Nombre total de pages vues

dimanche 12 février 2017

L'artiste Dahlov Ipcar rêvait d'être centenaire

Dahlov Ipcar en 2015.

Née Zorach, Dahlov Ipcar aurait eu cent ans le 12 novembre 2017, et se réjouissait de fêter son centenaire. La peintre, illustratrice et auteure américaine est décédée vendredi soir, le 10 février 2017, dans sa ferme de Georgetown (Maine) où elle vivait depuis 1937 avec feu son mari Adolph et avait longtemps travaillé tout en élevant sa famille. Fille des artistes modernistes William et Marguerite Zorach, elle était née à Windsor (Vermont) le 12 novembre 1917. Mais elle a grandi à Greenwich Village et a développé très jeune son intérêt pour l'art tout en fréquentant des écoles progressistes.

Le vendredi de sa mort, elle avait passé la majeure partie de sa matinée à son chevalet, avait discuté d'une prochaine interview et de ses expositions à venir, a déclaré son fils, Charlie Ipcar. "Tout était parfaitement normal. Mais vers 18h30, elle nous a téléphoné et nous a dit qu'elle ne se sentait pas bien." Son cœur s'est arrêté à l'hôpital.

Une œuvre de Dahlov Ipcar de 2014.

Les amateurs de peinture connaissent son travail, des peintures d'animaux au style kaléidoscopique. Le MoMa lui avait consacré une première exposition en 1939. Elle n'avait que 21 ans mais n'y avait pas assisté tant elle avait de travail chez elle. Ses œuvres figurent, entre autres, au Metropolitan ou à la Whitney Gallery de New York.

Les amateurs francophones de littérature de jeunesse, eux, commençaient à peine à la découvrir grâce à l'excellent travail des Editions Albin Michel Jeunesse qui avaient entrepris en 2014 la publication de ses plus beaux albums. Sont parus: "L'œuf mystérieux", "J'aime les animaux", "Mon merveilleux sapin de Noël" (lire ici), "Nos amis les animaux sauvages" (lire ici), "Tigre et léopard" et "Un chat dans la nuit" (lire ici). Des albums merveilleux qui font sans problème le grand saut dans le temps. Nés dans les années 1960, 1970 ou 1980, ils nous parviennent dans toute leur grâce des dizaines d'années après.









C'est en 1945 que Dahlov Ipcar a illustré son premier livre pour enfants, "The Little Fisherman", écrit par la célèbre Margaret Wise Brown. L'album existe toujours aux Etats-Unis, comme beaucoup d'autres de la trentaine qu'elle a écrits et illustrés, toujours joyeux et colorés. C'est dire s'il y a encore à la découvrir. Elle a également écrit quatre romans fantastiques pour les jeunes lecteurs, ainsi qu'un recueil de nouvelles plus sombres pour les adultes.

Si 99 ans est un âge pour mourir, Dahlov Ipcar a surpris tout le monde. "C'est vraiment quelque chose qui aurait pu arriver n'importe quand", a déclaré son fils, "mais elle nous a tous fortement habitués à l'idée qu'elle pourrait continuer à fumer et à créer de belles œuvres d'art."

Dans un entretien avec le "Portland Press Herald" à l'automne dernier, Dahlov Ipcar a expliqué qu'elle était prête à mourir à l'âge de 80 ans, mais qu'après cette étape, elle avait décidé vouloir voir l'an 2000. Elle espérait depuis vivre jusqu'à cent ans. Pour être centenaire, et parce qu'elle avait une année 2017 bien remplie, avec notamment plusieurs expositions. Dahlov Ipcar a bénéficié d'une bonne santé, mais depuis 2014 souffrait d'une détérioration de sa vision en raison d'une dégénérescence maculaire frustrante. "Le défi ultime est maintenant est de peindre jusqu'à ce que je ne puisse plus voir", déclarait-elle en 2015.

Mais elle se rattrapait d'une blague. A ceux qui lui demandaient son âge, elle répondait: "J'espère mourir avant que je ne sois à court de vermillon."


Pour mieux connaître son œuvre, voir le site que lui consacre son fil (ici).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire