Nombre total de pages vues

lundi 5 février 2018

Décès d'Henriette Bichonnier, écrivain jeunesse

Henriette Bichonnier.

On apprend aujourd'hui le décès d'Henriette Bichonnier, à l'âge de 74 ans, survenu le 20 janvier 2018. Son nom restera associé à quelques albums qui ont fait rire et trembler des milliers d'enfants, "Le monstre poilu" (illustré par Pef, Gallimard Jeunesse, 1982), "Le roi des bons" (illustré par Pef, Gallimard Jeunesse, 1985, prix Bernard Versele 1986 de la Ligue des familles de Belgique), "Pincemi, Pincemoi et la Sorcière" (illustré par Pef, Gallimard Jeunesse, 1986), entre autres titres. Des livres de contes, des livres drôles, des livres pour avoir peur et en rigoler, des livres pour réfléchir un peu, publiés principalement chez Nathan, Grasset-Jeunesse, Gallimard Jeunesse et Hachette.


Née le 27 juin 1943 à Clermont-Ferrand, Henriette Bichonnier avait fait des études de langues et de lettres modernes. Après être devenue professeur d'anglais, elle s'est  tournée vers le journalisme (notamment la critique de théâtre pour enfants). Elle s'était installée à Paris à la fin des années 60. Elle a commencé à écrire des histoires en 1969. Elle a participé au journal "Pomme d'Api" en 1971. Elle a débuté dans la bande dessinée en même temps que François Bourgeon, dont elle sera la première scénariste dans les journaux "Lisette" (1972) et "Djin" (1974).

Si elle fut journaliste féministe à "F Magazine", puis responsable de la rubrique "Loisirs enfants" dans le supplément parisien de "Télérama", le véritable domaine d'Henriette Bichonnier, dont elle s’enorgueillissait, était la littérature de jeunesse. Elle a écrit une centaine d'ouvrages, texte d'albums et romans, à destination des enfants.

Citons encore son roman "Émilie et le Crayon magique" (Hachette, 1979), l'album "Clémentine et Célestin et la neige" (illustré par Pierre-Yves Robin, Guy Autréau, Grasset, 1979 et récompensé à la Foire de Bologne 1980).













Toujours Henriette Bichonnier encouragea les auteurs à être fiers de publier en littérature de jeunesse. Ses écrits ont contribué à lui apporter ses lettres de noblesse. Et elle n'hésita jamais à rencontrer des enfants pour leur faire découvrir le plaisir de lire. Quelques héros et ses lecteurs sont tristes ce soir.



Via Gallimard Jeunesse, l'hommage que Pef a tenu à rendre à Henriette Bichonnier dans une dernière lettre.

Chère Henriette,
Tu ne recevras pas cette lettre, feuille volante sans adresse, tu es partie je ne sais où sinon vers l'absence. Tu me téléphonas un jour de veille de Noël, me demandant si je voulais entendre une histoire en cadeau de parole. Il s'agissait bien sûr de l'horrifique aventure du Monstre Poilu. J'en ai sauté de joie et du désir de partager ton récit avec des enfants, en un mot, la faire éditer.
Trois mois plus tard, coup de fil de Pierre Marchand, le grand timonier de Gallimard Jeunesse :
– Écoute, Pef, on s’est trompés dans nos calculs d'édition d'une dizaine de "Folio Benjamin" en partance pour Trieste. Il en manque un, mais j'ai un texte épatant, une histoire de monstre poilu…
C'était ton histoire, Henriette, elle attendait dans une pile de manuscrits à l'équilibre incertain.
– Viens me voir, reprit Pierre, je te dirai pourquoi il faut que tu me dises oui.
Ce "oui", Henriette, je le portais déjà, même si j'étais alors sur d'autres projets.
Je ne savais pas qu'il y avait le feu, que je devais, dès le lendemain, revenir chez notre futur éditeur avec le découpage, puis partir aussitôt en Normandie en compagnie de Geneviève, mon épouse et coloriste. Sans te mettre au courant, chaque minute comptait, Henriette, j'ai sommairement fait les crayonnés puis, en trois jours et trois soirées, j'ai encré mes dessins, passant les noirs à Geneviève assise à côté de moi. Il ne fallait pas perdre une seconde.
Le lundi matin, j'ai porté les planches chez Gallimard. Compo et maquette dans la foulée. Tout est parti le soir dans l'avion de Trieste. Le vendredi suivant, imprimé et broché, le livre était dans mes mains et les tiennes.
Si j'ai pu tenir ce délai, Henriette, c'est que ton histoire était porteuse d'insolence autant que d'enthousiasme. Elle vivait déjà en moi depuis ce fameux Noël. Je ne te l'ai jamais dit, mais la petite Lucile a réellement existé. Elle doit avoir aujourd'hui la quarantaine. Je l'ai rencontrée en mai 81, au Havre, le lendemain de l'arrivée au pouvoir de Mitterrand. Elle était encore plus en retard que les enseignants perdus dans leurs commentaires égrenés en ma compagnie dans le couloir de l'école.
Cette petite a jailli entre nous en lançant un "Ça va, ça va, ça va?" que j'entends encore.
Puis elle a disparu au premier coin mais nous avons vu sa tête réapparaître, le visage pouffant derrière sa petite main. Et les enseignants d'hausser les épaules en disant:
– Ah, celle-là, elle change pas…
Personne ne se doutait que cette petite de CP allait m'inspirer le personnage de Lucile, cette héroïne capable de faire exploser un monstre abominable.
Tu aimais beaucoup l'Italie, Henriette, où tu avais des attaches familiales. Nous y sommes allés plusieurs fois pour rencontrer les jeunes lecteurs du Mostro Peloso dont le succès, là-bas, ne s'est jamais démenti depuis trente-six ans. C'est pourquoi je ne te dis ni au revoir, ni adieu mais tout simplement: Ciao!
Pef




Aucun commentaire:

Publier un commentaire