Nombre total de pages vues

mercredi 27 mai 2020

Qui habite chez qui?

#confinothèque43
Aujourd'hui, un de ces albums jeunesse qui ont croisé la covid19 et sont arrivés en librairies juste avant ou en même temps que la fermeture de ces dernières à cause des mesures de confinement.

Séance de musique. (c) Albin Michel Jeunesse.


Quand on partage son lieu de vie avec un ou des chats, on ne sait jamais trop bien qui habite chez qui. Ou plutôt si, on le sait. C'est l'humain qui habite chez le(s) chat(s). C'est dire si le nouvel album jeunesse de Pauline Martin, découverte avec l'exquis "Mon amour" (lire ici), "Mon gros chat" (Albin Michel Jeunesse, 32 pages), nous parle. On y découvre une petite fille et son gros chat. Sa finale mène sur un autre chemin, festif, et rend cet album délicieux pour les jeunes enfants, dès 3 ans, comme pour les adultes vivant avec un ou des chats.

Lever. (c) Albin Michel Jeunesse.

On ne regarde jamais assez les couvertures. La preuve encore ici puisque tout y est dit et qu'on n'en tient pas compte. On suit dans ces exquises illustrations sur simple ou double page la journée de la narratrice et de son chat depuis leur lever. Chaque moment est ponctué d'une phrase ritournelle, "Mon gros chat n'aime pas" chaque fois complétée... Quand il n'aime pas "le matin", on le voit ouvrir un œil mauvais affalé sur un coussin posé sur le lit de la petite fille. Quand il n'aime pas "les nuages", il trône sur le bord de la baignoire, de la mousse sur la tête. Quand il n'aime pas "le vent", il se place en plein souffle du sèche-cheveux! Impossible de ne pas sourire devant ses mimiques.

Ablutions. (c) Albin Michel Jeunesse.

La séquence du petit déjeuner est également exquise. De page en page, le gros chat est partout et prend toute la place quand il n'empêche pas les activités de la petite fille. Comment lire, un gros chat sur les genoux? Comment répéter son piano quand le matou se promène sur les touches? La journée avance dans ces "désamours" en simples ou doubles pages. Dedans, dehors, dans une maison d'apparence classique, dont la déco presque désuète, papiers-peints, meubles, cadres au mur, se savoure et incite au calme.

Petit déjeuner. (c) Albin Michel Jeunesse.

Imperturbable, la narratrice poursuit ses activités, cueillir des fleurs, cuire un gâteau, chercher des cotillons, toujours ponctuées du refrain "Mon gros chat n'aime pas...", indifférente aux caprices félins. Qui n'a pas vécu avec un chat? Mention spéciale pour la double page "Mon gros chat n'aime pas monter l'escalier ni le descendre". Et impeccable finale en pirouette où on comprend que la fillette a organisé une fête d'anniversaire pour son gros chat (revoyons la couverture) et que si ce dernier déteste tout, c'est tout simplement parce qu'il n'aime qu'elle!

Avec ses couleurs tendres posées en aplats et ses illustrations délicates, "Mon gros chat" transforme formidablement le quotidien en une histoire à hauteur d'enfant.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire