Nombre total de pages vues

jeudi 14 décembre 2017

Mer, étang, rivière, forêt, pull, variations en vert


Est-ce moi qui les remarque davantage (lire ici) ou le vert sied-il aux couvertures des albums jeunesse? En voici une farandole chromatique en dix stations, sur tous les sujets et pour tous les âges.


La petite sirène


Fish Girl
David Wiesner
Donna Jo Napoli
adapté de l'américain par Julia et Simon Segal
Le Genévrier
collection "Est-Ouest"
192 pages

On connaissait l'Américain David Wiesner auteur-illustrateur d'albums très visuels, "Monsieur Chat!" au Genévrier, "Mardi" chez Il était deux fois, "Les trois cochons" chez Circonflexe, par exemple. On le découvre coauteur et illustrateur d'un remarquable roman graphique, une bande dessinée donc, d'une longueur inhabituelle (près de 200 pages) mais tenant remarquablement la route. "Fish Girl" est à la fois le titre de cette épatante histoire de sirène et son nom.

Les "Merveilles de l'Océan". (c) Le Genévrier.
Une quête initiatique peu commune qui se déroule dans un aquarium où règne le roi Neptune. Il propose à ses visiteurs de tenter d'apercevoir Fish Girl qui vit dans un univers extraordinaire. Avec sa queue de poisson, la sirène se cache entre les algues ou derrière ses amis les poissons, sans oublier l'immense pieuvre, sa confidente et sa protectrice.

Fish Girl ne sait ni parler ni marcher mais arrive à un âge où elle se pose des questions et ne veut plus dépendre uniquement de son gardien royal. Elle commence à comprendre qu'il ne lui a peut-être pas tout dit par rapport à elle. Heureusement, parmi les visiteurs des Merveilles de l'Océan se trouve la jeune Livia, du même âge qu'elle, avec qui elle se lie secrètement d'amitié. C'est parti pour une série d'expériences et d'épreuves passionnantes, particulièrement inventives dans la maison aquarium ou dans la mer, teintées d'un rien de fantastique, admirablement portées par les illustrations de David Wiesner. Une bande dessinée originale et palpitante de bout en bout. Pour tous à partir de 10 ans.

Le Roi Neptune fait son spectacle. (c) Le Genévrier.


Muet comme une carpe


Le poisson
Ronald Curchod
Rouergue
48 pages

Un album quasiment sans texte, sur doubles pages à bords perdus. On suit d'abord un enfant au bord de la rivière. Il y trouve successivement les éléments qui lui sont nécessaires pour fabriquer des appâts pour la pêche à la mouche. En parallèle se déroulent dans de fascinantes grandes peintures à l'acrylique en vert, en bleu, en rouge, des scènes de vie dans la rivière ou dans le ciel: poisson, insecte, grenouille, lièvre sans oublier le travail du jeune pêcheur chez lui.

Arrive la séance de pêche à la mouche. Un poisson mord à l'hameçon. L'enfant le ramène sur la berge. Ils se regardent en silence, échange muet mais puissant. Que va-t-il se passer? Réponse dans cet album, le deuxième titre jeunesse du peintre et affichiste Ronald Curchod, qui explore graphiquement la question du plaisir et de ses limites. Les images saisissantes dévoilent aussi bien les paysages que des scènes d'action, la surface de l'eau ou celle de l'œil quand elles ne plongent pas carrément dans le cerveau du jeune pêcheur. Un somptueux album à ressentir.

Une plume pour faire une mouche. (c) Rouergue.


Le temps, rapide et lent


Quelques battements d'ailes
Mickaël El Fathi
Pierre Pratt
Møtus
40 pages

Après deux magnifiques albums en solo, "Mo-Mo", sur la perte des mots, et "L'eau de Laya", hommage à la création (même éditeur, 2014 et 2015), Mickaël El Fathi signe un très beau texte sur le temps et la manière dont on le perçoit, superbement illustré par le Canadien Pierre Pratt ("Marcel et André" au Sourire qui mord en 1994, "Beaux dimanches" et "La vie exemplaire de Martha et Paul" au Seuil en 1996 et 1998).

Le narrateur se met dans la peau d'une montagne qui voit passer les années et les siècles. Des mots simples pour dire le temps qui passe, vite ou lentement, les deux à la fois parfois. Par exemple: "Je suis cette montagne qui voit défiler les forêts et les ciels depuis la nuit des temps." La formule permet de se couler dans l'album dont les illustrations sur double page révèlent la transformation du même paysage dans lequel évoluent toujours des êtres humains et des animaux. Choc des échelles de grandeur avec cette montagne millénaire qui perçoit en secondes ce que les humains vivent en une vie mais qui vieillit quand même.

Un superbe album pour rêver et réfléchir au temps qui passe et à notre monde qui évolue. Pour tous à partir de 5 ans.

Le temps passe. Vite ou lentement? (c) Møtus.


Aux bons soins du vent


Les lettres de l'ourse
Gauthier David
Marie Caudry
Casterman
56 pages

Deux amis, une ourse et un oiseau, ont passé un été délicieux ensemble. A son terme, il est parti vers le sud retrouver le soleil sur son île. Elle est restée chez elle, dans le nord. Elle a de la peine à se préparer à hiberner. Elle va, se dit-elle, écrire une lettre à l'oiseau chaque jour pour être près de lui. Mais dès le deuxième jour, l'ourse décide d'aller retrouver celui qui lui manque au bout du monde, encouragée par ses amis du nord.

Ce sont ces lettres, confiées au vent, délicatement rédigées par Gauthier David, que l'on découvre dans ce délicieux album épistolaire. "Cher Oiseau,... Mon Oiseau,..", toujours signées "Ton Ourse". Une typo aérée et en vis-à-vis un délicat dessin d'illustration de Marie Caudry. Ourse partage ses impressions de voyage, ses peurs, ses expériences, ses rencontres. Ses pérégrinations lui font rencontrer la guerre et la paix, découvrir des paysages inconnus, participer à une fête costumée et partager un bout de chemin avec une autre ourse... En point de mire, les retrouvailles avec Oiseau. Retrouvailles? C'est à voir car l'album est construit comme le "Cadeau des rois mages", le conte du nouvelliste américain O. Henry. Et sa fin est originale et réussie. Une façon peu commune de raconter l'amitié, le dépassement de soi et le monde comme il est. A partir de 5 ans

Ourse n'est pas très rassurée au début de son voyage. (c) Casterman.


Liberté et ténacité


Baya, l'étrangère
Emmanuelle Halgand
Versant Sud Jeunesse
44 pages

Un bel album à l'italienne, dont les illustrations souvent en aplats reflètent les couleurs chaudes d'un Maghreb bien irrigué mais bousculées par des motifs géométriques d'inspiration asiatique sur les vêtements féminins. L'histoire, presque une fable, que conte Emmanuelle Halgand est celle de Baya, une étrangère, pire, une jolie inconnue qui arrive un matin de mai, avec ses bagages et sa fatigue, dans le village pauvre où jouent Myriam, la narratrice, et son petit frère. Quoi? Une femme seule? Une méfiance généralisée escorte l'événement. Baya ne se laisse pas impressionner. Elle restaure seule une maison en ruines. Toujours accompagnée de chats, elle salue aimablement les uns et les autres. La seule à lui rendre visite, en secret, est Myriam, qui découvre chez elle une autre manière de vivre et les innombrables histoires que Baya lui raconte.

Les choses vont se corser quand celle qui est toujours dénommée l'"étrangère" décide de soigner les malades qui sont habituellement chassés du village. Aller contre ce qui se fait, rendre une dignité à ceux que la maladie a diminués, être libre, résister à la pression sociale? Baya va payer cher son humanité. Mais elle a semé en Myriam les graines de la colère légitime, de la solidarité et de la désobéissance civile. Et ces graines ont germé. L'indignation et la résistance de la jeune fille sont finalement contagieux. Expressives et pleines de détails, masquant les visages de la foule comme pour la rendre plus universelle, les illustrations accompagnent remarquablement cette lutte contre la bêtise et la haine. A partir de 4/5 ans.

Pour feuilleter l'album en ligne, c'est ici.

Myriam accueille Baya à son arrivée au village. (c) Versant Sud.


Un vieux pull vert


Einstein, sur un rayon de lumière
Jennifer Berne
Vladimir Radunsky
traduit de l’anglais par Ilona Meyer
Editions des Eléphants
56 pages

Une crinière blanche, une grosse moustache neigeuse, des yeux pétillants, un vieux pull vert... Mais bien sûr, c'est Albert Einstein, ce génie! Pas pompeux pour un sou comme l'ont montré différentes photos. Comme quoi, on peut être soi et être un chercheur exceptionnel. Etre lui-même, Albert Einstein l'a été dès son enfance, la preuve dans ce très bel album illustré à l'aquarelle. Il ne parlait ni à un an, ni à deux ans, ni à trois ans, soutenu par des parents aimants. Et pour cause! Il était trop occupé à regarder le monde. Une boussole reçue de son père lui révélera qu'en fait il veut COMPRENDRE le monde.

Différent mais si précieux. (c) Ed. des Eléphants.
On le suit dans ses jeunes années et ses moments difficiles à l'école, dans ses rêves et ses idées les plus folles dont celle "de traverser l'espace à toute allure sur un rayon de lumière". Pour y arriver, il pose des questions, mille questions. Pour y répondre, il se met à lire et à étudier, à compter et à calculer, et à se poser mille autres questions.

Jennifer Berne fait bien comprendre comment cet être curieux de tout est parvenu à ses nombreuses découvertes. Une biographie terriblement humaine originale et rassurante, portée par les illustrations complices de Vladimir Radunsky. Pour tous, à partir de 6 ans.

Albert Einstein réfléchit tout le temps. (c) Editions des Eléphants.


Cuisine-randonnée


La souris qui voulait faire une omelette
Davide Cali
Maria Dek
Hélium
48 pages

Comment faire une omelette quand on n'a pas d'œuf? En allant en demander un au voisin, pardi. C'est ce que fait la souris qui se rend chez le merle. D'œuf, il n'en a point, mais il propose à la place de la farine, pour faire un gâteau. Le loir, le voisin suivant, ne dispose pas d'œuf non plus, mais il a du beurre... Les candidats cuistots rendent ainsi visite à tous leurs voisins afin de découvrir l'œuf que voulait la souris pour faire son omette.

Le conte-randonnée composé par Davide Cali a une jolie musique avec son "Il était une fois une souris, un merle, un loir, une taupe..." qui s'allonge à chaque nouvelle visite. Il s'appuie sur l'intéressant travail graphique de Maria Dek, des illustrations sur fond blanc dans les jolies teintes des animaux des bois. Les animaux finiront-ils pour trouver l'ingrédient intial? Oui mais avec une mauvaise surprise momentanée pour celle qui le cherchait. Momentanée car le gâteau sera finalement partagé entre tous ceux qui en ont fourni un ingrédient, fut-ce l'idée. Une histoire joyeuse et morale dans le bon sens du terme qui fait aussi comprendre le principe de l'autogestion. A partir de 3 ans.

"Il était une fois une souris, un merle, un loir..." (c) Hélium.


La nouvelle voisine


Une maison dans les buissons
Akiko Miyakoshi
traduit du japonais par Nadia Porcar
Syros
32 pages

A voir les paysages et les portraits, on sait tout de suite que cet album sur beau papier mat épais vient du Japon, dans la ligne de Mitsumasa Anno et de Komako Sakaï. C'est l'histoire toute simple, charmante et évidente de la petite Sakko qui vient de déménager et a envie de rencontrer sa jeune voisine. Elle se promène ici et là.

Dans le champ tout proche, les pissenlits sont magnifiques. Sa cueillette est interrompue par un "miaou". Elle suit le chat dans les buissons qui font comme une maison. Elle découvre une dînette dans un panier. En guise de signe, elle le décore de ses fleurs jaunes, puis de blanches qu'elle a repérées par la suite. Quand elle revient dans la cachette après son goûter, elle trouve la table mise et la jeune voisine Yoko enchantée. Une nouvelle amitié est née, tendre et attentionnée. Un album tout en douceur, à hauteur d'enfant. A noter qu'Akiko Miyakoshi est aussi l'auteur du très bel album "Quand il fait nuit" (même éditeur). A partir de 4 ans.

Des pissenlits pour décorer le panier. (c) Syros.


Miam, des frissons


La bête de mon jardin
Gauthier David
Samuel Ribeyron
Seuil Jeunesse
40 pages

Qu'il est agréable de se faire peur! Alors, il faut profiter de cet album aux teintes sombres de nuit, dont les effets sont accrus par les découpes des pages... L'histoire est celle d'un enfant qui, depuis la fenêtre de sa chambre, croit distinguer une bête menaçante dans les buissons de son jardin. Intrépide mais tremblant, il sort de la maison mais ne voit plus rien dans les buis. Il rentre, ignorant qu'une paire d'yeux l'observait, faisant mille plans dangereux pour lui. Bête réelle, imaginée, sortie d'un livre? A chaque lecteur, à la fois du côté de l'enfant et de celui de la bête, d'apporter sa réponse après avoir frissonné devant cet album qui joue savamment avec la peur du noir et l'imagination. A partir de 4 ans.

L'enfant et la bête du jardin. (c) Seuil Jeunesse.


Coâââââ coâââââ


La grenouille
Bernadette Gervais
Albin Michel Jeunesse
24 pages animées

Il y a bien sûr la rainette verte, mais il y a aussi la grenouille des fraises, la grenouille tomate ou la dendrobate bleue d'autres couleurs. Mais si on pense grenouille chez nous, on en voit une bien verte. Ce documentaire aux pages munies de volets à soulever explique de façon simple et imagée les particularités du batracien, description générale, yeux, langue, pattes, respiration, alimentation, habitat, reproduction. Les mécanismes de papier permettent une approche ludique. En parallèle, le livre pointe les dangers qui menacent les espèces mais se termine sur un jeu des sept erreurs. Les images sont aussi charmantes qu'explicatives. A partir de 3 ans.


Quelques aspects de la grenouille. (c) Albin Michel Jeunesse.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire