Nombre total de pages vues

jeudi 1 mars 2018

Adieu à l'enfance, adieu à la Syrie

Omar Youssef Souleimane.

Omar Youssef Souleimane est un journaliste, poète et écrivain syrien, né en 1987 à Quoteifé, près de Damas, et vivant en France depuis 2012 où il est réfugié politique. Après plusieurs recueils de poèmes et un récit autobiographique, il publie aujourd'hui un formidable récit, "Le petit terroriste" (Flammarion, 212 pages). Un livre où il raconte sans fard son enfance de petit Syrien élevé dans une famille salafiste, préparé à être un "petit terroriste". Sauf qu'il résiste mais devra en payer le prix, quitter fissa la Syrie où il est recherché et être exfiltré à Paris.

Le récit est construit en cinq grandes parties, "La rue de Paradis", "Une ville de fer", "Un chemin dans le néant", "Dieu et le diable" et "Le salut", chacune abritant de brefs chapitres, sobres pièces d'un puzzle qui s'assemble sous les yeux du lecteur. Un tableau qui raconte simplement, de l'intérieur, la vie d'une famille salafiste "normale", ce qui peut faire se dresser les cheveux sur la tête mais permet aussi de comprendre ce qui se passe là-bas, sujet rarement abordé.

Le livre commence avec les premières heures de l'auteur en France. A la sortie de l'avion, dans l'aéroport, le métro, à l'adresse écrite sur une feuille de papier. En parallèle, la situation en Syrie, les questions à sa famille, la préparation physique de son départ, dont le grimage, l'attente du bon moment, la fuite... Le changement de statut: "Bienvenue, vous êtes des réfugiés", le camp, l'hôtel, l'interrogatoire, l'ambassade de France, le vol Amman-Paris, l'arrivée en France, les cours de français, l'exil et l'attaque de Charlie-Hebdo.

L'auteur remonte ensuite dans son passé, à son adolescence en Arabie saoudite, où travaillent ses parents dentistes, son entrée à l'école réservée aux Saoudiens, les moqueries racistes dont il fait l'objet, le lieu où son frère aîné l'initie aux mystères de la sexualité, tout en la teintant de religion. La religion, omniprésente, toute-puissante, disant que dire, que faire, que penser, que manger, où être, etc., dans une société bourrée d'idées reçues, pour laquelle par exemple un Egyptien est un voleur, un Soudanais un esclave et un Syrien un maquereau.

Si l'enfant est docile, l'adolescent s'insurge. Ce mode de vie le fait devenir un rebelle. Omar Youssef Souleimane poursuit son récit d'étudiant brillant, qui observe aussi bien le trafic de captagon que l'incitation à tuer des Juifs, qui soupire pour la jolie Mouna et s'occupe des soins au nouveau bébé de la famille.

L'histoire récente du monde défile, 11 septembre, Ben Laden, Afghanistan, telle que la voit une famille salafiste dont le père rêve de partir faire le djihad avec d'autres. Que devient la foi du "petit Omar" là-dedans? Que devient le "petit terroriste"? Religion et poésie, fenêtre de liberté de l'auteur qui lit Eluard et Aragon, sont-elles compatibles? Le pèlerinage à La Mecque sera pour lui une autre occasion de réflexion, avant le retour au pays natal et les grands choix de vie qui auront leurs conséquences.

Le récit s'arrête là. Ensuite, entre 2006 et 2010, Omar Youssef Souleimane est journaliste pour la presse syrienne et publie ses premiers poèmes. En 2011, il prend part aux manifestations contre l'état d'urgence en vigueur depuis 1963. Lorsque la guerre civile éclate et qu'il est recherché par les services secrets de son pays, il quitte la Syrie pour la Jordanie, puis la France qui lui accorde l'asile politique. On se retrouve au début de son livre, un récit autobiographique, écrit en français, après six ouvrages de poésie. Une clé précieuse pour comprendre ce monde dirigé par le Coran qui nous fait souvent peur. Un récit bouleversant qui célèbre l'esprit de résistance.


Pour lire le début du récit "Le petit terroriste", c'est ici.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire