Nombre total de pages vues

lundi 30 mars 2015

Reading in the rain, reading in the rain

Le formidable Festival Passa Porta 2015, cela a été ceci et cela hier dimanche 29 mars. Mais cela n'a pas empêché 8.000 personnes, selon les organisateurs, de se rendre de rencontre littéraire en rencontre littéraire dans le centre de Bruxelles, croisant par moments les participants à la Grande Parade. Une centaine d'écrivains étaient venus à Bruxelles pour cette cinquième édition (lire ici). Seule Lydie Salvayre avait dû annuler sa participation pour raisons personnelles.

Frédéric Beigbeder a accueilli son public par ces mots: "Merci d'avoir bravé les intempéries, le froid et la pluie mais aussi le vent; je suis venu à pied de mon hôtel, c'était terrible." 

Le malicieux Ian McEwan a aussi remercié la très nombreuse assemblée de la salle Henri le Bœuf , commentant ainsi sa première visite à Bruxelles: "J'ai vu à Bruxelles les plus belles et les plus vilaines rues".

Impossible d'être partout, malgré chaussures de marche et parapluie, mais voici quelques points de mon parcours. Demeurent bien entendu les livres de tous ces auteurs, nos meilleurs amis. Extraits de mon carnet de notes.

Nancy Huston "Il faut des faiblesses pour écrire des romans".

Pierre Assouline "La guerre oblige les gens à se révéler"

Valérie Zenatti "La guerre est une main invisible qui saisit les êtres
et les fracasse"

Pierre Assouline "Il y a des livres qu'on écrit à 30 ans, à 40 ans, à 50 ans, à 60 ans. Chaque livre vient à son heure. Il s'impose dans votre vie"

Régis Jauffret "Je suis un auteur comique"

Frédéric Beigbeder "Je suis très Dr Jekyll et Mr Hide"

Frédéric Beigbeder "Je suis plus vieux que toutes mes idoles écrivains, mortes entre 40 et 50 ans"

Ian McEwan "Le roman entre dans l'esprit des personnages,
 ce que ne fait pas le reportage"

Ian McEwan "C'est la curiosité qui nous maintient dans le monde
et dirige un roman".






Aucun commentaire:

Publier un commentaire