Nombre total de pages vues

lundi 24 septembre 2018

"Portées-portraits" avec Ariane Le Fort ce lundi

Ariane Le Fort.

Ce lundi 24 septembre, le remarquable cycle de soirées littéraires en musique Portées-Portraits, organisé par Geneviève Damas et sa compagnie Albertine, fait sa rentrée à  la Maison Autrique (1030 Bruxelles). Et c'est Ariane Le Fort qui l'inaugure avec son dernier roman en date, "Partir avant la fin" (Seuil, 174 pages).
Cette nouvelle saison est intitulée "Reculer les murs". Pour inviter chacun à sortir de ses zones de confort et à investiguer des territoires inconnus. Pour découvrir des auteurs contemporains le temps d'une lecture-spectacle, plusieurs fois par an. En effet, à "Portées-Portraits", des comédiens donnent à entendre des extraits de livres "coups de cœur", accompagnés par des musiciens. 

Ce lundi soir, "Partir avant la fin" d'Ariane Le Fort, sera lu par Véronique Biefnot dans une mise en voix d'Emmanuel Dekoninck, avec Olivier Colette au piano. La lecture-spectacle débutera à 20h15 (durée 1 heure 15) mais une rencontre avec l'auteure est organisée sur place à 19 heures. Un roman qui arrive cinq ans après le précédent, dans le tempo habituel de l'écrivaine née à Mons en 1960. Un roman sans gras comme écrit Ariane Le Fort.

"Partir avant la fin", c'est l'histoire d'une femme loin dans la cinquantaine qui vivote sa vie. Léonor a une sœur, Violette, et une mère fort âgée qui rêve d'en finir mais de belle façon. Elle a aussi une fille adulte qui vit sa vie d'adulte. Mais l'intrigue est ailleurs dans ce roman en deux parties qui portent les noms de deux hommes, Nils et Dan. Nils, l'homme que Léonor vient de rencontrer et pour qui elle éprouve une attirance d'ado, avec qui elle redécouvre le sexe et son corps, avec qui elle a un comportement d'amoureuse inquiète, sans savoir ce qui viendra ensuite. Dan, l'Américain qu'elle aime depuis quarante ans et qu'elle retrouve épisodiquement à New York la plupart du temps. Pas cette fois-ci, Dan et elle ont programmé un séjour de dix jours à Budapest. Oui, mais Nils?

Ce mauvais timing est également bousculé par l'état de la maman qui perd la mémoire autant que ses forces. Qui veut partir avant la fin. A moins que ce ne soit Léonor? Ariane Le Fort triture à sa façon, à la fois crue et sensible, drôle et triste, les paradoxes de la vie telle qu'on ne les prévoit pas. Un roman qui est une chanson douce qui résonnera à l'oreille de nombreuses femmes de 57 ans ou environ.

Romans d'Ariane Le Fort

  • 1989 "L'eau froide efface les rêves" (Editions Régine Desforges)
  • 1994 "Comment font les autres?" (Seuil)
  • 1999 "Rassurez-vous, tout le monde a peur" (Seuil)
  • 2003 "Beau-fils" (Seuil, prix Rossel)
  • 2010 "On ne va pas se quitter comme ça?" (Seuil)
  • 2013 "Avec plaisir, François" (Seuil)
  • 2018 "Partir avant la fin" (Seuil)



Pratique
Ce lundi 24 septembre
A la Maison Autrique, chaussée de Haecht, 266 à 1030 Bruxelles.
Rencontre avec l’auteur à 19 heures
Lecture-spectacle à 20h15
Prix des places: 8 € (permettant de visiter toute la maison)
Renseignements et réservation conseillée:
02/245.51.87 ou albertineasbl@gmail.com
www.compagniealbertine.be


Aucun commentaire:

Publier un commentaire