semaine pour poser leur regard sur les textes et réaliser des images dans une palette limitée à trois ou quatre couleurs. Une contrainte qui donne de super beaux résultats! Le premier titre de "La collection" est "Histoires naturelles" de Jules Renard illustré par Jean-François Martin (2016). Le troisième paraîtra en octobre, "Valse de Noël" de Boris Vian illustré par Nathalie Choux.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire