Nombre total de pages vues

mercredi 29 novembre 2017

La Pépite d'or à "Nos vacances" de Blexbolex

Blexbolex remporte la Pépite d'Or 2017. (c) Albin Michel Jeunesse.

Fin du suspense à propos des Pépites 2017. Elles viennent d'être décernées ce mercredi 29 novembre en ouverture de la cérémonie d'ouverture du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Il restait vingt titres en lice, pour les quatre catégories définies cette année, les Pépites BD, Livre illustré et Roman étant attribuées par des jurys de jeunes lecteurs France-Télévisions (8-12 ans) et la Pépite d’Or étant  décernée par un jury de journalistes. Quels vingt titres encore, me direz-vous? Ben oui, la liste avait été établie il y a plus d'un mois. On peut la retrouver ici.

Palmarès 2017

Pépite d'or

"Nos vacances"
Blexbolex
Albin Michel Jeunesse
collection "Trapèze"
128 pages
en librairie le 1er décembre

Pépite Roman

"Des poings dans le ventre"
Benjamin Desmares
Rouergue
collection DoAdo noir
77 pages
sorti en janvier 2017





Pépite BD

"Momo" t.1
Jonathan Garnier
Rony Hotin
Casterman
92 pages





Pépite Livre illustré

"Colorama"
Cruschiform
Gallimard jeunesse Giboulées
280 pages








En détail

Dans "Nos vacances", épais livre sans texte, Blexbolex (lire ici) raconte uniquement par l'image les vacances de l'enfance. Quand on joue, quand on rêve, quand on est content, quand on est mécontent. Quand on est fâché même. Un livre inventif et drôle dont le "nos" du titre ouvre mille perspectives.

La trame est simple. Une petite fille passe des vacances chez son grand-père quand débarque un invité bizarre, un éléphanteau équipé d'un sac de golf! Elle boude, râle, fait la vie dure à l'invité. Elle n'a pas du tout envie de partager son grand-père. Les deux enfants se chamaillent autant qu'ils peuvent. Un soir, le vieil homme les conduit à la fête du village. La petite fille endormie devant un grand feu entame un "voyage céleste" et rencontre un bel enfant. Le lendemain, l'invité à quatre pattes repart avec son dresseur. La petite fille épie le train depuis un arbre. A une fenêtre, le petit éléphant lui fait signe. Et il n'est pas seul...

Le nouvel invité arrive. (c) Albin Michel Jeunesse.

Voilà un album aux magnifiques illustrations sur doubles pages, très construites mais limpides et loquaces, qui invite son lecteur à s'inventer et se raconter l'histoire. Pour cela, il devra regarder les images de près. Quel bonheur d'y voir s'y dessiner cette aventure peu commune. Quelle joie de repérer ici un détail de la complicité entre la petite fille et son aïeul, là une réplique de l'éléphanteau, là encore un comportement inhabituel chez les gens de l'âge du grand-père. L'histoire avance en créant en parallèle cent saynètes délicieuses, jusqu'à ce détour par le rêve.

Grand-Père ne ménage pas sa peine. (c) Albin Michel Jeunesse.

Un merveilleux album, porté par l'immense talent de Blexbolex, à regarder à l'infini et qui convoquera sûrement des souvenirs personnels de ceux qui le parcourent. A partir de 6 ans.



"Des poings dans le ventre" est un très bref roman avec lequel Benjamin Desmares a marqué la rentrée de janvier. Ecrit à la deuxième personne du singulier, il parle de façon magistrale de la violence à l'école, celle qui cache la fragilité. Un texte implacable.
Cette pépite confirme l'excellence de la collection DoAdo ou son pendant DoAdo noir.

Le début du roman peut être lu ici.




"Momo" est la première bande dessinée de l'illustrateur Rony Hotin, pas la première du scénariste Jonathan Garnier.
Il y est aussi question du parfum de l'enfance. Le temps des copains, des découvertes, des petites bêtises, des grands bonheurs et des gros chagrins. Le temps aussi d'un émerveillement constant que contrarient parfois les réalités du monde adulte.






Dans "Colorama", Cruschiform, pseudonyme d'une jeune illustratrice, propose son imagier personnel des nuances de couleurs. Si la couverture est un peu sévère, l'intérieur est beaucoup plus chaleureux. L'artiste a choisi 133 nuances qu'elle détaille par gammes chromatiques en autant de doubles pages. A droite, un aplat du ton, à gauche, une qualification de la couleur, une explication et un dessin en rapport. C'est souvent sérieux, parfois fantaisiste, toujours intéressant et extrêmement attrayant.

Si on passe les pages de droite à l'épreuve du flipbook, on y voit un défilé de couleurs passant de ton en ton. Quand on détaille les pages, on admire l'imagination de l'auteure et l'étendue de son nuancier qu'elle propose ici en rapportant des tas d'informations qu'elle partage d'un beau brin de plume et en d'attrayants dessins.

On peut feuilleter le début de l'album ici.




Trois de la vingtaine de tons de vert présentés dans "Colorama". (c) Gallimard.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire