Nombre total de pages vues

lundi 2 mars 2020

Les migrants et les déracinés de tous pays portés par la force et le talent d'Issa Watanabe

"Migrants". (c) La joie de lire.

L'actualité des migrants et des demandeurs d'asile, une nouvelle fois désolante, révoltante, m'incite à parler de ce splendide album jeunesse tout juste paru.

En couverture, sombre, très sombre, une procession d'animaux anthropomorphes, munis de bagages à main ou de minuscules sacs à dos. Lion, toucan, cochon, éléphant, lapin, grenouille, oie, renard, rhinocéros, autruche, perroquet,.., ils avancent dans une étrange lumière qui fait scintiller leurs couleurs, la mine grave, le dos courbé par la fatigue ou la tristesse. Ils ne se parlent pas. Ce sont des "Migrants", magnifique album jeunesse de la Péruvienne vivant depuis 15 ans en Espagne Issa Watanabe (traduit de l'espagnol, La joie de lire, 40 pages).

"Migrants". (c) La joie de lire.

Ils marchent dans une forêt obscure et sont suivis. Ils sont suivis par la Mort, accompagnée d'un grand oiseau bleu comme destrier, vêtue d'un joli manteau fleuri. Elle ramasse une sorte de cartable brun qui semble tombé de la procession. Veut le rendre. Pas de réaction.

"Migrants". (c) La joie de lire.

La marche reprend à travers la nuit, avec une marcheuse supplémentaire. Parfois, la cohorte s'arrête pour dormir ou pour manger. Puis elle repart.

"Migrants". (c) La joie de lire.

Tout d'un coup, les marcheurs aperçoivent la mer. Ils se précipitent pour monter dans une barque. L'esquif est bien fragile pour supporter tout ce poids. Il finit par craquer et sombrer. Les migrants tentent de nager. Installée sur son oiseau bleu, volant dans le ciel d'encre, la Mort attend son heure. Car tous n'arriveront pas vivants sur l'autre rive.

"Migrants". (c) La joie de lire.

Un des leurs s'est noyé. Hommage lui est rendu par les animaux avant qu'il ne soit confié à la Mort dans une illustration d'une beauté et d'un désespoir tels qu'on ne peut que songer aux photos du petit Aylan sur une plage de Turquie. Avec son style hyperréaliste mais une pudeur extrême, Issa Watanabe est parvenue à faire ressentir la situation des migrants et des déracinés dans un album sans texte. La force et la beauté de ses images dépassent tous les discours et toutes les explications. Il suffit de laisser infuser "Migrants" en soi. A partir de 7 ans.


Une vidéo sur l'album ici.












Aucun commentaire:

Publier un commentaire