Nombre total de pages vues

samedi 5 décembre 2020

Le décès d'Alison Lurie, formidable romancière qui s'intéressait aussi à la littérature jeunesse

Alison Lurie.

On apprend le décès, à l'âge de 94 ans, ce 3 décembre à Ithaca dans l'Etat de New York, d'Alison Lurie. La romancière, chroniqueuse et essayiste américaine était née le 3 septembre 1926 à Chicago (Illinois). Alison Lurie était une formidable et féconde romancière de littérature générale,  composant des critiques piquantes de la société occidentale. Ses livres ont été traduits en français chez Rivages, et sont pour la plupart toujours disponibles. Chapeau à l'éditeur!

Elle a reçu le prix Pulitzer en 1985 pour son roman "Foreign Affairs" (1984) ("Liaisons étrangères" traduit de l'anglais par Sophie Mayoux , Rivages, 1989) et le prix Femina étranger 1989 pour son roman "La Vérité sur Lorin Jones" ("The Truth about Lorin Jones", 1988, traduit de l'anglais par Sophie Mayoux, Rivages).

On sait moins qu'Alison Lurie s'intéressa aussi de très près à la littérature de jeunesse. Principalement en tant qu'essayiste. Elle remporta néanmoins en 1982 une mention au Premio Grafico Fiera di Bologna per la Gioventù, à la Foire du livre de jeunesse de Bologne, pour son album "Fabulous beasts", illustré par Monika Beisner ("Des animaux extraordinaires", Rivages).





Dans le monde de la littérature de jeunesse, Alison Lurie est surtout connue pour ses deux formidables essais, "Ne le dites pas aux grands" (traduit de l'anglais par Monique Chassagnol, Rivages, 1991, poche, 1999) et "Il était une fois… et pour toujours" (traduit de l'anglais par Emmanuelle Fletcher, Rivages, 2004,  poche, 2008). Les deux livres sont toujours disponibles et leur lecture est toujours aussi intéressante.

Lire des contes traditionnels aux enfants n'a jamais cessé. Les chers petits se plaisent à toutes les époques à écouter les vieilles histoires de Cendrillon, Blanche-Neige ou du Chat botté? Le succès des contes de fées ne s'est jamais démenti. Et Walt Disney n'en est pas le seul responsable. Dans les années 1990, les éditeurs jeunesse ont même multiplié les parutions reprenant les versions originales. Les seules capables d'exercer leur magie sur les enfants.

Bien sûr, les détracteurs des contes prétendent qu'ils traumatisent les jeunes lecteurs. Faux, leur rétorque Bruno Bettelheim (l'auteur de "Psychanalyse des contes de fées") car, répondant de façon précise à leurs angoisses, ils exercent sur eux une fonction thérapeutique en les informant des épreuves à venir. Ils aident les enfants à mettre de l'ordre dans leurs sentiments, et, par là, dans leur vie. Ils leur apprennent un nombre infini de choses sur les problèmes intimes de l'être humain, et sur leurs solutions.

Cette fonction, essentielle, d'exorciser les peurs et les angoisses explique aussi le succès durable de ces classiques de la littérature. Dans "Ne le dites pas aux grands", un ouvrage puissant et accessible sous-titré "Essai sur la littérature enfantine", Alison Lurie attribue cette réussite au fait que les classiques (dont les contes) font la satire de la société adulte et de ses conventions, touchant l'imagination du jeune lecteur. Pour elle, les contes de fées constituent la littérature clandestine de l'enfance.



Alison Lurie.
L'auteur des "Liaisons étrangères" remarque que les auteurs de classiques pour la jeunesse regardent les dessous du monde et en notent ses aspects les moins respectables, tout comme des petits enfants qui jouent par terre voient le chewing-gum collé sous les belles tables d'acajou verni et les ourlets des robes de soie tenus par des épingles de nourrice.

Alison Lurie place les contes populaires parmi les textes les plus subversifs de la littérature enfantine car ils défendent - de manière déguisée - les droits des membres les plus désavantagés de la société (enfants, femmes et pauvres) contre le système en place.

Elle évoque aussi le type de récit "convenable" qu'elle recevait dans son enfance: des histoires où enfants et parents étaient semblables à ceux qu'elle connaît. Ils ne faisaient jamais rien de mal, et rien d'étonnant ni de dangereux ne leur arrivait jamais, écrit-elle. Plus âgée, elle comprend combien ces récits sont irréalistes. Les contes de fées, poursuit-elle, comme nous l'avions soupçonné, ont entièrement raison: le monde est rempli de géants hostiles et stupides, de parents qui abandonnent leurs enfants dans la forêt, de châteaux aux mille dangers.


Une dizaine d'années après la parution de son essai "Ne le dites pas aux grands", référence en la matière, Alison Lurie l'a complété par "Il était une fois… et pour toujours", où elle poursuit sa réflexion sur la "littérature enfantine". Cet ensemble réunit des articles précédemment publiés. L'auteur y brosse le portrait de quelques auteurs de livres pour enfants qui, avance-t-elle, "ne ressemblent pas aux autres écrivains: au fond d’eux-mêmes, et cela leur est particulier, ils restent des enfants". Elle raconte ainsi comment étaient Hans Christian Andersen, un "vilain petit canard lui-même", Louisa May Alcott, la célèbre auteur des "Quatre filles du docteur March", Frank Baum, créateur du "Magicien d'Oz", et, plus proches de nous, Jean de Brunhoff et son Babar ainsi que Joanne Kathleen Rowling, la célébrissime auteure de Harry Potter.

Alison Lurie rend aussi à Carlo Collodi la paternité de Pinocchio, grandement effacée par les dessins animés de Walt Disney, présente "Moumine le Troll", tellement chéri dans les pays scandinaves, aborde les contes de fées, la poésie et le thème de la forêt en littérature de jeunesse. Certains auteurs comme le Docteur Seuss figurent aussi dans ce livre passionnant, nous rendant encore plus triste de la maigreur de leurs traductions en français. Depuis, plusieurs  ouvrages de Dr Seuss, traduits par Stephen Carrière, sont disponible chez  le Nouvel Attila.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire